Archives de Tag: 1914

127 POILUS de CADEROUSSE, 127 DESTINS… Isidore et Octave GUÉRICOLAS (leur guerre)

127 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 127 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent vingt-sixième et cent vingt-septième poilus: Isidore et Octave GUÉRICOLAS.

Malgré leurs parcours de vie jusqu’à la guerre pour le moins opposés, Isidore et Octave vont connaître le même sort lors du conflit et les trois enfants Guéricolas deviendront Pupilles de la Nation.

Isidore est donc rappelé le 04 août 1914 au 258ème Régiment d’Infanterie, réserve du 58ème R.I. d’Avignon. On a déjà parlé à onze reprises de cette unité, dans des biographies de Poilus caderoussiens puisque ce régiment est engagé en septembre 1914 dans l’enfer de Saint-Mihiel.

Contrairement au onze autres Caderoussiens, Isidore n’est pas tué mais gravement blessé et fait prisonnier par les Allemands sur le champ de bataille le 27 septembre 1914. Il est rapatrié le 05 septembre 1917 comme grand blessé. La Commission de Réforme de Nîmes réunie le 19 novembre 1917 puis celle d’Avignon le 20 décembre suivant, le réforment et le renvoient dans son foyer, du côté de Courthézon. La raison : des problèmes et paralysies oculaires. On peut penser qu’Isidore devait être une « gueule cassée », un blessé du visage.

Gravement malade également, il est hospitalisé en Avignon en juillet 1918 et décède le 04 août d’une maladie contractée pendant son séjour dans le camp de prisonniers en Allemagne. Il est reconnu « Mort pour la France » et inhumé à l’ossuaire militaire du cimetière de Saint-Véran d’Avignon. Le 10 septembre1918, il était âgé de 33 ans et 9 mois.

Son frère Octave est mort bien avant Isidore, au moment du début de la captivité de ce dernier.

Octave rejoint donc le 58ème R.I. le 04 août 1914 et dès le 20 septembre, il est versé au 1er Régiment Mixte d’Infanterie Coloniale faisant partie de la Division Marocaine… sans jamais avoir posé le pied sur le Protectorat.

Les 9 000 hommes de cette 1ère DM combattent dans le secteur de Reims en octobre 1914, à l’est de la ville, à quelques kilomètres du fort de La Pompelle.

Le front à la date du 15 octobre 1914 suivant http://www.carto1418.fr/target/19141015.html.

Le régiment d’Octave tient le secteur de Prunay, les Marquises. Sur le Journal de Marche de la Division, on peut y voir quelques vues prises fin septembre par son rédacteur.

Le château des Marquises est déjà en ruines…

…le Pavillon également…

…tandis que la ferme ne semble pas avoir souffert des bombardements.

Le 15 octobre, on peut lire que la journée a été calme.

Il y a eu bien quelques tentatives allemandes pour reprendre les tranchées perdues les jours précédents. Il y a eu quelques bombardements mais rien de bien grave suivant l’Etat-Major. Il y a surtout eu quelques soldats tués et blessés ce jour-là. Parmi eux, Octave Marius Paul Guéricolas, tué à Pruny, au bois des Marquises !

Le 15 octobre 1914, il était âgé de 31 ans et 8 mois.

Octave Marius Paul Guéricolas, matricule 1479 de la classe 1903, bureau de recrutement d’Avignon et Isidore Philibert Guéricolas, matricule 213 de la classe 1904, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter les fiches matricules numériques des deux frères. Le patronyme Guéricolas est bien présent dans le Vaucluse, à Caderousse également. Si quelqu’un reconnaît en un de ses deux hommes, un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour corriger, compléter ou adoucir ces quelques lignes.

A suivre… Paul Louis Lucien Tauriac.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

127 POILUS de CADEROUSSE, 127 DESTINS… Isidore et Octave GUÉRICOLAS (généalogie)

127 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 127 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent vingt-sixième et cent vingt-septième poilus: Isidore et Octave GUÉRICOLAS.

Il s’agit-là de la neuvième fratrie du village de Caderousse que la guerre va décimer, Isidore et Octave Guéricolas, fils de Paul Guéricolas et de Marie Félicité Litot. Ces hommes ont été oubliés sur le monument aux morts du cimetière. Les deux frères sont nés à quelques mois d’écart au village, Octave le 01er février 1883 et Isidore le 24 décembre 1884. Leurs parents se sont mariés quelques mois auparavant, le 07 août 1882. Paul avait alors 24 ans et Marie tout juste 20. Paul venait de passer cinq années sous les drapeaux, engagé volontaire de 1876 à 1881.

Plus tard, un troisième garçon est venu compléter la fratrie, Louis Victor, né le 05 octobre 1887 qui décèdera au Pontet à l’âge de quatorze ans, en 1901.

La vie du couple Paul-Marie Félicité sera chaotique.

La seule fois où la famille apparaît au complet, avant la naissance de Louis certes, est en 1886. Ils vivent chez la mère de Marie Félicité, Marie Reynier, veuve depuis un an de Philibert Litot. Deux grands enfants Litot sont aussi présents au foyer, frère et sœur de Marie Félicité. Tout ce beau monde travaille aux balais. Octave et Isidore sont alors de très jeunes enfants.

En 1891, Octave et Isidore sont toujours élevés par leur grand-mère maternelle, rue Monsieur, avec leurs oncle et tante.

Par contre, leurs parents ne sont plus là. Paul, le père, seulement âgé de 33 ans, est pensionnaire à l’Hôpital du village, aux côtés de vieillards séniles. Il a été victime d’un accident cérébral et est devenu hémiplégique du côté gauche. Par contre son épouse a quitté le village avec son plus jeune fils Louis Victor. Une séparation économique ou une séparation du couple sans divorce ? On ne peut rien affirmer. Pour aller où ?

Cinq ans plus tard, premier semestre 1896, la situation familiale a évolué. Isidore s’occupe de son père rue Saint-Michel.

Paul, un père sans profession pour l’agent recenseur, alors que d’autres documents parlent de baletier, classique à Caderousse mais aussi, plus original de crieur public.

Paul ressemblait-il à cette image offerte par wikipédia ? Pas sûr mais on sent toutefois qu’il s’agit là d’un emploi social offert par la Mairie à ce Caderoussier fortement handicapé.

La mère et le petit frère sont toujours absents du village. Quant à Octave, lui aussi doit avoir pris son envol.

Peu de temps après, le 11 janvier 1898, Paul Guéricolas décède rue Saint-Michel à l’âge de quarante ans. Ce décès sonne la fin de la présence de cette branche des Guéricolas dans la commune. La veuve de Paul, Marie Félicité épousera la veille de Noël 1901, Louis Pontier au Pontet où elle réside avec son fils Octave, ouvrier dans une usine.

Octave qui fait son bonhomme de chemin ! Il épouse le 10 janvier 1903 une avignonnaise du Pontet Emilie Louise Marquion. Notons qu’à cette époque, Le Pontet n’était qu’un lieu-dit d’Avignon, son autonomie administrative étant obtenue dans les années 20. C’est une jeune fille de dix-neuf ans née à Viviers en Ardèche et dont le père est charretier. Rapidement, une petite Yvonne Octavie Joséphine vient au monde, neuf mois exactement après les noces, juste avant qu’Octave ne parte sous les drapeaux, au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon. Il n’y fera qu’une année, du 16 novembre 1904 au 18 octobre 1905. Il est à la fois soutien de famille, orphelin et a un frère sous les drapeaux.

Recensement d’Octave Guéricolas au Pontet, au Clos de Fargues, en 1906.

Par la suite, Octave change d’orientation professionnelle et devient Gardien de la Paix en Avignon où la famille réside en 1911, 8-rue Four de la Terre.

Un petit Marcel Alfred est venu agrandir la famille, né le 15 décembre 1909 en Avignon.

De son côté, Isidore va vivre une jeunesse bien plus chaotique, c’est le moins que l’on puisse dire ! En effet, pour faire simple, les deux frères auraient pu jouer dans la vraie vie, aux gendarmes et aux voleurs !

On avait laissé Isidore en 1896, vivant avec son père hémiplégique, rue Saint-Michel à Caderousse. On le retrouve en 1904, à Tarascon, à la Maison d’Arrêt où il purge sa quatrième peine de prison. Sa vie délinquante a commencé le 12 octobre 1901 avec quarante jours de prison avec sursis pour vol. Ensuite, plus de sursis : vingt jours de prison le 04 janvier 1902 pour complicité de vol. Puis l’engrenage de la délinquance : six mois de prison pour vol en 21 avril 1903 prononcé par le tribunal de Tarascon et à nouveau, huit autres mois pour la même raison et par la même juridiction le 20 décembre 1904.

A cette sortie de prison, une seule solution pour rompre cette spirale de l’échec : un engagement dans l’Armée, contracté le 03 septembre 1905. Destination, l’Afrique comme nombre d’hommes ayant eu des problèmes avec la justice. Mais la situation d’Isidore ne s’améliore guère puisqu’il va connaître la section disciplinaire qu’il fréquentera onze mois. Il est finalement libéré le 04 octobre 1908, sans certificat de bonne conduite mais avec tout de même, une campagne d’Afrique inscrite sur son registre matricule.

Pour ne pas rompre avec son passé, il s’installe au quartier de la Balance en Avignon ! Pour deux mois seulement ! En effet, le 04 décembre 1908, il épouse une gamine de dix-sept ans, Zénobie Laurence Victorine Guichard originaire des Basses-Alpes, Entrages où elle est née et Oraison où elle a grandi.

Le couple s’installe à Pernes où résident maintenant les Guichard et une petite Paulia Marie Blanche vient au monde le 02 février 1910. Isidore travaille la terre, certainement sans avoir complètement tourné le dos à son passé trouble. En effet, fait rarissime pour l’époque, le couple divorce en 1913. Dans les minutes du délibéré rendu par le Tribunal de Carpentras, on peut dire que ce divorce est prononcé aux torts et griefs de… l’époux ! On s’en serait douté !

Nous sommes à quelques mois du début de la Grande Guerre.

Octave Marius Paul Guéricolas, matricule 1479 de la classe 1903, bureau de recrutement d’Avignon et Isidore Philibert Guéricolas, matricule 213 de la classe 1904, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter les fiches matricules numériques des deux frères. Le patronyme Guéricolas est bien présent dans le Vaucluse, à Caderousse également. Si quelqu’un reconnaît en un de ses deux hommes, un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour corriger, compléter ou adoucir ces quelques lignes.

A suivre… les frères Guéricolas, Octave et Isidore, partie militaire.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Gustave VATON.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-quinzième Poilu: Gustave Henri VATON.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Les deux Vaton sur le Monument aux Morts de Caderousse ne semblent pas être parents proches. François Alexandre le grand-père paternel du Poilu était menuisier, son fils François Gustave, le père du Poilu était lui aussi menuisier, ébéniste même mais il ne semble pas que Gustave eut le temps d’emprunter le même chemin car l’armée le déclara cultivateur lors de son conseil de révision, en 1908 et qu’après cette date, il passa plus de temps sous les drapeaux que chez lui.

François Gustave, Caderoussien de souche alors âgé de trente-deux ans, épousa le 30 août 1871 une fille du village, Marie Victoire Chamary âgée de vingt-un ans. De cette union allaient naître six enfants entre 1872 et 1888 dont trois décédèrent quasiment à leurs naissances. Seules-Seuls Marie Louise Pauline née en 1879, Henriette Thérèse née en 1881 et Gustave Henri, le futur Poilu né le 06 juillet 1888 vécurent donc jusqu’à l’âge adulte, à l’abri des digues du village, rue Saint-Michel puis rue de l’Escurier et enfin dans la grande rue.

Recensement de 1891, la famille est au complet.

Dix ans plus tard, en 1901, c’est un peu en désordre mais tout y est.

Dix nouvelles années après, en 1911, Henriette s’est mariée en 1906 avec François Ferdinand Chevalier et a quitté le domicile de ses parents. Quant à Gustave, il est devenu Alexandre, le prénom du premier enfant du couple décédé en 1872 à l’âge d’un jour et il a été vieilli de trois ans ! Erreur fréquente des recensements !

Entre temps, du 07 juillet 1909 au 24 septembre 1911, Gustave a effectué son service militaire à Toulon, au 111ème Régiment d’Infanterie. Il passa donc deux années au bord de la Méditerranée et c’est malheureusement ce recrutement dans cette unité qui allait lui être fatal !

Moins de trois ans après avoir été renvoyé dans son foyer en 1911, Gustave était rappelé au 111ème R.I. le 03 août 1914. Il n’avait plus que onze jours à vivre !

En effet, il allait être emporté dans cette aventure inconsidérée que l’Etat-Major avait imaginé et dans laquelle il allait jeter des régiments venus du Midi, le 111ème R.I. mais aussi le 112ème, le 58ème, le 3ème et le 19ème Régiment d’Artillerie de Campagne.  Les hommes du 111ème R.I., partis le 9 août d’Antibes et à pied d’oeuvre le 11, allaient essuyer leur baptême du feu le 14 août à la frontière lorraine et pour trois Caderoussiens de  cette unité, Julien Martin, Jean Roumieux et donc Gustave Vaton, cette date allait être celle de leur disparition, tous trois à Moncourt, en Lorraine allemande. Pour illustrer cela, on ne peut que montrer une seconde fois la carte des lieux déjà présentée dans la biographie de Louis Ruat.

Lagarde (1) trois Caderoussiers tués le 11 août, deux hommes du 58ème RI et un du 19ème RAC; Coincourt (2) 1 tué le 14 août, homme du 3ème RI, Moncourt (3) trois hommes tués (dont Gustave) le 14 août appartenant au 111ème RI, Dieuze (4), deux tués, hommes du 3ème RI le 20 août et Bidestroff (5) 1 tué, soldat du 112ème RI. Neuf de ces dix hommes concernés furent portés disparus avant d’être déclarés Morts pour la France plus tard, ce qui amortit le choc qu’aurait provoqué une telle hécatombe au village !

Autre statistique édifiante qui prouve qu’août 14 fut terrible pour Caderousse comme pour toute la France ! Quatorze soldats du village décédèrent du 11 au 27 août, sur 128 Poilus MPLF soit près de 11% des morts du village pendant la guerre en 17 jours d’un conflit qui en durera 1 561 soit 1% du temps !

Dernière précision. La moyenne d’âge des dix gars dont on a parlé ci-dessus était de vingt-quatre ans et six mois. Des gamins !

De son côté, le 14 août 1914, jour de sa disparition, Gustave Vaton était âgé de 26 ans et 1 mois.

Fiche matricule de Gustave Henri Vaton de Mémoire des Hommes.

Gustave Henri Vaton matricule 309 de la classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaiteraient aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Valon est un patronyme encore présent à Caderousse, dans le Vaucluse et un peu dans le Gard. Si un descendant indirect de Gustave  reconnaît en lui son ancêtre  qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou modifier cette petite biographie.

A suivre… Paul Vaton.

3 Commentaires

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… François Claude TARDIVIER.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-treizième Poilu: François Claude TARDIVIER.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Un mystère pour commencer: on peut lire le nom de Tardivier Louis sur le monument aux morts mais également sur la plaque commémorative de l’église et dans les listes nominatives des recensements successifs. Pour l’état-civil comme pour l’armée, le Tardivier caderoussien mort pour le France se prénomme indiscutablement François Claude sans aucun Louis à l’horizon ! On peut penser que François Claude était connu par tous comme étant Louis dans le village sans que la raison soit arrivée jusqu’à nous. Ce n’était ni le prénom d’un ancêtre, ni celui d’un enfant décédé avant sa naissance. Alors nous allons vous proposer la biographie de François Claude Tardivier alias Louis Tardivier.

Il faut dire que François Claude était le fils de Claude François… Tardivier bien entendu, né à Caderousse en 1854. Ce dernier exerçait la profession de scieur de long. Singe ou renard, l’histoire ne le dit pas, les scieurs travaillant par équipe de deux, le singe se mettant debout sur les troncs équarris et le renard gardant les pieds sur terre. Par la suite, en prenant de l’âge, Claude François abandonna ce travail pénible et dangereux pour devenir cafetier ou limonadier comme on  disait aussi à l’époque.

Il épousa une fille du village en 1879, Marie Virginie Quintrand qui, fait rare, avait le même âge que lui ! De cette union naquirent deux garçons: Fortuné en 1882 qui vit le jour à Marseille et François Claude le 21 mai 1885 à Caderousse.

En 1891, la famille au complet et le père recensé comme scieur de long.

Dix ans plus tard, en 1901, les mêmes mais le père est devenu cafetier et est aidé dans sa tâche

par un journalier qui vit avec eux,  le jeune Isidore Thomas.

Une précision, alors qu’en 1891, la famille vivait en dehors des digues, chemin d’Orange, en 1901, le café de Claude François se situe sur le Cours est, devenu cours Aristide Briand, où ont toujours existé des bars et restaurants sous les platanes plantés vers 1860.

Sorti de l’école avec un niveau moyen, François Claude apprit le métier de pâtissier. Après son service militaire, il travailla chez Millet, boulanger-pâtissier.

Deux mots sur sa première période sous les drapeaux, du 07 octobre 1906 au 25 septembre 1908. Il n’ira pas très loin puisqu’il fut incorporé au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon. Il en sortit avec un Certificat de Bonne Conduite.

Recensement 1911. Louis juste avant son mariage.

Puis François Claude se maria à Orange le 02 novembre 1912. Il épousa Thérèse Henriette Blanche Bourtiol, la fille d’un encadreur orangeois. Rapidement, le couple s’installa au Thor où François continua à exercer sa profession de pâtissier.  Eurent-ils un enfant ? Les registres numériques de l’état-civil de cette commune comme ceux de Caderousse s’arrêtent à 1912 !

Le 04 août 1914, François Claude rejoignit le régiment de réserve du 58ème R.I., le 258ème Régiment d’Infanterie. Si vous avez lu des biographies précédentes, vous pouvez deviner ce qu’il arriva à François Claude Tardivier alias Louis !

Cette troupe se retrouva dans l’enfer de l’attaque allemande de Saint-Mihiel au moment où se créa le fameux saillant qui persista pendant quatre ans. Et François Claude est tout simplement le huitième Caderoussien à trouver la mort dans ce secteur dans la seconde quinzaine de septembre. Citons rapidement les autres en recopiant ce qui a été écrit dans la biographie de Gabriel Rieu: Louis Pécoul mort le 16 septembre, Paul Julien tué le 20, Justin Miaille le 26, Eugène Cambe disparu entre le 20 et le 27, c’est au tour de Gabriel Rieu de ne donner plus aucun signe de vie à partir du 27 septembre. Maurice Millet et Henri Lazard disparaîtront respectivement les 28 septembre et 04 octobre. François Claude s’intercale dans cette liste funèbre entre Paul Julien Et Justin Miaille. Il disparut le 22 septembre 1914 du côté de Creux, Recourt-le-Creux certainement, dans la Meuse, croit-on dans un premier temps. Son corps sera finalement retrouvé le 03 octobre 1918 à Chauvoncourt au moment de l’avancée alliée suite à l’effondrement final du front allemand.

Le 22 septembre 1914, François Claude alias Louis Tardivier était âgé de 29 ans et 4 mois. Comme Louis Pécoul et Gabriel Rieu, il repose à la Nécropole Nationale « Vaux-Racine » de Saint-Mihiel.

Fiche matricule de François Claude Tardivier de Mémoire des Hommes.

François Claude Tardivier matricule 441 de la classe 1905, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Tardivier n’est pas un patronyme courant dans le Midi. Si toutefois quelqu’un reconnaît en ce Poilu un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou modifier cette petite biographie.

A suivre… François Valon.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Albert SOUMILLE.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-douzième Poilu: Albert Julien SOUMILLE.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Où le parcours d’Albert Soumille côtoie ceux de Paul Redon, Raphaël Ouvier et Florestan Martin qu’on a racontés il y a quelque temps ! Nous allons voir comment dans cette biographie.

Comme ses huit frères et soeurs, Albert est né à Orange dans la ferme familiale de Bois Feuillet, quartier situé au sud de la ville, non loin du Grès. Il est le huitième enfant de cette fratrie, né le 21 septembre 1891. Joseph, son père, né en 1851 était originaire de Courthézon mais vivait déjà avec ses parents dans la Cité des Princes quand il a rencontré Caroline Antoinette Ayme et qu’ils se sont mariés le 10 novembre 1875. Le premier enfant arrivera rapidement, Marius Louis, né en 1876. Il semble que les neuf enfants Soumille nés de 1876 à 1893 aient tous vécu jusqu’à l’âge adulte. Cette fratrie comptera donc quatre garçons et cinq filles, du moins dans un premier temps. Epuisée par toutes ces grossesses, Caroline décède prématurément le 25 juin 1894 à l’âge de trente-sept ans.

Un peu moins de deux ans après la disparition de cette dernière, Joseph prend en secondes noces Marie Louise Marquion, le 18 mars 1896. Il s’agit-là d’une Caderoussienne de trente-deux ans, elle-même veuve d’Achille Léon Redon et mère de deux enfants, Louis et Paul âgés de respectivement de dix et trois ans en 1896. Paul Claudius Redon ! On a déjà  écrit la biographie de sa courte vie puisqu’il décéda le 25 septembre 1915, dans les tranchées de Neuville-Saint-Vaast et que son nom est inscrit sur la troisième face du monument aux morts de Caderousse. Voici donc Albert Soumille et Paul Redon rassemblés sous le même toit, deux hommes presque de la même classe, morts pour la France tous les deux.

Neuf Soumille + deux Redon = onze enfants, du moins en théorie car l’on voit ci-dessus sur un extrait du recensement de 1896 de Caderousse que Rose née en 1881, Albert et Louise Raphaëlle la benjamine née en 1893 manquent à l’appel et sont placés chez d’autres membres de la famille. Joseph, Marie Louise et les enfants habitent aux Islons, à l’ouest du centre-bourg.

De cette seconde union vont naître trois nouveaux enfants Soumille, Marcel en 1897, Joseph Paul en 1898 et Gabriel Hippolyte en 1901… des demi-frères pour Albert… ce qui porte à douze le nombre d’individus composant cette fratrie et à quatorze le nombre d’enfants réunis autour de la table quand l’occasion se produira…si tant est qu’un jour elle se soit produite ?

Le 10 octobre 1912, Albert est incorporé au 99ème Régiment d’Infanterie de Vienne en Isère. Il fait partie de ces hommes qui étaient sous les drapeaux quand la guerre éclata et qui se retrouvèrent bien vite en face des fantassins et artilleurs allemands. Pour le 99ème R.I., leur baptême du feu se produit le 15 août 1914 à 17h.30 précisément du côté de Lusse et de Lesseux, au nord des Vosges et à l’est de Saint-Dié.

Comme plus au nord, du côté de Lagarde et de Dieuze, les Allemands vont laisser les troupes françaises avancer imprudemment en Lorraine allemande pour mieux les décimer sur des contrattaques fulgurantes. Les 99ème, 75ème, 30ème R.I. et 62ème Chasseurs vont atteindre Sainte-Marie-aux-Mines, Saulxures, Cobroy, Blancherup… en Alsace allemande depuis quarante-quatre ans.  Le repli commence alors à partir du 23 août et se transforme parfois presqu’en débandade. Le 27 août 1914, les Français se sont repliés jusqu’à Saint-Dié et c’est la date qu’a retenue l’Armée pour fixer le jour du décès d’Albert Soumille. Dans un premier temps, elle avait pensé que cette disparition avait eu lieu entre août et septembre 1914. Le 27 août 1914, Albert était âgé de 22 ans et 11 mois.

Fiche matricule de Albert Julien Soumille de Mémoire des Hommes.

Et Marius Ouvier ? Florentin Martin ? Comment ont-ils côtoyé Albert Soumille ?

Pour Marius Ouvier, il était tout simplement devenu le beau-frère d’Albert en épousant sa petite soeur Louise Raphaëlle le 19 juillet 1911. Quant à Florestan Martin, il était de son côté domestique dans l’exploitation de Joseph Soumille en 1901, comme l’atteste la page du recensement de 1901.

Albert Julien Soumille matricule 806 de la classe 1911, bureau de recrutement d’Avignon,pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Albert n’ayant pas laissé de descendance, il n’en est certainement pas de même pour ses nombreux frères, soeurs, demi-frères et beaux-frères Redon. Si un descendant  reconnaît en Lucien ce lointain grand-oncle ou arrière-grand-oncle, qu’il n’hésite pas à rectifier cette biographie si elle lui parvient à sa connaissance.

A suivre… François Claude Tardivier.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Louis Ruat.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-septième Poilu: Louis Eugène Ruat.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Une fois n’est pas coutume, commençons par la fin qui mérite qu’on s’y attarde. Né en 1892 et incorporé en 1913, Louis fait partie de ces hommes qui sont sur place quand la guerre éclate et qui vont donc subir un maximum de pertes dans le minimum de temps, le premier mois de la guerre.

On a déjà parlé des sept morts caderoussiens dans le secteur de Saint-Mihiel à la fin du mois de septembre, des hommes appartenant au 258ème R.I. et qui sont des réservistes un peu plus âgés. Ici, pour Louis et pour huit autres Caderoussiens dont on déjà raconté l’histoire, on a affaire à de gars plus jeunes emmenés par leurs gradés dans le piège tendu par les Allemands qui laissèrent les régiments français s’enfoncer sans mal en Lorraine allemande pour mieux les détruire dans des contrattaques dévastatrices.

Auguste Aubert et Edgard Roux du 58ème R.I. d’Avignon, Fernand Pécoul du 19ème R.A.C. tombèrent les premiers à Lagarde le 11 août (1) par la faute de leur chef direct un peu trop téméraire, presque les premiers morts de la guerre. Lucien Constance du 3ème R.I. fut tué le 14 août à Coincourt (2), le même jour que Julien Martin et Jean Roumieux du 111ème à Moncourt (3). Léon Ferragut et Henri Roche du 3ème R.I. tombèrent à Dieuze le 20 août (4) tout comme… Louis Eugène Ruat du 112ème R.I. mais un peu plus en avant en territoire hostile, à Bidertroff (5).

Partis en train de Toulon les 07 et 08 août 14, les bataillons du 112ème R.I. arrivèrent à Diarville deux jours plus tard. Ils franchirent la frontière le 14 août, prirent facilement Moncourt puis en firent de même à Dieuze le 19 août. Quelques éléments d’avant-garde s’aventurèrent jusqu’à Bidestroff. Louis Ruat en faisait partie.

C’est là qu’ils furent cueillis le 20 août 1914 par la contrattaque allemande qui emporta une grand nombre d’hommes du 112ème. Tué et enterré par les Allemands dans des fosses communes non localisées, il fut considéré comme disparu avant que le Tribunal d’Orange ne fixe la date de son décès au 12 juin 1920. Le 20 août 1914, Louis Ruat était âgé de 22 ans et 4 mois.

Né le 23 avril 1892, Louis est le fils d’Henri Joseph Ruat et Rosalie Victoire Mialon. Henri né en 1860 est un ouvrier en balais de 27 ans quand il épouse Marie Madeleine Peillet le 27 avril 1887. Cette dernière lui donnera rapidement un enfant, Marius Jean, moins de dix mois après mais elle décèdera quarante jours après et suite de l’accouchement, le 19 mars 1888.  L’année suivante, Henri prendra pour seconde épouse Rosalie, la mère de Louis,  le 18 janvier 1890, une Caderoussienne de presque vingt ans.

Deux ans plus tard naît Louis Eugène le 23 avril 1892, cours de l’est puis Alexandre Roger le 21 février 1894, rue Saint-Michel. Cela fait donc une fratrie de trois garçons, Marius, Louis et Alexandre…

…dans l’ordre pour le recensement de 1906…

…et le désordre dans celui de 1911, l’agent recenseur n’arrivant pas à trouver la bonne année de naissance pour Louis dans un cas comme dans l’autre, 1893 puis 1891 en lieu et place de 1892 !

Louis va s’installer à Toulon en 1912 en officiant comme employé municipal. Le 19 juin 1913, il s’engage dans l’armée pour trois années à la mairie d’Avignon et rejoint le 112ème R.I. deux jours plus tard à Antibes. Il n’ira pas au bout de son engagement comme on l’a vu précédemment, fauché par la mort lors du terrible mois d’août 14.

 

Fiche matricule de Louis Eugène Ruat de Mémoire des Hommes.

Louis Eugène Ruat matricule 774 de la classe 1912, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Ruat est encore présent dans le Vaucluse et dans le Gard. Si quelqu’un reconnaît en Louis Eugène un ascendant  indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Paul Ruat.

Deux mots sur la Guerre de ses deux frères qui en réchappèrent sans blessure.

Marius Léon (279-classe 1908 Avignon) brillant élève, il contracta un engagement spécial de quatre ans pour faire l’X, l’Ecole Polytechnique. Il fit son second stage au 8ème Génie et se spécialisa dans les télécommunications, le téléphone à l’époque. Il reçut deux citations en 1916 pour son travail à Verdun et en 1917 pour celui effectué sur la Somme et l’Oise, son courage et sa témérité. Il reçut la Victory Cross britannique !

Alexandre Roger (432 classe 1914-Avignon) fut incorporé au 55ème R.A.C. d’Orange où il ne connut pas de problème particulier. 

Poster un commentaire

10/09/2018 · 11:42

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Edgard Auguste Roux.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-quatrième Poilu: Edgard Auguste Roux.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Edgard avec un D à la fin, tel que l’a transcrit l’Officier de l’Etat-civil d’Orange qui l’a enregistré par son prénom à la lettre E, sans son nom, après sa naissance le 03 novembre 1891…jusqu’à ce que sa mère, Marguerite Augustine Rosine Roux ne le reconnaisse officiellement, une fois remis de son accouchement, le 19 janvier 1892.

Un peu particulière la fratrie des neuf enfants Roux, tous nés de père inconnu et ayant donc pour seul parent leur mère Augustine Roux. Rien d’étonnant pour moi car cela semble être la copie conforme d’une partie de mon histoire personnelle. Donc, officiellement pas de père pour les frères et soeurs Roux mais un géniteur bien présent, toujours le même, un certain Denis Millet, cordonnier de son état,  né en 1851, inscrit à titres divers sur les actes de naissance et les listes nominatives des recensements de 1906 et 1911 à Caderousse. Pourquoi donc ces enfants naturels alors que le couple officieux Millet-Roux semble solide ? Une première épouse de Denis disparue sans laisser de trace ? Une séparation sans divorce ? Et bien entendu l’impossibilité alors de reconnaître les enfants nés en dehors du mariage officiel. Pures supputations mais on ne doit pas être bien loin de la vérité. Les temps ont heureusement changé.

Marguerite Augustine Rosine Roux n’a que dix-huit ans quand elle met au monde son premier enfant, Eugène Désiré, le 08 mars 1890 à Courthézon. Un enfant qu’elle oubliera de reconnaître mais qui vivra avec elle. Elle rectifiera cela le 10 janvier… 1911, à Caderousse. Mieux vaut tard que jamais !

La famille déménagera ensuite à Orange, quartier de Merveilles chez un certain cordonnier Denis Millet dont on a déjà parlé. Naîtra alors notre futur Poilu Edgard Auguste Roux le 03 novembre 1891 bientôt suivi de trois autres bambins, Arthur Edouard qui deviendra cordonnier à son tour en 1893, Marcel Etienne en 1896 et une première fille, Léa Virginie, née en 1900, tous reconnus dans les semaines qui suivent leurs arrivées au monde par leur mère, une fois qu’elle peut se déplacer. Tous ces enfants vivront jusqu’à l’âge adulte, le seul à mourir jeune étant le futur Poilu Edgard.

Avec le XXème siècle naissant, « la famille » quitte Orange et déménage au Boulegon à Caderousse où Denis Millet vient réparer les chaussures et les lanières en cuir des Caderoussiens. De nouveaux petits Roux vont agrandir la fratrie. Une fratrie conséquente à la lecture de la liste nominative de 1911…

…les aînés sont toujours là, en tout cas officiellement car on apprend par ailleurs que les deux aînés Denis et Edgard travaillent comme maçons à Salon, dans les Bouches-du-Rhône, à la même date.  Trois nouveaux enfants les ont rejoint: Louis Gilbert en 1905, Léopold Joseph en 1908 et Marie Thérèse en 1910. N’oublions pas la petite Alice Sylvie non mentionnée sur ce document de 1911 et pour cause… née le 09 novembre 1906 , elle décède un petit mois plus tard.

Eugène Denis va remplir ses obligations militaires de 1911 à 1913 au 173ème Régiment d’Infanterie de Nice. Bénéficiant de la présence de son frère sous les drapeaux, Edgard ne fera qu’une seule petite année à l’armée du 10 octobre 1912 au 23 août 1913, au 58ème R.I. d’Avignon. Il ne part pas très loin de chez lui mais… cela lui sera fatal !

Lors de la mobilisation générale, il rejoint le 58ème R.I. en quelques heures et dès les 5 et 6 août la troupe embarque à la gare de Pont d’Avignon, alias Villeneuve-lèz-Avignon, pour le nord-est de la France, Vézelise non loin de Nancy, rejoint en vingt-quatre heures. Cette histoire, on l’a déjà racontée dans la biographie d’Auguste Aubert, légèrement plus âgé qu’Edgard mais qui se côtoyèrent sous les drapeaux et au village.

Quelques marches forcées pour rejoindre la frontière franco-allemande qui depuis 1871 suit la limite du département de Meurthe-et-Moselle. La troupe y arrive le 10 en milieu d’après-midi. Le général commandant le secteur, le général de Castelnau, est clair. Il demande aux gradés sous ses ordres de « ne rien faire » jusqu’au 14 août. Mais le général commandant le 58ème d’Avignon s’aperçoit aux jumelles  que la ville de Lagarde, là-bas au loin, en Lorraine allemande est mal défendue… et qu’on pourrait aller la libérer en étant ainsi le premier à libérer une ville occupée. Allons y sans tarder puisque dans trois mois, on sera à Berlin !

L’église de Lagarde, en Moselle de nos jours.

Alors, ne flairant pas le piège, il lance ses bataillons ce 10 au soir sur Lagarde sans l’appui d’aucune artillerie. Les quelques défenseurs allemands fuient comme des lapins et les soldats français s’installent dans Lagarde libérée pour passer une nuit tranquille !

Le lendemain matin, le réveil est tout autre. Un déluge d’une artillerie que ce pauvre Lescot n’avait pas vu tant elle était bien camouflée, s’abat sur les pauvres pion-pions vauclusiens, gardois et bucco-rhôdaniens. Plus qu’un baptême du feu, un baptême de sang ! Bilan entre cinq cents à neuf cents hommes mis hors-de-combat en quelques heures, une fuite, une débandade même et pour le général Lescot, un limogeage en bonne et due forme.

Edgar Auguste Roux ne sera jamais retrouvé après ce terrible 11 août 1914. Premier mort de Caderousse de la Grande Guerre à l’instar d’Auguste Aubert, Edgard Auguste était âgé de 22 ans et 9 mois.

Fiche matricule de Edgard Augustin Roux de Mémoire des Hommes.

Edgar Augustin Roux, matricule 796 de la classe 1911, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roux est très présent dans le sud de la France. Si quelqu’un reconnaît en Edgard Augustin un ascendant  indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Paul Clair Roux.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE