Archives de Tag: 1914

Une chanson de LA ROULANTE: LE BOIS LE PRÊTRE (Paul COLON dit PAULUS)

A chanter sur l’air de « La Valse brune ».

Les combats du 369ème R.I. dans le secteur du Bois le Prêtre, un lieu de promenade de Pont-à-Mousson, avant-guerre.

On y apprend, c’est bon pour paraître en société, que les habitants de Pont-à-Mousson sont les Mussipontains et les Mussipontaines !

On a parlé de fraternisations à la fontaine du Père-Hilarion au bois-le-Prêtre sans que cela ne soit confirmé ni infirmé.

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Auguste et Louis Roche (historique).

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt dix-septième et quatre-vingt-dix-huitième Poilus: Auguste Roger et Louis Joseph Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Auguste et Joseph rejoignent tous deux leurs unités respectives, le 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon pour le plus jeune et le 38ème Régiment d’Artillerie de Campagne pour l’aîné. Il est certain que le cadet était de loin le plus exposé  non pas que les artilleurs aient été des planqués mais statistiquement, l’Infanterie connut le plus de pertes.

Auguste donc fut tué suivant ses papiers officiels le 30 octobre 1914 à Saint-Benoît, dans la Meuse, à l’ambulance, suite à des blessures reçues sur le front. Nous sommes, vous l’avez deviné car cela fait plusieurs fois qu’on le répète, dans ce secteur de Saint-Mihiel où tant de Vauclusiens et de Caderoussiens tombèrent les premiers mois de la guerre. Sauf que pour Auguste Roche, la date de cet écrit du Registre Matricule pose réellement problème.

Nous avons bien trouvé un Saint-Benoît dans la Meuse, Saint-Benoît-en-Woëvre, village proche de la commune de Vigneulles-les-Hattonchâtel, à l’est de Saint-Mihiel. Mais le 30 octobre 1914, ce secteur est totalement dans le camp allemand, le front s’étant stabilisé une grosse dizaine de kilomètres au sud de Vigneulles.

Le site Carto1418.fr nous positionne ainsi le front du 30 octobre 1914 et les lieux cités, Saint-Mihiel, Vigneulles et Saint-Benoît se situent au-dessus du niveau des chiffres des unités allemandes (rouges) le plus basse sur la carte !

Par contre, le 30 août 1914, Saint-Benoît est placé en arrière du front tenu par les troupes françaises, un front pas encore stabilisé.

De plus, la lecture du Journal de Marche du 58ème place cette unité dans le secteur du front le 30 août alors que le 30 octobre, il est positionné plus à l’ouest.

De deux choses l’une…
soit il existe un hameau, un quartier Saint-Benoît à l’ouest de Villette, Pierrefitte, Courouvre où étaient déployés les bataillons du 58ème R.I. le 30 octobre 1914, et il est très étonnant qu’on ne l’ait pas trouvé…

soit une erreur de transcription s’est glissée dans la copie de la date de décès d’Auguste. A l’époque, on écrivait 7bre, 8bre, 9bre, 10bre pour dire septembre, octobre, novembre et décembre en lieu et place de 9, 10, 11, 12 comme on le disait aussi et comme il est convenu de le noter maintenant. Cette erreur de transcription aurait offert 2 mois supplémentaires de vie fictive à Auguste. C’est plutôt cette hypothèse que je trouve la plus plausible.

Toujours est-il qu’Auguste décéda officiellement à l’âge de 30 ans et 7 mois ou 30 mois et 5 mois plus vraisemblablement.

Fiche matricule d’Auguste Roger Roche de Mémoire des Hommes.

Auguste Roger Roche, matricule 243 de la classe 1904, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse.

Tout est plus simple pour raconter la fin de l’histoire personnelle de Louis Joseph. Artilleur au 38ème R.A.C. (C. comme Campagne),  il va apprendre la décès de son frère, au front, du côté de Mort-Homme, non loin de Verdun (si le décès a eu lieu en octobre; s’il est survenu en août, il était en pleine retraite du côté de Nancy, de retour de Lagarde).

1916. Pour le régiment nîmois d’artillerie, c’est l’enfer de Verdun que les artilleurs vont connaître. Il faut pilonner les positions allemandes, les batteries allemandes, fournir une protection par des tirs de barrage lors des attaques des fantassins français ou de l’avancée de soldats allemands.

Fin mai 1916, la 2ème batterie tire sur les tranchées d’Avocourt, un peu à l’est de Vauquois.

Louis est brancardier. Il fait équipe avec Pierre Albert Chiron de Carpentras, de la classe 1909, pour ramasser les blessés et les malades et les ramener vers l’ambulance. Le 31 mai, ils vont être grièvement blessé dans leur mission sanitaire par l’explosion d’un obus près d’eux. L’infirmier les accompagnant sera également touché. Le Journal de Marche du 38ème R.A.C. en fait état.

Si l’infirmier va y survivre, Pierre Chiron décèdera à l’ambulance 1/1 de Froidos, là même où ils ramenaient leurs copains,  le 1er juin 1916. Louis résistera une journée de plus puis mourra à son tour le 02 juin 1916. Il était âgé de 35 ans et 1 mois.

Fiche matricule de Louis Joseph Roche de Mémoire des Hommes.

Louis Joseph Roche, matricule 250 de la classe 1901, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Auguste Roger et Louis Joseph un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Ludovic Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Henri Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt seizième Poilu: Henri Fernand Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Henri Roche est né le 14 novembre 1888 à Caderousse au quartier du Panier autrement appelé la Grand Grange. C’est seulement après le décès de son père que la famille nombreuse migrera dans l’île de la Piboulette.

Louis Ignace Roche, le père en question est un Caderoussien de souche né en 1854. Il se marie à Rasteau avec une fille de cette commune viticole, le 09 août 1882. Marie Thérèse Brès, la mariée, est un peu plus jeune que son époux, née en 1859. Le couple va s’installer dans une ferme à Caderousse et la famille va s’agrandir !

Au recensement de 1886, deux garçons sont arrivés: Marius Louis en 1884 qui vivra jusqu’à l’âge de 71 ans sans quitter le village et Adrien Pierre en 1886 qui prendra pour épouse Marie Pavier en 1920 mais décèdera avant son aîné, en 1947. On reparlera plus tard des parcours de Poilus des frères d’Henri.

Dix ans plus tard, en 1896, trois autres petits sont arrivés. Deux autres garçons, Henri à qui cet article est consacré et Albert Etienne né en 1891 qui vivra jusqu’en 1972, puis une première fille, en 1896, Valentine Marie Louise qui prendra pour époux un certain Fernand Emile Leyraud de retour de la guerre.  A noter que la mère de Thérèse, Rose Vainsin ou Vaintin est venue finir ses jours à Caderousse auprès de sa fille après le décès de son mari à Rasteau.

Dix ans de plus sont passés et la famille est au complet en 1906. Après quatre garçons, le couple a donc eu,  trois filles Valentine Marie dont on a déjà parlé puis Claire Paulia et Adrienne Anne. Paulia est née en 1900 et se mariera en 1921 avec Louis Justin Aubert. Elle vivra suffisamment longtemps pour connaître les deux premiers mois de la présidence de François Mitterrand ! Quant à la petite dernière, Adrienne née en 1902, elle vivra quinze mois de plus que Paulia. Mon propos ressemble à un énoncé de problème en mathématiques !

Faits remarquables, tous les enfants du couple Roche-Brès vivront jusqu’à l’âge adulte et la mortalité infantile ne touchera pas cette famille. Ce sera la Grande Guerre qui amènera le premier deuil dans la fratrie avec le décès d’Henri en 1914. Auparavant, le père de famille Louis Ignace aura quitté les siens, le 17 avril 1908 à l’âge relativement jeune de cinquante-quatre ans.

Marius n’est pas mentionné dans le recensement de 1906 car à cette date, il termine un service militaire réduit à une seule année en tant qu' »aîné d’une fratrie de sept enfants ». Après lui, Adrien effectuera deux années chez les Chasseurs à Pied de Villefranche-sur-Mer de  1907 à 1909. Puis ce sera autour d’Henri de goûter à la grandeur et aux servitudes de la vie militaire du 07 octobre 1909 au 24 septembre 1911 au 3ème Régiment d’Infanterie de Marseille. Enfin Albert appelé sous les drapeaux le 10 octobre 1912 sera sur place quand la guerre éclatera et fera donc sept années très loin de Caderousse. La lecture des registres matricules des Roche du Panier nous apprend que tous ces garçons étaient de petite taille, entre 1 mètre 51 pour Henri à 1 mètre 56 pour Adrien, contrairement à leur père Louis qui était bien plus grand avec son mètre 65.

Après 1908 et le décès du père, la famille a migré dans l’île de la Piboulette, à la Grange Neuve.

La fratrie est à au complet en 1911. Une petite Louise Roche apparaît tout en bas de la liste. Prudent, l’agent recenseur ne se risque pas à donner le lien de parenté entre cette dernière et la chef de famille, Marie Thérèse Brés… nous non plus ! Un neveu de Rasteau, Auguste Leynaud, âgé de 14 ans vient aider ses cousins à mener les terres. Cette petite remarque nous apprend que Valentine Marie Louise s’est uni en 1919 avec un des ses cousins de Rasteau.

A l’appel du tocsin d’août 14, Marius, Adrien et Henri rejoignent leurs unités, le 3ème R.I. pour Henri, au camp de rassemblement des réservistes de Toulon. Quatre jours de préparatifs et le régiment s’ébranle en train pour la Moselle via Avignon, Lyon-Vaise et Dijon. Le destin d’Henri Roche est tout à fait similaire à celui d’un autre Caderoussien, Léon Paul Victor Ferragut, de deux ans son cadet, soldat du 3ème R.I., disparu à Dieuze le 20 août 1914.

On peut aussi citer Lucien Henri Constance du même régiment tué à Coincourt le 14 août aux premiers coups de fusil reçus par l’unité. Ou encore Auguste Ambroise Aubert et Fernand Gonzague Pécoul, les deux premiers morts de la guerre de Caderousse tués à Lagarde le 11 août. Et Julien Joseph Martin disparu le 14 août à Moncourt. Lagarde, Coincourt, Moncourt, Dieuze… tous des bourgs de Lorraine allemande. Auguste, Fernand, Julien, Lucien, Léon et Henri, toutes des victimes de l’inconsciente stratégie militaire française se lançant dans des attaques inconsidérées face à des Allemands puissamment organisés en défense.

Ainsi, le 20 août, le 3ème R.I. voit d’autres régiments en pleine débandade…

… traverser ses lignes. Puis quelques heures plus tard, c’est à leur tour de se replier en catastrophe sous la canonnade des Allemands.

Bilan chez les fantassins du 3ème R.I…

… 6 tués et 524 blessés ou disparus ! Parmi eux Henri Fernand Roche disparu le 20 août 1914 à l’âge de 25 ans et 9 mois. Enterré par les Allemands au château de Bidestroff, il repose depuis à la Nécropole Nationale « Riche » en Moselle.

Deux de ses frères, Marius l’aîné et Albert le plus jeune connaîtront la captivité en Allemagne. Marius, soldat du 258ème R.I. sera pris à Saint-Mihiel le 27 septembre 1914 lors de combats où ont péri dix Caderoussiers en quinze jours. Détenu à Ulm, il retrouvera la liberté le 28 décembre 1918. Albert blessé en septembre 1914 à Saint-Dié, sera lui capturé dans le secteur de Thiaumont pendant la bataille de Verdun en mai 1916. Détenu un temps à Hanreln, il retrouvera son frère à Ulm et rentrera en même temps que lui à Caderousse.
Quant à Adrien, ce sera le héros de la famille: trois blessures dont une à la tête, une maladie, deux citations et une médaille militaire !

Fiche matricule d’Henri Fernand Roche de Mémoire des Hommes.

Henri Fernand Roche, matricule 330 de la classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Henri Fernand un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Auguste et Louis Roche (généalogie).

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Adrien Claude et Joseph Roche (dans l’Histoire).

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt quatorzième et quatre-vingt quinzième Poilus: Adrien Claude Auguste et Joseph Adrien Toussaint Roche (partie historique).

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Adrien Claude Roche est bien entendu le premier des deux frères à être appelé sur le front. Il rejoint le 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon le 12 août 1914. Bien lui en pris puisque ce petit retard lui évita de se faire massacrer du côté de Lagarde, en Lorraine allemande, comme nombre de Poilus de ce régiment, essentiellement des Vauclusiens, de Gardois et de Buccorhodaniens.

De son côté, son grand frère Joseph Adrien, inapte au service armé au début du siècle ne vit l’Armée s’occuper de son cas qu’au mois de novembre 1914, le 11 d’ailleurs. La commission de réforme d’Avignon devant laquelle il dut passer découvrit, sans surprise, que sa hernie ne lui posait plus de problème, sans opération par ailleurs, et qu’il pouvait aller rejoindre un régiment d’infanterie, bien entendu. Ce fut donc le 02 décembre 1914 que Joseph entra dans une caserne pour la première fois, celle du 118ème Régiment d’Infanterie Territoriale… à Quimper, rien que cela ! A cette date, son petit frère Adrien n’était plus là !

A la lecture du Journal de Marche du 58ème R.I., il est fort probable qu’Adrien rejoignit le 58ème R.I. au front le 06 septembre 1914 avec 850 autres hommes rappelés comme lui. Les combats du mois d’août 14 avaient décimé cette unité et le besoin de forces neuves se faisait sentir.

 

A cette date, le régiment montait en ligne du côté Bar-le-Duc dans la Meuse. Là, une parenthèse s’impose dans notre narration. Le registre matricule d’Adrien est très incertain quant au sort de ce Poilu caderoussien. On y lit « Disparu le 08 octobre 1914 à Couvonges… » puis juste en dessous la solution de cette disparition: « Décédé le 8 septembre 1914 par jugement déclaratif du Tribunal d’Orange le 09 octobre 1920 ». On décida donc six ans et un mois plus tard qu’Adrien était mort le 8 septembre 1914, étant disparu corps et âme depuis cette date.

Pourtant, rien de notable n’est noté le 8 et le 9 septembre dans le Journal de Marche du 58ème. Mais le 10 septembre, c’est l’attaque des fantassins français…

… qui emplit de lyrisme le coeur du chef de corps qui y va d’un couplet enthousiaste…

… vite rappelé à la réalité par une note supplémentaire dans la marge annonçant que cette attaque avait coûté tout de même 240 hommes, mis hors de combat, blessés, tués ou disparus comme Adrien. A la date du 8 septembre 1914, Adrien était âgé de 33 ans et 1 mois.

Fiche matricule d’Adrien Claude Auguste Roche de Mémoire des Hommes.

Adrien Claude Auguste Roche, matricule 262 de la classe 1901, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse.

Après ce drame et même s’ils durent espérer longtemps que sa disparition n’était que provisoire, Claude et Thérèse Roche n’avaient plus qu’un seul de leurs quatre enfants en vie… Joseph Adrien Toussaint ! Et le voici à son tour se perfectionnant au métier des armes en Bretagne à partir de décembre 1914.

Le 1er mars 1915, il rejoignait une unité au front, le 23ème Bataillon de Chasseurs à Pied puis quelque temps après le 63ème Bataillon de Chasseurs Alpins. Des Alpins dans la Somme pendant l’été 1916, coin de France où le plus haut sommet ne doit pas dépasser une centaine de mètres !

Ce fut le 31 juillet que les Alpins débarquèrent du train à l’ouest de Saint-Quentin, à Maurepas, dans la Somme.

A partir du 20 août, les artilleries française et allemande se toisaient dans des duels sous lesquels les fantassins des deux camps, dans les tranchées, en étaient réduits à l’état de pions qui comptaient les points. Le 24 août, le duel se calma et ce fut l’attaque de l’infanterie pour reprendre quelques dizaines de mètres. Mais Joseph n’y participa pas. La veille, le 23, il avait été touché par un éclat d’obus au thorax et évacué vers l’arrière, vers une ambulance, à Cerise…

…comme on peut le lire sur ce récapitulatif des victimes du 63ème BCA sur la seconde quinzaine d’août 1916.

Il y décéda six jours plus tard, le 29 août 1916. Il aurait pu fêter quelques jours auparavant son 37ème anniversaire ! Claude et Thérèse Roche des Islons venaient de perdre le dernier de leurs quatre enfants.

Fiche matricule de Joseph Adrien Toussaint Roche de Mémoire des Hommes.

Joseph Adrien Toussaint Roche, matricule 639 de la classe 1899, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Adrien Claude Auguste et Joseph Adrien Toussaint leurs ascendants directs ou indirects, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Henri Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

115 POILUS de CADEROUSSE, 115 DESTINS… Gabriel RIEU.

115 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 115 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt huitième de la liste: Gabriel Joseph Marius RIEU.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

Après deux biographies peu évidentes, voici donc une recherche plus facile pour Gabriel Rieu autant du point de vue généalogique que de celui du parcours militaire déjà évoqué à plusieurs reprises !

Gabriel Rieu est né à Caderousse le 07 novembre 1884. Son père, également prénommé Gabriel est cultivateur, né au quartier du Gabin, propriétaire suivant l’Etat-civil. Gabriel Rieu père épouse Rose Thérèse Marie Menu le 27 avril 1881 à Caderousse. Gabriel comme Rose ne sont pas à proprement parler de jeunes époux puisque respectivement âgés de 38 et 36 ans le jour de leur union. Certainement  trop de travail pour Gabriel qui mène seul les terres de son père Jean, décédé en 1870. Les époux vont s’installer au Gabin.

Des enfants vont venir enrichir la famille de Gabriel et Rose. Gabriel fils est donc le premier enfant du couple, né trois ans après les noces, suivi en 1886 d’une fille prénommée… Gabrielle (Thérèse Jeanne) pour ne pas être trop original. Voici ce que raconte le recensement de 1886, quartier de Rabaisse, une autre appellation du Gabin certainement. Près du petit Rhône, il devait baigner souvent.

La mère de Gabriel père est toujours là. Les deux enfants Marius Gabriel et Thérèse Gabrielle -l’agent recenseur n’ayant pas osé écrire trois fois Gabriel- sont bien inscrits et deux jeunes hommes, Roche Louis et Gabriel aident le père dans le travail quotidien aux champs.

Quelques années plus tard, un petit Julien Louis Parfait vient compléter la fratrie, né en 1891. Petit dernier mais petit tout simplement, par la taille puisque l’Armée en 1901 le toisera à 1,55 mètre. Deux centimètres de moins que son « grand » frère Gabriel.

En 1896, l’agent recenseur se prend un peu les pieds dans le tapis en inventant une fille aînée Marie en lieu et place de Gabrielle et en inversant les âges. Un seul domestique aide le père dans son entreprise, un certain Paul Guissan qui gagne ainsi quelques sous en attendant d’être appelé sous les drapeaux.

Le 10 octobre 1905, Gabriel rejoint le 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon. Il y restera deux ans, libéré le 28 octobre 1907. Il est devenu Première Classe et a obtenu un Certificat de Bonne Conduite.

Il retourne à la grange, chemin d’Orange pour aider ses parents. On retrouve toute la famille en 1911, dernier recensement avant la guerre.

Une seule petite erreur dans l’année de naissance de Julien, 1892 au lieu de 1891 ! Pour le reste, tout va bien. Plus besoin de domestiques à la ferme puisque les enfants sont en âge de travailler. Par contre, la grand-mère Marie-Rose Bouschier a quitté ce monde. Ainsi va la vie…

Le 04 août 1914, Gabriel est rappelé sous les drapeaux. Il rejoint le régiment réserve du 58ème, le 258ème R.I. dont on a déjà tristement parlé. Oui, Gabriel va être le septième Caderoussien à perdre la vie dans la seconde quinzaine de septembre 1914 dans le secteur de Saint-Mihiel !

Après Louis Pécoul mort le 16 septembre, Paul Julien tué le 20, Justin Miaille le 26, Eugène Cambe disparu entre le 20 et le 27, c’est au tour de Gabriel Rieu de ne donner plus aucun signe de vie à partir du 27 septembre. Maurice Millet et Henri Lazard connaîtront le même sort, respectivement les 28 septembre et 04 octobre 1914 pour clore cette énumération funeste.

Le 27 septembre 1914, Gabriel Rieu était âgé de 29 ans et 11 mois. Son corps fut retrouvé par la suite et il repose désormais à la Nécropole Nationale « Vaux-Racine » de Saint-Mihiel.

Quant à son frère, un temps éloigné du front de part sa petite taille, il fut versé au 6ème Régiment d’Artillerie Lourde d’Orange pour y faire toutes les campagnes, de Verdun au Chemin des Dames et à Craonne, à la dernière offensive de Champagne en 1918. Mais lui eut la chance de retourner vivre auprès des siens, en 1919.

 

La fiche matricule de Gabriel Joseph Marius Rieu de Mémoire des Hommes.

Gabriel Joseph Marius Rieu, matricule 156 de la classe 1904, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Rieu est encore assez présent en Vaucluse comme dans le Gard, si quelqu’un reconnaît en Gabriel Joseph Marius son ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre… Antoine Ripert.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

114 POILUS de CADEROUSSE, 114 DESTINS… Léon PÉCOUL.

114 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 114 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Soixante-seizième nom de la liste: Léon Antoine Roger PÉCOUL.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

Léon ne semble pas avoir d’ancêtre commun avec les frères Pécoul dont on vient d’évoquer les vies, en tout cas en remontant jusqu’à leurs bisaïeuls. Ses parents se sont unis à Caderousse le 10 septembre 1873: Joseph Pécoul né en 1841 à Caderousse a pris pour épouse Marie Marguerite Millet, Caderoussienne de treize ans plus jeune que lui. Bizarrement, aucun enfant ne va naître de cette union pendant sept ans, jusqu’en 1880.

A partir de cette date, la grange de la Masclarde va retentir de cris d’enfants de façon continue pendant presque un quart de siècle. De pleurs d’adultes également car, sur les neuf naissances qu’on va évoquer, trois nouveaux-nés vont mourir jeunes: l’aîné Julien François Joseph né en 1880 ne va vivre qu’un peu plus de trois mois, la première fille Rose Marguerite Antoinette née en 1889 va décéder à 14 mois et la seconde Julie Augustine Hélène ne va guère plus avoir de chance que sa soeur en décédant seize mois après sa naissance en 1893.

C’est pour cela que sur la page du recensement de 1896, au quartier « chemin d’Orange », on ne retrouve qu’une fratrie exclusivement masculine:

Dans l’ordre, Jules ( Jules Pierre pour être précis) né en 1882, Marius (Casimir Louis en fait) en 1885, Louis (Marius Joseph ici, l’agent recenseur s’est un peu pris les pieds dans le tapis !) en 1886, Léon (Léon Antoine Roger) le Poilu qui nous intéresse, né en 1890 et enfin Ferdinand (Joseph Ferdinand Ludovic) en 1895.

Pas de fille donc ? Si, une petite Marguerite Louise Augustine viendra au monde le 18 novembre 1897 mais après ce recensement de 1896. Les Pécoul bénéficieront d’ailleurs une longévité de vie assez importante, Casimir Louis vivant jusqu’en 1980, Marius Joseph « Louis » jusqu’en 1971 et Marguerite jusqu’en 1974.

Tous les frères vont travailler la terre, dans la famille ou en mettant leurs bras au service des autres. A l’exception de l’aîné Jules réformé pour son service comme pour la guerre pour rhumatisme articulaire chronique, l’Armée va venir perturber le petit ordonnancement familial. Certes la famille ne va pas connaître la catastrophe connue par les autres Pécoul caderoussiens qu’on a narrée mais les blessures des frères et la mort de Léon vont marquer les années 10 du XXème siècle.

Jules va donc être réformé en 1902 pour rhumatisme et Casimir va connaître le même sort en 1905 pour tuberculose pulmonaire. Marius va servir deux ans au 163ème R.I. de 1907 à 1909 à Corte, Léon deux ans du 09 octobre 1911 au 08 novembre 1913 au 6ème Bataillon de Chasseurs à Pied à Nice. Des destinations touristiques pour les deux frères.

Quand la guerre éclate, Léon et Marius vont être rappelés sous les drapeaux, Léon chez les Chasseurs à Nice et Marius au 58ème R.I. d’Avignon. Le 6ème B.C.P. de Léon va guerroyer en Lorraine allemande, du côté de Lagarde et de Dieuze en août, puis de Luneville en septembre pour se retrouver en Argonne en octobre 1914. Le bataillon tient le front à l’est de Vauquois en alternance avec le 24ème B.C.P., en prenant des repos à Récicourt.

C’est en effet juste avant la relève du 26 octobre 1914 qu’un bombardement frappe l’unité un jour de calme relatif, le 25 octobre… comme on peut le lire dans le Journal de Marche ci-dessous.

Le 25 octobre 1914, les hommes renforcent leurs tranchées ou construisent des sapes, des galeries pour déposer des mines sous les tranchées allemandes. Vauquois n’est pas très loin de là et on est en pleine période de la guerre des mines.  La routine en quelque sorte. Puis, vers onze heures, des obus allemands tombent sur la tranchée tenue par la 4ème Compagnie. Un lieutenant et cinq hommes du rang vont être tués par ce tir inattendu. Parmi eux, Léon Pécoul tué quelques jours avant son vingt-troisième anniversaire.

Mais la guerre n’est pas finie pour autant pour les trois autres frères Pécoul valides, oui, les trois car Casimir Louis, le « tuberculeux » de 1905 est reconnu bon pour le service et envoyé au 24ème B.C.P. début 1915. Entre temps, en décembre 1914, c’est Ferdinand le benjamin qui est appelé lui aussi au 24ème B.C.P. Décidément Pécoul rime avec Chasseur !

Les trois frères vont connaître des sorts parallèles. Ils survivront à la guerre mais seront tous les trois meurtris dans leurs chairs. C’est tout d’abord Ferdinand qui sera blessé deux fois en l’espace de huit mois en 1915, à l’Hartmannswillerkopf, la « Montagne mangeuse d’hommes » en Alsace, le 21 avril par un éclat d’obus à la tête puis le 24 décembre par un éclat dans le dos non loin du cou. Après cela, il sera retiré des Armées pour terminer la guerre en service auxiliaire.

L’année 1916 sera l’année noire pour Casimir Marius, une balle allemande le blessant gravement à la main gauche le 12 septembre. Des problèmes de préhension l’emmèneront loin du front dans des services auxiliaires.

Restait Marius Joseph dans les Armées, appellation officielle pour dire qu’on est trop front. Début 1917, il est blessé à Douaumont le 22 janvier par un éclat de grenade à la tête. Soigné, guéri et renvoyé à la guerre, il subit une autre blessure plus grave à Champeroux le 22 décembre de la même année 1917. Lors d’une attaque, il se pique sur un fil de fer barbelé et sa blessure s’infectera au point de lui faire perdre la flexion des doigts et du poignet gauche. Retour en caserne pour Marius en service auxiliaire, à son tour.

Si bien qu’en 1918, plus aucun membre de la fratrie des Pécoul de la Masclarde ne sera exposé à la mort sur un front de la Grande Guerre. Mais tous estropiés pour le reste de leurs existences.

La fiche matricule de Léon Antoine Roger Pécoul de Mémoire des Hommes.

Léon Antoine Roger Pécoul, matricule 984 de la classe 1910, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Pécoul est encore bien présent sur Caderousse et Orange. Si quelqu’un reconnaît en Léon Antoine Roger un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre: Joseph Augustin Pelin.

Matricules militaires des autres Pécoul, tous appelés à Avignon: Casimir Louis: 412 (classe 1905); Marius Joseph: 323 (classe 1906) et Joseph Ferdinand Ludovic: 873 (classe 1915).

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

114 POILUS de CADEROUSSE, 114 DESTINS… Gabriel Marius PÉCOUL.

114 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 114 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Soixante-quinzième nom de la liste: Gabriel Marius PÉCOUL.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

Le petit dernier des Pécoul est aussi un grand gaillard d’un mètre soixante-quinze (c’était très grand à l’époque), quoique encore à cinq centimètres de son frère Fernand Gonzague avec son mètre quatre-vingt. Né le 09 juin 1895, il n’a pas vingt ans lors de la déclaration de guerre et toujours pas ce bel âge quand il est appelé sous les drapeaux par anticipation, comme toute la classe 1915, en décembre 1914.

Il se rend à Saint-Etienne le 17 décembre pour rejoindre le 38ème Régiment d’Infanterie. Quelques mois de formation aux armes puis direction Marseille pour s’embarquer pour le front d’Orient. Il y passera trois années, du 14 mai 1915 au 14 mai 1918. Il appartient alors au 176ème Régiment d’Infanterie.

Retour en France au printemps 1918 pour participer aux violents combats qui voient depuis le mois de mars, les troupes allemandes avancer dans le secteur britannique, dans la Somme et le Nord de la France. Elles avancent certes mais elles s’épuisent avec aucune réserve contrairement aux Alliés qui bénéficient de la montée en puissance des troupes américaines et de l’arrivée de nouvelles armes comme les chars.

A partir de juillet 1918, le mouvement s’inverse et les Alliés commencent à repousser les Allemands qui reculent certes mais qui s’accrochent et vont donner beaucoup de fil à retordre à leurs ennemis. Le front de la Somme se déplace vers l’est à la vitesse de quelques kilomètres et de quelques dizaines de morts par jour. La guerre de mouvement est beaucoup plus gourmande en vies humaines que la guerre des tranchées et les assaillants qui avancent ne connaissent aucun répit avec des mitrailleuses ennemis camouflées aux endroits les plus inattendus qui sèment la mort à tout moment.

La prise de Languevoisin par exemple par le 112ème Régiment d’Infanterie auquel appartient Gabriel depuis un peu plus d’un mois. Pour arracher ce village situé à trente kilomètres à l’ouest de Saint-Quentin, on s’attendait à une bataille sanglante mais qui n’eut pas lieu. Après cette avancée, c’est l’artillerie allemande qui lâche des bombes sur la cité en tuant quelques fantassins à découvert. Parmi eux, Gabriel Marius qui va connaître le même sort que ses frères Fernand et Louis. On est alors le 28 août 1918 et Gabriel est seulement âgé de 23 ans et 3 mois.

Le bilan du 28 août 1918 pour 112ème Régiment d’Infanterie… pas de grande bataille mais une guerre de d’accrochages qui fera tout de même 85 hommes tués, blessés, intoxiqués ou malades… nous sommes au tout début de l’épidémie de grippe espagnole. 

 

La fiche matricule de Gabriel Marius Pécoul de Mémoire des Hommes.

Gabriel Marius Pécoul, matricule 871 de la classe 1915, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Pécoul est encore bien présent sur Caderousse et Orange. Si quelqu’un reconnaît en Gabriel Marius un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre: Léon Pecoul.

Quelques mots sur le parcours de Joseph Pierre, le quatrième frère qui lui vivra jusqu’en 1973. Né en 1884, il sera appelé en octobre 1905 au 58ème RI à Arles où il ne restera qu’un an. Rappelé à la déclaration de guerre, il sera blessé à deux reprises: tout d’abord soldat au 58ème RI à Souilly, au sud-ouest de Verdun, le 09 septembre 1914 puis avec le 297ème RI lors de l’attaque du Chemin des Dames, le 25 juin 1917, à l’épine de Chevrigny, lors de cet épisode qu’on a appelé « la bataille des observatoires ». Mais ses blessures ne furent pas mortelles.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE