Archives de Tag: août

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Gustave VATON.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-quinzième Poilu: Gustave Henri VATON.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Les deux Vaton sur le Monument aux Morts de Caderousse ne semblent pas être parents proches. François Alexandre le grand-père paternel du Poilu était menuisier, son fils François Gustave, le père du Poilu était lui aussi menuisier, ébéniste même mais il ne semble pas que Gustave eut le temps d’emprunter le même chemin car l’armée le déclara cultivateur lors de son conseil de révision, en 1908 et qu’après cette date, il passa plus de temps sous les drapeaux que chez lui.

François Gustave, Caderoussien de souche alors âgé de trente-deux ans, épousa le 30 août 1871 une fille du village, Marie Victoire Chamary âgée de vingt-un ans. De cette union allaient naître six enfants entre 1872 et 1888 dont trois décédèrent quasiment à leurs naissances. Seules-Seuls Marie Louise Pauline née en 1879, Henriette Thérèse née en 1881 et Gustave Henri, le futur Poilu né le 06 juillet 1888 vécurent donc jusqu’à l’âge adulte, à l’abri des digues du village, rue Saint-Michel puis rue de l’Escurier et enfin dans la grande rue.

Recensement de 1891, la famille est au complet.

Dix ans plus tard, en 1901, c’est un peu en désordre mais tout y est.

Dix nouvelles années après, en 1911, Henriette s’est mariée en 1906 avec François Ferdinand Chevalier et a quitté le domicile de ses parents. Quant à Gustave, il est devenu Alexandre, le prénom du premier enfant du couple décédé en 1872 à l’âge d’un jour et il a été vieilli de trois ans ! Erreur fréquente des recensements !

Entre temps, du 07 juillet 1909 au 24 septembre 1911, Gustave a effectué son service militaire à Toulon, au 111ème Régiment d’Infanterie. Il passa donc deux années au bord de la Méditerranée et c’est malheureusement ce recrutement dans cette unité qui allait lui être fatal !

Moins de trois ans après avoir été renvoyé dans son foyer en 1911, Gustave était rappelé au 111ème R.I. le 03 août 1914. Il n’avait plus que onze jours à vivre !

En effet, il allait être emporté dans cette aventure inconsidérée que l’Etat-Major avait imaginé et dans laquelle il allait jeter des régiments venus du Midi, le 111ème R.I. mais aussi le 112ème, le 58ème, le 3ème et le 19ème Régiment d’Artillerie de Campagne.  Les hommes du 111ème R.I., partis le 9 août d’Antibes et à pied d’oeuvre le 11, allaient essuyer leur baptême du feu le 14 août à la frontière lorraine et pour trois Caderoussiens de  cette unité, Julien Martin, Jean Roumieux et donc Gustave Vaton, cette date allait être celle de leur disparition, tous trois à Moncourt, en Lorraine allemande. Pour illustrer cela, on ne peut que montrer une seconde fois la carte des lieux déjà présentée dans la biographie de Louis Ruat.

Lagarde (1) trois Caderoussiers tués le 11 août, deux hommes du 58ème RI et un du 19ème RAC; Coincourt (2) 1 tué le 14 août, homme du 3ème RI, Moncourt (3) trois hommes tués (dont Gustave) le 14 août appartenant au 111ème RI, Dieuze (4), deux tués, hommes du 3ème RI le 20 août et Bidestroff (5) 1 tué, soldat du 112ème RI. Neuf de ces dix hommes concernés furent portés disparus avant d’être déclarés Morts pour la France plus tard, ce qui amortit le choc qu’aurait provoqué une telle hécatombe au village !

Autre statistique édifiante qui prouve qu’août 14 fut terrible pour Caderousse comme pour toute la France ! Quatorze soldats du village décédèrent du 11 au 27 août, sur 128 Poilus MPLF soit près de 11% des morts du village pendant la guerre en 17 jours d’un conflit qui en durera 1 561 soit 1% du temps !

Dernière précision. La moyenne d’âge des dix gars dont on a parlé ci-dessus était de vingt-quatre ans et six mois. Des gamins !

De son côté, le 14 août 1914, jour de sa disparition, Gustave Vaton était âgé de 26 ans et 1 mois.

Fiche matricule de Gustave Henri Vaton de Mémoire des Hommes.

Gustave Henri Vaton matricule 309 de la classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaiteraient aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Valon est un patronyme encore présent à Caderousse, dans le Vaucluse et un peu dans le Gard. Si un descendant indirect de Gustave  reconnaît en lui son ancêtre  qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou modifier cette petite biographie.

A suivre… Paul Vaton.

3 Commentaires

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Louis Ruat.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-septième Poilu: Louis Eugène Ruat.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Une fois n’est pas coutume, commençons par la fin qui mérite qu’on s’y attarde. Né en 1892 et incorporé en 1913, Louis fait partie de ces hommes qui sont sur place quand la guerre éclate et qui vont donc subir un maximum de pertes dans le minimum de temps, le premier mois de la guerre.

On a déjà parlé des sept morts caderoussiens dans le secteur de Saint-Mihiel à la fin du mois de septembre, des hommes appartenant au 258ème R.I. et qui sont des réservistes un peu plus âgés. Ici, pour Louis et pour huit autres Caderoussiens dont on déjà raconté l’histoire, on a affaire à de gars plus jeunes emmenés par leurs gradés dans le piège tendu par les Allemands qui laissèrent les régiments français s’enfoncer sans mal en Lorraine allemande pour mieux les détruire dans des contrattaques dévastatrices.

Auguste Aubert et Edgard Roux du 58ème R.I. d’Avignon, Fernand Pécoul du 19ème R.A.C. tombèrent les premiers à Lagarde le 11 août (1) par la faute de leur chef direct un peu trop téméraire, presque les premiers morts de la guerre. Lucien Constance du 3ème R.I. fut tué le 14 août à Coincourt (2), le même jour que Julien Martin et Jean Roumieux du 111ème à Moncourt (3). Léon Ferragut et Henri Roche du 3ème R.I. tombèrent à Dieuze le 20 août (4) tout comme… Louis Eugène Ruat du 112ème R.I. mais un peu plus en avant en territoire hostile, à Bidertroff (5).

Partis en train de Toulon les 07 et 08 août 14, les bataillons du 112ème R.I. arrivèrent à Diarville deux jours plus tard. Ils franchirent la frontière le 14 août, prirent facilement Moncourt puis en firent de même à Dieuze le 19 août. Quelques éléments d’avant-garde s’aventurèrent jusqu’à Bidestroff. Louis Ruat en faisait partie.

C’est là qu’ils furent cueillis le 20 août 1914 par la contrattaque allemande qui emporta une grand nombre d’hommes du 112ème. Tué et enterré par les Allemands dans des fosses communes non localisées, il fut considéré comme disparu avant que le Tribunal d’Orange ne fixe la date de son décès au 12 juin 1920. Le 20 août 1914, Louis Ruat était âgé de 22 ans et 4 mois.

Né le 23 avril 1892, Louis est le fils d’Henri Joseph Ruat et Rosalie Victoire Mialon. Henri né en 1860 est un ouvrier en balais de 27 ans quand il épouse Marie Madeleine Peillet le 27 avril 1887. Cette dernière lui donnera rapidement un enfant, Marius Jean, moins de dix mois après mais elle décèdera quarante jours après et suite de l’accouchement, le 19 mars 1888.  L’année suivante, Henri prendra pour seconde épouse Rosalie, la mère de Louis,  le 18 janvier 1890, une Caderoussienne de presque vingt ans.

Deux ans plus tard naît Louis Eugène le 23 avril 1892, cours de l’est puis Alexandre Roger le 21 février 1894, rue Saint-Michel. Cela fait donc une fratrie de trois garçons, Marius, Louis et Alexandre…

…dans l’ordre pour le recensement de 1906…

…et le désordre dans celui de 1911, l’agent recenseur n’arrivant pas à trouver la bonne année de naissance pour Louis dans un cas comme dans l’autre, 1893 puis 1891 en lieu et place de 1892 !

Louis va s’installer à Toulon en 1912 en officiant comme employé municipal. Le 19 juin 1913, il s’engage dans l’armée pour trois années à la mairie d’Avignon et rejoint le 112ème R.I. deux jours plus tard à Antibes. Il n’ira pas au bout de son engagement comme on l’a vu précédemment, fauché par la mort lors du terrible mois d’août 14.

 

Fiche matricule de Louis Eugène Ruat de Mémoire des Hommes.

Louis Eugène Ruat matricule 774 de la classe 1912, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Ruat est encore présent dans le Vaucluse et dans le Gard. Si quelqu’un reconnaît en Louis Eugène un ascendant  indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Paul Ruat.

Deux mots sur la Guerre de ses deux frères qui en réchappèrent sans blessure.

Marius Léon (279-classe 1908 Avignon) brillant élève, il contracta un engagement spécial de quatre ans pour faire l’X, l’Ecole Polytechnique. Il fit son second stage au 8ème Génie et se spécialisa dans les télécommunications, le téléphone à l’époque. Il reçut deux citations en 1916 pour son travail à Verdun et en 1917 pour celui effectué sur la Somme et l’Oise, son courage et sa témérité. Il reçut la Victory Cross britannique !

Alexandre Roger (432 classe 1914-Avignon) fut incorporé au 55ème R.A.C. d’Orange où il ne connut pas de problème particulier. 

Poster un commentaire

10/09/2018 · 11:42

106 POILUS de CADEROUSSE, 106 destins… AUBERT Augustin

106 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 106 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatrième nom de la liste: Aubert Augustin.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument

La Grande Guerre d’Augustin Ambroise Aubert ne dura en tout et pour tout que 8 jours. Mobilisé comme bon nombre de réservistes le 03 août 1914, il rejoignit immédiatement son unité, le 58ème Régiment d’Infanterie en Avignon où il avait fait sa formation militaire et qu’il avait quitté, muni d’un Certificat de Bonne Conduite le 08 novembre 1913, moins de 9 mois auparavant.

Le temps de retrouver son paquetage et les 3 bataillons partaient la fleur au fusil prendre le train en traversant la ville sous les vivats des Avignonnais à la gare de Pont d’Avignon, qu’on appellerait Villeneuve-lès-Avignon de nos jours. On était alors le 5 août, plutôt le 6 pour le bataillon d’Augustin de Caderousse. Direction le nord-est de la France. Les trains déversèrent leurs flots de soldats du Midi  à Vézelise, à une trentaine de kilomètres au sud de Nancy (1)le 7 ou le 8 août. Pourquoi en cet endroit ?

lagarde-carte

La carte de la région où se déroulèrent les premiers drames de la guerre.

N’oublions pas que la frontière entre la République et le Reich allemand n’était qu’à quelques dizaines de kilomètres à l’est (2), la Lorraine étant alors allemande depuis 1871. Les Vauclusiens avaient vocation à défendre cette frontière à l’est du département de la Moselle, tels étaient les ordres stricts de l’Etat-Major de la 2ème Armée commandée  par le général de Castelnau. Il fallait attendre que toutes les unités soient là pour tenter quoi que ce soit.

Les hommes du 58ème R.I. se retrouvèrent le 10 à quelques hectomètres du Reich, à Xures quand le général Lescot, commandant le secteur décida de son propre chef de traverser la frontière pour prendre le proche village de Lagarde (3), à 4 km à l’est de Xures. Les Allemands présents à Lagarde se replièrent après quelques coups de feu.

Le 11 août au matin, tout allait changer et c’est une division entière de Bavarois qui allaient contrattaquer et encercler le village de Lagarde tenu par un millier et demi de soldats français parmi lesquels se trouvait Augustin Aubert. De très durs combats allaient se dérouler toute la journée et Lagarde était repris le soir par les Allemands. Les pertes étaient très lourdes des 2 côtés.

Le bilan de cette journée est apocalyptique: on a dénombré 550 morts du côté français et 360 du côté allemand. D’autres sources estiment que les Français perdirent en quelques heures 969 hommes, tués, blessés ou faits prisonniers. Augustin Aubert était l’un de ceux-ci. Porté disparu un premier temps, il fut déclaré mort en juillet 1920. En même temps, son corps fut certainement retrouvé puisqu’il repose depuis à la Nécropole Nationale de Lagarde, sépulture individuelle 41, comme on peut le lire sur le site « Mémoire des Hommes »:

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/client/mdh/sepultures_guerre/detail_fiche.php?ref=2254890&debut=0

Quant au triste général Lescot, auteur de cette initiative criminelle, on lui retira tout commandement. Rare moment de lucidité de l’institution militaire !

aubert-augustin

Fiche matricule de « Mémoire des Hommes ».

Augustin Ambroise Aubert, né le 10 mars 1890, était alors âgé de 24 ans 5 mois et 1 jour. Qu’advint-il de la ferme familiale située au quartier de la Fazendre (?) à Caderousse ? Son père Léon Adam était décédé et Augustin était seul à aider sa mère Marie-Rose née Charrier aux champs, ayant été reconnu un moment « soutien indispensable de famille » par le Conseil Départemental du Vaucluse avant que l’Armée ne le récupère au moment où les bruits de bottes se faisaient plus inquiétants aux frontières.

Augustin Ambroise Aubert, matricule 952 classe 1910, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Aubert étant toujours vivant à Caderousse, si un descendant direct ou indirect reconnaît son ancêtre, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède d’autres photos ou documents.

A suivre Julien Aubert.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche