Archives de Tag: espionnage

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 1er mai 1918

(JOUR 1368 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Georges Clémenceau à la une de ce J’ai vu. Agé de 77 ans le jour de la parution du journal, il est Ministre de la Guerre depuis le 17 novembre 1917 et partisan de la victoire totale sur le Reich.

Un article sur l’exécution de Mata Hari et de Bolo-Pacha pour espionnage au fort de Vincennes. Cela date du 17 octobre 1917 mais J’ai vu est coutumier de revenir sur des évènements passés pour les analyser.

La comédienne entre deux autres « traitres » exécutés à Vincennes par la même occasion, Costa Condoyannis et Bolo-Pacha.

Le départ du corbillard de Vincennes emmenant la dépouille de Bolo-Pacha.

Une exécution paru dans un journal berlinois qui met en parallèle l’exécution de Mata Hari et celle de Maximilien au Mexique, après la catastrophique expédition initiée par Napoléon III.

Rien à voir avec la guerre que cette page sur Poulbot qui met en scène à Paris le personnage qu’il a créé…

Paris bombardé par la Grosse Bertha, un canon géant allemand et a fait dégâts sur une crèche en tuant un personnel de santé…

veillé par ses collègues infirmières mais n’enlève pas…

le sourire aux Parisiennes.

D’autres qui ne perdent pas le sourire, ce sont les jeunes recrues de la classe 1919 qui partent pour la caserne. Sourire de circonstance et pour l’objectif du photographe, pour sûr.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 28 avril 1918

(JOUR 1365 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Une mission d’observation composée d’officiers espagnols visite Reims et écoute le maire de la ville expliquer les bombardements allemands qui ont gravement endommagé la ville.

Toujours la bataille de la Somme et les contrattaques alliées pour reprendre le terrain perdu fin mars.

On transporte les célèbres canons de 75 français, très maniables, sur automobiles.

Comme l’aviation, les transports automobiles ont considérablement progressé en 4 ans.

Evacuation de blessés sur le champ de bataille de la Somme.

Les brancardiers s’occupent des plus touchés. Pour les autres, ils se débrouillent seuls en rencontre sur la route les troupes montant au front.

Avec la reprise de la guerre de mouvement,…

des tranchées de fortune sont utilisées, des fossés protégés par des branchages !

En 4 vues, une contrattaque française sur la Somme, près de Roye.

En regardant la carte des lieux, nous sommes à mi-chemin entre Montdidier point extrême de l’avancée allemande et Saint-Quentin, point de départ de celle-ci.

Paris: toujours des bombardements allemands avec de la grosse artillerie.

Un dessin pour nous expliquer la destruction d’une crèche…

…mais des victimes bien réelles, un bébé touché au poignet et une assistance maternelle tuée.

A Vincennes, dans le Polygone militaire, on a exécuté Paul Bolo condamné pour intelligence avec l’ennemi.

Poincaré avait refusé de commuer la peine de mort en peine à perpétuité.

Ces scènes datent du 17 avril 1917.

On continue de voir des troupes américaines défiler aux Etats-Unis avant de s’embarquer…

…alors qu’on a besoin de ces hommes face aux Allemands sur le front occidental.

Et que dire de ces montagnes de caisses de munitions accumulées par les troupes canadiennes à l’arrière du front.

La machine de guerre occidentale tourne à plein régime et ne sait-ce que sur ce point, l’Allemagne ne pourra jamais suivre un tel effort de guerre.

Pour finir ce mois d’avril 1918, les destructions d’Ypres en Belgique.

Depuis 4 ans les ruines sont laissées ainsi, à quelque encablures du front qui n’a pas varié.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 1er avril 1918

(JOUR 1338 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une générale de J’ai vu de ce 1er avril 1918, la guerre sous-marin raconté depuis les mémoires d’un sous-marinier allemand opposé à la politique du Kaiser. Un dessin de Léon Fauret pour attirer les lecteurs à acheter cette revue.

Autre article avec un reportage sur le Transsibérien pour oublier un temps la guerre.

Mais le questionnement militaire revient rapidement. Les Japonais vont-ils emprunter cette voie ferrée pour attaquer les Soviets et les Allemands ? Il faut dire que cette liaison n’est achevée que depuis quelques mois (5 octobre 1916) et qu’elle fait rêver nombre d’occidentaux.

Seconde une intérieure avec les obsèques de deux infirmières tuées lors du bombardement des Gothas sur Paris.

Le « pas-de-chance » pour ces jeunes femmes présentes au mauvais endroit au mauvais moment !

Clémenceau, le Président du Conseil, c’est-à-dire le Premier Ministre en visites…

…aux troupes américaines…

…aux aviateurs français dont on compte sur eux pour venger l’attaque des Gothas.

Alaska ?

Non seulement les Vosges enneigées où les Alpins amènent le ravitaillement sur des traîneaux comme cela se passe dans le Grand Nord.

Une page d’humour noir où le dessinateur Marcel Capy se moque du chef de la sureté de la place de Paris, M. Priolet, grand pourfendeurs d’espions en tout genre…

Bizarre que la censure ait laissé passer cette BD !

Encore des vues de l’explosion du dépôt de grenades de la Courneuve, en banlieue parisienne, accident survenu le 15 mars.

On parle d’une explosion entendue à 280 km de l’épicentre et d’une trentaine de morts. Le chiffre retenu par l’histoire est de 15 décès.

Pour finir, une vue des chantiers navals américains tournant en plein rendement.

On parle de 500 000 personnes employées aux constructions de guerre pour permettre la création d’un véritable pont naval entre les Etats-Unis et l’Europe.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 17 février 1918

(JOUR 1295 -petite remise à jour du compteur- DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Numéro riche et diversifié. En première page, on voit un observateur allemand dans un ballon captif avec un fusil-mitrailleur sensé éloigner d’éventuels prédateurs aériens.

A Lens, des canons canadiens camouflés mais redoutables.

En Palestine, si Jérusalem a été prise, la guerre continue plus au nord:

en haut, un train de munitions turcs a été pulvérisé et en bas les blessés britanniques sont évacués à dos de chameaux.

Plus loin, cet autre train ottoman a été pris par les Anglais….

…qui paradent fièrement.

Non loin de là, à Salonique, des réfugiés macédoniens ont fui leur pays en proie à la guerre et sont abrités dans une mosquée.

On continue de tester les nouveaux chars. Après l’échec cuisant des premières expériences, le magazine explique au lectorat que désormais tout semble être rentré dans l’ordre, que les essais sont concluants et que bientôt leur utilisation lors des combats changera le cours de la guerre… ce qui finalement n’est pas si faux que cela !

Même en marche arrière comme sur cette dernière vue, le char se sort des pièges des tranchées.

En Irlande, de nouvelles élections vont avoir lieu, occasion par le partie indépendantiste irlandais, le Sinn Fein de sortir à nouveau dans les rues pour manifester contre l’occupant anglais.

On ne sait pas trop de quoi sera fait l’avenir de l’Irlande, comme on se demande ce que vont devenir les soldats serbes partis  combattre sur le front russe. Le rapatriement ? l’enrôlement dans l’Armée Rouge ou le Goulag ?

Un petit mémorial a été construit à l’entrée du boyau dans lequel est tombé le premier officier américain combattant sour l’uniforme US.

Ce D.H. Harden n’a été que blessé mais l’abri porte maintint son nom.

On encapuchonne les monuments historiques ici et là pour éviter des destructions rédhibitoires.

Même à Paris voit-on où des canons à longue portée allemand peuvent causer des dégâts.

Pour terminer, un dessin du procès de Bolo pour intelligence avec l’ennemi.

Dessin car les photos étaient interdites dans la salle d’audience. Comecon en a parlé il y a peu, le défenseur de Bolo Pacha ne pourra éviter la peine capitale.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 26 janvier 1918

(JOUR 1272 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, Pierre Bouchardon, capitaine pendant la guerre qui présida le Conseil de Guerre. De part de d’autre de son portrait central, on reconnaît deux de ses victimes: Paul Bolo dit Bolo Pacha qui fut exécuté le 17 avril 1918 pour intelligence avec l’ennemi, il aurait reçu 11 millions de francs de la part de la Reich Bank et Joseph Cailloux qui lui aussi se verra condamné pour des propos mais ne sera pas exécuté. Il sera réhabilité en 1925 par le Cartel des Gauches. On aurait pu ajouter aux victimes célèbres de Bouchardon, Mata-Hari.

Sous le titre « les véritables buts de la guerre », apparaît cette carte des bassins miniers de Lorraine et de Sarre…

…certainement un enjeu de ce conflit.

Une vue des déportés belges et français des territoires occupés par les Allemands.

Après un long périple, ils sont arrivés à Genève, à moitié mort de faim suivant le rédacteur de l’article.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 25 août 1917

(JOUR 1119 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Des troupes de marine britannique sont en train de hisser un canon sur un fort des Echelles du Levant: Malte ? Gibraltar ? la Crète ?

Aux Etats-Unis, les troupes traversent l’Atlantique pour  rejoindre le front français. Mais pas seulement.
Ci-dessous, les avions américains aussi sont embarqués sur bateaux pour aller vers l’Europe.

L’aviation américaine sera bientôt opérationnelle !

En Orient, la guerre fait rage et là aussi, les civils sont victimes des bombardements.

Dans un village maronite du Liban, les Allemands ne se sont pas faits des amis après ce bombardement, comme il l’avait fait en tirant sur Jérusalem.

Une page sur le Bataillon féminin de la Mort en Russie.

J’ai vu en a parlé dans son numéro du 18 août 1917.

En double page centrale, un dessin représentant le procès d’une Espionne allemande qui sera condamné à mort.

Bien que son nom ne soit mentionné (on dit l’Espionne), on peut penser qu’il s’agisse du procès de Mata-Hari qui commença le 24 juillet 1917. Elle sera condamnée à mort et le président de la République Raymond Poincaré ne la graciera pas. Elle sera exécutée le 15 octobre 1917. Ce procès permettait au pouvoir de faire diversion, il fallait faire oublier les mutineries du printemps 1917.

Pour terminer, le ravitaillement.

Et les rationnements qui commencent, en ville surtout, la France rurale n’étant pas autant atteinte que pendant la Seconde Guerre Mondiale. On a nommé un ministre du ravitaillement, M. Viollette, celui du rapport qui faillit changer le sort de l’Algérie sous le Front Populaire.

On doit rationner le pain en attendant la soudure de la nouvelle récolte, le sucre à cause des destructions des sucreries et l’occupation des terres à betteraves du Nord de la France, la viande…

et le charbon pour des raisons similaires au sucre.

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 25 février 1917

dsc01380

(JOUR 930 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Pour commencer, une vue d’Italie où on plutôt l’habitude de paysage montagnard. Rien de cela aujourd’hui avec ce bateau en golfe de Trieste où le prince héritier vient remonter le moral des troupes et des marins italiens.

Un numéro sans grande idée directrice mais qui va être particulièrement international.
Hommage aux Alsaciens-Lorrains, sujets allemands qui s’engagent dans l’Armée française.

dsc01382

Ici, l’Armée rend hommage au maire de Dannemarie, M. Beck, dont le fils engagé volontaire vient d’être tuyau champ d’honneur. Habituellement les Alsaciens-Lorrains étaient recrutés dans la Légion Etrangère.

Horreur ! les Barbares !

dsc01383

Une double page de portraits de prisonniers allemands, se voulant certainement horribles (Quelques physionomies particulièrement typiques et pittoresques de soldats allemands… dit la légende). Plutôt bien tenus pour des prisonniers de guerre et bien moins « poilus » que nos Poilus !

En Grèce, l’armée favorable au roi (et aux Allemands) se retire en Péloponnèse en traversant le canal de Corinthe.

dsc01384

La vue la plus classique de ce passage aérien au dessus du canal.

Instruction de nouvelles recrues en Russie.

dsc01386

Dans la neige et le froid. On nous présente cela comme des scènes de guerre… mais cela ne « fait » pas très vrai !

Ces soldats britanniques , eux, c’est de la chaleur qu’ils doivent se prémunir. Nous sommes en Irak et les troupes anglaises reprennent leur marche en avant face aux Turcs, le long du Tigre. Après la chute de leur camp retranché à Kut-el-Amara (160 km au sud-est de Bagdad), le 19 avril 1916, les Britanniques se sont réorganisés et leur puissante attaque des 22 et 23 février 1917 leur permettra de reprendre définitivement la ville.

dsc01387

On n’en est pas encore là avec la lenteur des informations dans la presse française mais les Turcs subissent des revers sur ce terrain d’opération.

Par contre, apparition d’un taube survolant un ring improvisé de boxe crée une belle panique chez les acteurs et spectateurs !

dsc01388

Une manifestation patriotique à Londres avec fanfare, certainement pour recruter des volontaires pour le front français.

dsc01390

Pour terminer, les Etats-Unis en plusieurs dossiers:

1- la découverte d’un puissant émetteur radio dan une île du New Jersey, l’île Hickory,…

dsc01381

… un émetteur capable de communiquer des informations jusqu’en Allemagne ! Une belle réalisation des espions allemands soutenus par les émigrés américains venant d’Allemagne et représentant une forte diaspora.

2-les rescapés du paquebot SS California coulé par un sous-marin U-boat allemand lors de sa liaison commerciale entre Glasgow et New York, le 7 février 1917.

dsc01385

De retour en Ecosse, les survivants sont pris en charge et les marins rescapés touchent leur paie aux bureaux de la compagnie Anchor Line. Cette acte de piraterie coutera la vie à 5 personnes lors de l’explosion des 2 torpilles envoyés par le sous-marin, puis celle de 36 autres voyageurs et membres de l’équipage lors d l’évacuation du bateau. Le paquebot avait été lancé en 1907.
3-le lancement en grande pompe du chantier du futur super-cuirassé « California » (lui aussi) dans les chantiers navals de Mare Island en Californie.

dsc01389

Commandé le 28 décembre 1915, il verra sa quille posée le 25 octobre 1916. Il ne connaîtra pas le feu pendant la Première Guerre Mondiale puisqu’il sera lancé le 20 novembre 1919. Par contre, il sera coulé sans pouvoir se défende lors de la première bataille à laquelle il assistera, l’agression japonaise de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, entraînant les Etats-Unis dans la Seconde Guerre Mondiale. Renfloué, il sera tout de même actif dans la bataille du Pacifique en 1944.

Poster un commentaire

Classé dans Revues