Archives de Tag: PTT

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 21 janvier 1917

dsc00399

(JOUR 902 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

On l’avait presque oublié mais le vieux roi Pierre 1er de Serbie est toujours en vie même s’il a quitté son trône pour laisser régner son fils Alexandre 1er. Ici, il vient visiter le camp retranché de Salonique où les troupes serbes combattent au côté des Français et des Britanniques. Deux rois sans royaume.

On a renfloué le croiseur allemand Emden dont la carcasse rouillait dans le Pacifique, près des Îles Cocos, on en avait parlé il y a quelques mois.

dsc00400

C’est dans le Miroir du 27 décembre 1914 que ce naufrage avait été relaté et ce sont les Australiens qui ont décédé de récupérer toute cette ferraille.

La bataille de Verdun est terminée depuis quelques semaines. c’est l’occasion de montrer les lieux alors que la canonnade s’est arrêtée. C’est le fort de Douaumont, repris en octobre, symbole de la « victoire » française qui fait la une avec 4 photos:

-les environs

dsc00401

dsc00402

un décor lunaire… en plus dangereux.

-L’intérieur

dsc00403

dsc00404

bien édulcoré avec la vie n’était pas aussi idyllique !

Un instantané comique:

dsc00405

Des observateurs allemands ont été surpris par la présence d’un appareil photo et se sont découverts devant la petite chambre noire. Entre les 2 lignes, un canal, nombreux dans le Nord de la France.

Ces hommes vont être passés par les armes:

dsc00406

On nous les présente comme des espions autrichiens pris près des lignes russes. Après un dernier entretien avec un prêtre…

dsc00407

le jugement est exécuté !

dsc00408

En vrac, des images moins lourdes d’une guerre faite de tout:

dsc00409

Une barricade bien inutile à Verdun, hier comme aujourd’hui.

dsc00410

Un Poilu français en Grèce se prenant pour Diogène dans ce cagna original, un énorme panier à grains.

dsc00411

Les Japonais fabriquent ces canons gigantesques pour les Russes.

dsc00412

La prière d’un Poilu musulman.

dsc00413

L’héroïque personnel des Postes de Soissons, les P.T.T., pour leur conduite pendant la bataille.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Un cours de VÉRIFICATEUR des PTT à PARIS en avril-mai 1963

En 1963, mon père décida de passer le concours de Vérificateur à la Poste. Après des débuts de facteur à Caderousse auprès de son père, lui aussi dans les Postes, il eut son premier poste à Espeluche dans la Drôme. RD comme on disait à l’époque, ce qui signifiait Receveur-Distributeur. Le postier faisait la tournée le matin puis ouvrait le bureau aux usagers l’après-midi. La tête et les jambes. Un sport complet !

Après de nombreuses révisions qui me permirent d’apprendre par coeur la liste des départements avec le nom des préfectures, sous-préfectures… il réussit donc le concours de Vérificateur… des tournées, VEDT disait-on. Chef des facteurs en quelque sorte et il partit donc à Paris pour un trimestre suivre les cours de formation à ce nouveau métier.

Comme la poste d’Espeluche était occupée par un remplaçant pour la durée de ce stage, nous nous retrouvâmes avec ma mère à Caderousse chez mes grands-parents et je connus pendant ce dernier trimestre de l’année scolaire 1962-63 la classe de Mme Aubépard dans un bâtiment qu’occupe maintenant le club du 3ème Age. Un peu perdu dans une grande école non mixte et pas forcément une expérience inoubliable !

Voici donc une photo du groupe de stagiaires de ce stage de Vérificateur à Paris.

DSCN1883

26 stagiaires venus de toute la France. Mon père apparaît au 3ème rang, au-dessus de la personne assise la plus à droite sur cette photo qui lui avait envoyé un collègue qui avait écrit un message au dos. Il garda un excellent souvenir de ce séjour parisien, ce qui ne veut pas dire qu’il nous emmena l’été suivant ni ceux d’après, visiter tous les monuments qu’il avait pu voir et qui étaient si bien !

Quant aux conséquences de ce stage… il n’y en eut pas puisque mon père refusa toutes les promotions qui s’offrirent à lui, dont une à Bourg-en-Bresse… le trop grand nord pour ce Caderoussier qui ne souhaitait pas trop s’éloigner ni ses digues… ni de ses parents ! Ah ! si la classe 45 avait été appelée !

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Photographie