116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Auguste et Louis Roche (historique).

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt dix-septième et quatre-vingt-dix-huitième Poilus: Auguste Roger et Louis Joseph Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Auguste et Joseph rejoignent tous deux leurs unités respectives, le 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon pour le plus jeune et le 38ème Régiment d’Artillerie de Campagne pour l’aîné. Il est certain que le cadet était de loin le plus exposé  non pas que les artilleurs aient été des planqués mais statistiquement, l’Infanterie connut le plus de pertes.

Auguste donc fut tué suivant ses papiers officiels le 30 octobre 1914 à Saint-Benoît, dans la Meuse, à l’ambulance, suite à des blessures reçues sur le front. Nous sommes, vous l’avez deviné car cela fait plusieurs fois qu’on le répète, dans ce secteur de Saint-Mihiel où tant de Vauclusiens et de Caderoussiens tombèrent les premiers mois de la guerre. Sauf que pour Auguste Roche, la date de cet écrit du Registre Matricule pose réellement problème.

Nous avons bien trouvé un Saint-Benoît dans la Meuse, Saint-Benoît-en-Woëvre, village proche de la commune de Vigneulles-les-Hattonchâtel, à l’est de Saint-Mihiel. Mais le 30 octobre 1914, ce secteur est totalement dans le camp allemand, le front s’étant stabilisé une grosse dizaine de kilomètres au sud de Vigneulles.

Le site Carto1418.fr nous positionne ainsi le front du 30 octobre 1914 et les lieux cités, Saint-Mihiel, Vigneulles et Saint-Benoît se situent au-dessus du niveau des chiffres des unités allemandes (rouges) le plus basse sur la carte !

Par contre, le 30 août 1914, Saint-Benoît est placé en arrière du front tenu par les troupes françaises, un front pas encore stabilisé.

De plus, la lecture du Journal de Marche du 58ème place cette unité dans le secteur du front le 30 août alors que le 30 octobre, il est positionné plus à l’ouest.

De deux choses l’une…
soit il existe un hameau, un quartier Saint-Benoît à l’ouest de Villette, Pierrefitte, Courouvre où étaient déployés les bataillons du 58ème R.I. le 30 octobre 1914, et il est très étonnant qu’on ne l’ait pas trouvé…

soit une erreur de transcription s’est glissée dans la copie de la date de décès d’Auguste. A l’époque, on écrivait 7bre, 8bre, 9bre, 10bre pour dire septembre, octobre, novembre et décembre en lieu et place de 9, 10, 11, 12 comme on le disait aussi et comme il est convenu de le noter maintenant. Cette erreur de transcription aurait offert 2 mois supplémentaires de vie fictive à Auguste. C’est plutôt cette hypothèse que je trouve la plus plausible.

Toujours est-il qu’Auguste décéda officiellement à l’âge de 30 ans et 7 mois ou 30 mois et 5 mois plus vraisemblablement.

Fiche matricule d’Auguste Roger Roche de Mémoire des Hommes.

Auguste Roger Roche, matricule 243 de la classe 1904, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse.

Tout est plus simple pour raconter la fin de l’histoire personnelle de Louis Joseph. Artilleur au 38ème R.A.C. (C. comme Campagne),  il va apprendre la décès de son frère, au front, du côté de Mort-Homme, non loin de Verdun (si le décès a eu lieu en octobre; s’il est survenu en août, il était en pleine retraite du côté de Nancy, de retour de Lagarde).

1916. Pour le régiment nîmois d’artillerie, c’est l’enfer de Verdun que les artilleurs vont connaître. Il faut pilonner les positions allemandes, les batteries allemandes, fournir une protection par des tirs de barrage lors des attaques des fantassins français ou de l’avancée de soldats allemands.

Fin mai 1916, la 2ème batterie tire sur les tranchées d’Avocourt, un peu à l’est de Vauquois.

Louis est brancardier. Il fait équipe avec Pierre Albert Chiron de Carpentras, de la classe 1909, pour ramasser les blessés et les malades et les ramener vers l’ambulance. Le 31 mai, ils vont être grièvement blessé dans leur mission sanitaire par l’explosion d’un obus près d’eux. L’infirmier les accompagnant sera également touché. Le Journal de Marche du 38ème R.A.C. en fait état.

Si l’infirmier va y survivre, Pierre Chiron décèdera à l’ambulance 1/1 de Froidos, là même où ils ramenaient leurs copains,  le 1er juin 1916. Louis résistera une journée de plus puis mourra à son tour le 02 juin 1916. Il était âgé de 35 ans et 1 mois.

Fiche matricule de Louis Joseph Roche de Mémoire des Hommes.

Louis Joseph Roche, matricule 250 de la classe 1901, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Auguste Roger et Louis Joseph un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Ludovic Roche.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.