117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Albert SOUMILLE.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-douzième Poilu: Albert Julien SOUMILLE.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Où le parcours d’Albert Soumille côtoie ceux de Paul Redon, Raphaël Ouvier et Florestan Martin qu’on a racontés il y a quelque temps ! Nous allons voir comment dans cette biographie.

Comme ses huit frères et soeurs, Albert est né à Orange dans la ferme familiale de Bois Feuillet, quartier situé au sud de la ville, non loin du Grès. Il est le huitième enfant de cette fratrie, né le 21 septembre 1891. Joseph, son père, né en 1851 était originaire de Courthézon mais vivait déjà avec ses parents dans la Cité des Princes quand il a rencontré Caroline Antoinette Ayme et qu’ils se sont mariés le 10 novembre 1875. Le premier enfant arrivera rapidement, Marius Louis, né en 1876. Il semble que les neuf enfants Soumille nés de 1876 à 1893 aient tous vécu jusqu’à l’âge adulte. Cette fratrie comptera donc quatre garçons et cinq filles, du moins dans un premier temps. Epuisée par toutes ces grossesses, Caroline décède prématurément le 25 juin 1894 à l’âge de trente-sept ans.

Un peu moins de deux ans après la disparition de cette dernière, Joseph prend en secondes noces Marie Louise Marquion, le 18 mars 1896. Il s’agit-là d’une Caderoussienne de trente-deux ans, elle-même veuve d’Achille Léon Redon et mère de deux enfants, Louis et Paul âgés de respectivement de dix et trois ans en 1896. Paul Claudius Redon ! On a déjà  écrit la biographie de sa courte vie puisqu’il décéda le 25 septembre 1915, dans les tranchées de Neuville-Saint-Vaast et que son nom est inscrit sur la troisième face du monument aux morts de Caderousse. Voici donc Albert Soumille et Paul Redon rassemblés sous le même toit, deux hommes presque de la même classe, morts pour la France tous les deux.

Neuf Soumille + deux Redon = onze enfants, du moins en théorie car l’on voit ci-dessus sur un extrait du recensement de 1896 de Caderousse que Rose née en 1881, Albert et Louise Raphaëlle la benjamine née en 1893 manquent à l’appel et sont placés chez d’autres membres de la famille. Joseph, Marie Louise et les enfants habitent aux Islons, à l’ouest du centre-bourg.

De cette seconde union vont naître trois nouveaux enfants Soumille, Marcel en 1897, Joseph Paul en 1898 et Gabriel Hippolyte en 1901… des demi-frères pour Albert… ce qui porte à douze le nombre d’individus composant cette fratrie et à quatorze le nombre d’enfants réunis autour de la table quand l’occasion se produira…si tant est qu’un jour elle se soit produite ?

Le 10 octobre 1912, Albert est incorporé au 99ème Régiment d’Infanterie de Vienne en Isère. Il fait partie de ces hommes qui étaient sous les drapeaux quand la guerre éclata et qui se retrouvèrent bien vite en face des fantassins et artilleurs allemands. Pour le 99ème R.I., leur baptême du feu se produit le 15 août 1914 à 17h.30 précisément du côté de Lusse et de Lesseux, au nord des Vosges et à l’est de Saint-Dié.

Comme plus au nord, du côté de Lagarde et de Dieuze, les Allemands vont laisser les troupes françaises avancer imprudemment en Lorraine allemande pour mieux les décimer sur des contrattaques fulgurantes. Les 99ème, 75ème, 30ème R.I. et 62ème Chasseurs vont atteindre Sainte-Marie-aux-Mines, Saulxures, Cobroy, Blancherup… en Alsace allemande depuis quarante-quatre ans.  Le repli commence alors à partir du 23 août et se transforme parfois presqu’en débandade. Le 27 août 1914, les Français se sont repliés jusqu’à Saint-Dié et c’est la date qu’a retenue l’Armée pour fixer le jour du décès d’Albert Soumille. Dans un premier temps, elle avait pensé que cette disparition avait eu lieu entre août et septembre 1914. Le 27 août 1914, Albert était âgé de 22 ans et 11 mois.

Fiche matricule de Albert Julien Soumille de Mémoire des Hommes.

Et Marius Ouvier ? Florentin Martin ? Comment ont-ils côtoyé Albert Soumille ?

Pour Marius Ouvier, il était tout simplement devenu le beau-frère d’Albert en épousant sa petite soeur Louise Raphaëlle le 19 juillet 1911. Quant à Florestan Martin, il était de son côté domestique dans l’exploitation de Joseph Soumille en 1901, comme l’atteste la page du recensement de 1901.

Albert Julien Soumille matricule 806 de la classe 1911, bureau de recrutement d’Avignon,pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Albert n’ayant pas laissé de descendance, il n’en est certainement pas de même pour ses nombreux frères, soeurs, demi-frères et beaux-frères Redon. Si un descendant  reconnaît en Lucien ce lointain grand-oncle ou arrière-grand-oncle, qu’il n’hésite pas à rectifier cette biographie si elle lui parvient à sa connaissance.

A suivre… François Claude Tardivier.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.