Archives de Tag: meurthe-et-moselle

124 POILUS de CADEROUSSE, 124 DESTINS… Marcel Henri Eugène BERARD

124 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 124 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent vingt-quatrième poilu: Marcel Henri Eugène Bérard.

Marcel Bérard est né à Caderousse le 18 juin 1894. Ni son père Jean Marie Dominique Bérard, ni sa mère Eugénie Cécile Dujour ne sont originaires du village. Il en faut de beaucoup.

Jean Marie Dominique est né en 1866 à Aniane dans l’Hérault. Ses parents sont retirés à Orange et notés comme rentiers. On peut penser qu’ils l’aideront pour son installation caderoussienne, on le verra.

Eugénie Cécile est aussi issue d’un milieu bourgeois. Née en 1874 à Chartres, elle vit jusqu’à son mariage chez ses parents, rentiers à Montélimar. Son père est décédé dans un hôtel de Valence situé sur les boulevards, peu de temps avant le mariage. C’est donc dans la Cité du Nougat que le mariage est célébré le 18 juillet 1893.

Leur installation à Caderousse ? Jean Marie Dominique reprend l’étude de maître Louis Maurice Tacussel, notaire de Caderousse, décédé le 04 mai 1892. On trouve nombre d’actes écrits et signés par ce notaire dans les greniers ou boîtes à chaussures des vieilles familles du village. Jean Marie Dominique déplace l’étude de la place Nationale à la rue Chateauvieux où elle était toujours située au début des années 1970. C’est là que naîtra Marcel, le fils du jeune notaire de Caderousse.

La famille Bérard lors du recensement de 1896, une jeune bonne aide Cécile pour s’occuper de Marcel.

On peut penser que l’argent des parents de Jean Marie ait aidé lors du rachat de cette étude. Ce qui est sûr, c’est que les mêmes greniers ou boîtes à chaussures des Caderoussiens d’aujourd’hui ne sont pas encombrés d’actes signés par Jean Marie Bérard. En effet, en 1901, c’est maître Grimaud Joseph qui officie à Caderousse tandis que maître Bérard est devenu le notaire de Villemur-sur-Tarn, une localité de quatre mille âmes située sur le Tarn mais dans le département de la Haute-Garonne, à une quinzaine de kilomètres au nord de Toulouse.

Une vue de Villemur-sur-Tarn dans la page de Wikipédia.

C’est là que vont naître Henriette Augustine Marie Bérard le 05 mars 1901, la petite sœur de Marcel qui fera sa vie à Toulouse puis Jeanne Louise Elisa le 23 novembre 1904 qui vivra par la suite à Nice.

Plus tard, Jean Marie Bérard quittera la Haute-Garonne pour prendre une étude au Havre. Un grand voyageur ce notaire, peut-être à la poursuite d’une clientèle plus importante !

Pour l’heure, quand la guerre éclate, la famille est au bord du Tarn. Né en 1894, Marcel n’est pas encore concerné par ce conflit. Il est employé (dans une étude ?) à Billancourt, à deux pas de Paris. Comme tous les conscrits de la classe 1914, il est rattrapé par la guerre… mais en décembre 1914 pour lui, ayant été jugé trop faible en septembre 1914.

Il fait ses classes à Limoges au 78ème Régiment d’Infanterie à partir du 18 décembre 1914 puis passe au 412ème R.I. le 23 mars 1915. Nouvelle affectation et le voilà du côté de Nancy, au 63ème R.I. en avril 1915.

Marcel doit avoir connu à ce moment-là le drame des quatre Poilus de la 5ème Compagnie fusillés pour l’exemple le 20 avril 1915 à Flirey, en Meurthe-et-Moselle, à l’est du saillant de Saint-Mihiel. Antoine Morange, Félix Baudry, François Fontenaud et Henri Prébost condamnés pour délit de lâcheté mais surtout pour trois d’entre eux à cause de leur appartenance à la C.G.T. et exécuté dans le bois de Manonville seront réhabilités en 1934.

C’est dans un autre bois celui de Ménil sur cette même commune de Flirey, que sera grièvement blessé Marcel Henri Bérard le 03 mai 1915 et qu’il décèdera le 08 mai 1915 à l’ambulance 12/8 suivant la fiche matricule de Mémoire des Hommes.

Le 03 mai 1915, une journée pourtant plutôt calme suivant le Journal de Marche du 63ème R.I. comme on peut le lire…

…seulement cinq blessés ! Certainement Marcel Bérard parmi eux. D’ailleurs, c’est dit à demi-mot dans la citation qu’il reçut : Excellent soldat, conduite irréprochable, belle attitude au feu, a été mortellement blessé le 03 mai 1915 au Bois de Ménil à son poste de combat, en accomplissant vaillamment son devoir.

Le 08 mai 1915, Marcel Bérard était âgé de 20 ans et 11 mois.

Marcel Henri Eugène Bérard, matricule 829 de la classe 1914, bureau de recrutement de Toulouse (, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule numérique des Archives de Haute-Garonne. Si l’on peut penser qu’il n’y a pas de descendant indirect de Marcel à Caderousse, peut-être un Toulousain nommé Fontan ou Charassier puisque Henriette se maria deux fois ou un Niçois nommé Cante retrouveront en Marcel un lointain grand-oncle. Dans ce cas, qu’ils n’hésitent pas à se manifester pour corriger ou compléter ces quelques lignes.

A suivre… Antoine Hippolyte Cappeau.

Les travaux mis en ligne sur geneanet par patmab alias Patrick Mabille ont été un bon secours dans la rédaction de la partie généalogique de cette biographie, entre autre pour les sœurs de Marcel. Qu’il soit remercié pour son travail !

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Henri Roche.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt seizième Poilu: Henri Fernand Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Henri Roche est né le 14 novembre 1888 à Caderousse au quartier du Panier autrement appelé la Grand Grange. C’est seulement après le décès de son père que la famille nombreuse migrera dans l’île de la Piboulette.

Louis Ignace Roche, le père en question est un Caderoussien de souche né en 1854. Il se marie à Rasteau avec une fille de cette commune viticole, le 09 août 1882. Marie Thérèse Brès, la mariée, est un peu plus jeune que son époux, née en 1859. Le couple va s’installer dans une ferme à Caderousse et la famille va s’agrandir !

Au recensement de 1886, deux garçons sont arrivés: Marius Louis en 1884 qui vivra jusqu’à l’âge de 71 ans sans quitter le village et Adrien Pierre en 1886 qui prendra pour épouse Marie Pavier en 1920 mais décèdera avant son aîné, en 1947. On reparlera plus tard des parcours de Poilus des frères d’Henri.

Dix ans plus tard, en 1896, trois autres petits sont arrivés. Deux autres garçons, Henri à qui cet article est consacré et Albert Etienne né en 1891 qui vivra jusqu’en 1972, puis une première fille, en 1896, Valentine Marie Louise qui prendra pour époux un certain Fernand Emile Leyraud de retour de la guerre.  A noter que la mère de Thérèse, Rose Vainsin ou Vaintin est venue finir ses jours à Caderousse auprès de sa fille après le décès de son mari à Rasteau.

Dix ans de plus sont passés et la famille est au complet en 1906. Après quatre garçons, le couple a donc eu,  trois filles Valentine Marie dont on a déjà parlé puis Claire Paulia et Adrienne Anne. Paulia est née en 1900 et se mariera en 1921 avec Louis Justin Aubert. Elle vivra suffisamment longtemps pour connaître les deux premiers mois de la présidence de François Mitterrand ! Quant à la petite dernière, Adrienne née en 1902, elle vivra quinze mois de plus que Paulia. Mon propos ressemble à un énoncé de problème en mathématiques !

Faits remarquables, tous les enfants du couple Roche-Brès vivront jusqu’à l’âge adulte et la mortalité infantile ne touchera pas cette famille. Ce sera la Grande Guerre qui amènera le premier deuil dans la fratrie avec le décès d’Henri en 1914. Auparavant, le père de famille Louis Ignace aura quitté les siens, le 17 avril 1908 à l’âge relativement jeune de cinquante-quatre ans.

Marius n’est pas mentionné dans le recensement de 1906 car à cette date, il termine un service militaire réduit à une seule année en tant qu' »aîné d’une fratrie de sept enfants ». Après lui, Adrien effectuera deux années chez les Chasseurs à Pied de Villefranche-sur-Mer de  1907 à 1909. Puis ce sera autour d’Henri de goûter à la grandeur et aux servitudes de la vie militaire du 07 octobre 1909 au 24 septembre 1911 au 3ème Régiment d’Infanterie de Marseille. Enfin Albert appelé sous les drapeaux le 10 octobre 1912 sera sur place quand la guerre éclatera et fera donc sept années très loin de Caderousse. La lecture des registres matricules des Roche du Panier nous apprend que tous ces garçons étaient de petite taille, entre 1 mètre 51 pour Henri à 1 mètre 56 pour Adrien, contrairement à leur père Louis qui était bien plus grand avec son mètre 65.

Après 1908 et le décès du père, la famille a migré dans l’île de la Piboulette, à la Grange Neuve.

La fratrie est à au complet en 1911. Une petite Louise Roche apparaît tout en bas de la liste. Prudent, l’agent recenseur ne se risque pas à donner le lien de parenté entre cette dernière et la chef de famille, Marie Thérèse Brés… nous non plus ! Un neveu de Rasteau, Auguste Leynaud, âgé de 14 ans vient aider ses cousins à mener les terres. Cette petite remarque nous apprend que Valentine Marie Louise s’est uni en 1919 avec un des ses cousins de Rasteau.

A l’appel du tocsin d’août 14, Marius, Adrien et Henri rejoignent leurs unités, le 3ème R.I. pour Henri, au camp de rassemblement des réservistes de Toulon. Quatre jours de préparatifs et le régiment s’ébranle en train pour la Moselle via Avignon, Lyon-Vaise et Dijon. Le destin d’Henri Roche est tout à fait similaire à celui d’un autre Caderoussien, Léon Paul Victor Ferragut, de deux ans son cadet, soldat du 3ème R.I., disparu à Dieuze le 20 août 1914.

On peut aussi citer Lucien Henri Constance du même régiment tué à Coincourt le 14 août aux premiers coups de fusil reçus par l’unité. Ou encore Auguste Ambroise Aubert et Fernand Gonzague Pécoul, les deux premiers morts de la guerre de Caderousse tués à Lagarde le 11 août. Et Julien Joseph Martin disparu le 14 août à Moncourt. Lagarde, Coincourt, Moncourt, Dieuze… tous des bourgs de Lorraine allemande. Auguste, Fernand, Julien, Lucien, Léon et Henri, toutes des victimes de l’inconsciente stratégie militaire française se lançant dans des attaques inconsidérées face à des Allemands puissamment organisés en défense.

Ainsi, le 20 août, le 3ème R.I. voit d’autres régiments en pleine débandade…

… traverser ses lignes. Puis quelques heures plus tard, c’est à leur tour de se replier en catastrophe sous la canonnade des Allemands.

Bilan chez les fantassins du 3ème R.I…

… 6 tués et 524 blessés ou disparus ! Parmi eux Henri Fernand Roche disparu le 20 août 1914 à l’âge de 25 ans et 9 mois. Enterré par les Allemands au château de Bidestroff, il repose depuis à la Nécropole Nationale « Riche » en Moselle.

Deux de ses frères, Marius l’aîné et Albert le plus jeune connaîtront la captivité en Allemagne. Marius, soldat du 258ème R.I. sera pris à Saint-Mihiel le 27 septembre 1914 lors de combats où ont péri dix Caderoussiers en quinze jours. Détenu à Ulm, il retrouvera la liberté le 28 décembre 1918. Albert blessé en septembre 1914 à Saint-Dié, sera lui capturé dans le secteur de Thiaumont pendant la bataille de Verdun en mai 1916. Détenu un temps à Hanreln, il retrouvera son frère à Ulm et rentrera en même temps que lui à Caderousse.
Quant à Adrien, ce sera le héros de la famille: trois blessures dont une à la tête, une maladie, deux citations et une médaille militaire !

Fiche matricule d’Henri Fernand Roche de Mémoire des Hommes.

Henri Fernand Roche, matricule 330 de la classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Roche est encore bien présent en Vaucluse et à Caderousse. Si quelqu’un reconnaît en Henri Fernand un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ces quelques lignes.

A suivre… Auguste et Louis Roche (généalogie).

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

114 POILUS de CADEROUSSE, 114 DESTINS… Fernand Joseph PELLEGRIN.

114 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 114 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Soixante-dix-huitième nom de la liste: Fernand Joseph PELLEGRIN.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

Que fait donc Fernand Joseph Pellegrin sur le Monument aux Morts de Caderousse ? Non pas que sa mort prête à discussion mais ce jeune homme n’a réellement pas longtemps vécu au village. En effet, il nait le 22 décembre 1891 à Laudun, dans le Gard, juste en face du village, de l’autre côté de l’île de la Piboulette d’où sont originaires ses parents Charles Marius Pellegrin et Rosalie Alexia Sant. Il y vit toujours en 1911.

A aucun moment, jusqu’à cette date, les Pellegrin n’apparaissent dans les listes nominatives des recensements à Caderousse. Pas de mariage également de Fernand au village jusqu’en 1912. En effet, cette année-là, le 09 octobre 1912, il est appelé sous les drapeaux au 15ème Escadron du Train des Equipages Militaires. Un cordonnier de métier est utile dans cette unité. Le voilà parti, sans qu’il le sache, pour sept années à l’armée.

Alors, quand a-t-il eu le temps de trouver épouse à Caderousse après 1912 ? Lors d’une permission certainement car je ne vois pas pourquoi ce Gardois serait devenu Caderoussien. On peut penser que son destin s’apparente à celui de Raphaël Marius Ouvier, le Sorguais, marié au village peut avant le déclenchement du premier conflit mondial.

Pour Fernand Pellegrin, après le Train, sa guerre se continue dans l’artillerie lourde, au 19ème Régiment de Nîmes, à partir du 30 novembre 1916. Puis il va connaître d’autres unités, le 115ème RAL le 10 décembre 1916, le 315ème RAL le 06 mars 1918 puis à nouveau au 115ème RAL le 1er juillet 1918 pour le début de l’offensive finale contre le Reich. C’est dans cette unité qu’il va connaître la joie de la fin de la guerre, l’Armistice du 11 novembre 1918.

Mais comme pour nombre de soldats, il ne rentre pas tout de suite dans son foyer. Il faut rester en alerte, l’armistice, c’est le cessez-le-feu, pas forcément la fin d’un conflit. Ce n’est que le 13 août 1919 que l’armée le rend à la vie civile et qu’il prend, depuis la Lorraine redevenue française, le train pour Caderousse où il va se retirer. Et c’est là que le drame survient !

Dans un noeud ferroviaire à Blainville-la-Grande, aujourd’hui Blainville-sur-l’Eau, en Meurthe-et-Moselle, le destin de Fernand Pellegrin va basculer. Deux trains vont se tamponner, comme il l’est indiqué sur son registre matricule, près de la gare de cette ville et Fernand va décéder dans cet accident. Son décès est officialisé par le maire de Damelivières, la ville voisine d’où venait l’autre train tamponneur. Lui qui avait survécu sans blessure à quatre années de Grande Guerre, il disparaissait neuf mois après la fin du conflit le matin du jour où il allait retrouver son village d’adoption. Terrible et cruel destin !

Il avait alors 27 ans et 9 mois et  2 500 jours exactement s’étaient écoulés après le 09 octobre 1912, jour où il avait rejoint le 15ème Escadron du… Train ! Décidément !

Il repose à la Nécropole Nationale Friscati à Vitremont (Meurthe-et-Moselle) tombe individuelle 270.

 

 

La fiche matricule de Fernand Joseph Pellegrin de Mémoire des Hommes.

Fernand Joseph Pellegrin, matricule 1150 de la classe 1911, bureau de recrutement de Pont-Saint-Esprit, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Pellegrin est assez répandu dans le Gard et le Vaucluse. Si quelqu’un reconnaît en Fernand Joseph son ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie (ici, on en a bien besoin !).

A suivre: Augustin Florent Percy.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE