Archives quotidiennes : 02/05/2015

2 mai 1939: EULALIO FERRER raconte la vie au CAMP d’ARGELÈS

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’édition de Limonest, en 1993. Suite…

2 mai 1939.

Lendemain de fête et toujours la pluie qui continue de tomber, drue. En fin d’après-midi une éclaircie fera apparaître les sommets enneigés des Pyrénées frontalières. Sale temps pour un 2 mai !

Au déjeuner, partagé avec son père, Eulalio revient sur ses projets (SERE pour le père, départ espéré pour le Mexique). Le père semble un peu moins affecté et paraît accepter les décisions de son fils.

Dans son écrit, l’auteur revient sur son inscription à la Compagnie de Travail. Il se rend au bureau littéralement pris d’assaut par les volontaires voulant sortir du camp. Cela arrange les militaires français qui ont besoin de ces travailleurs bon marché, avec les bruits de bottes qui s’intensifient en ce printemps 1939. La pression augmente aussi pour pousser les hommes à s’engager dans la Légion. Outre sortir du camp, travailler dans une Compagnie de Travail permet d’améliorer l’ordinaire, l’hébergement et de gagner 1 franc par jour. Pas négligeable !

Avec cette visite au bureau français, Eulalio s’aperçoit du « luxe » de l’Etat-Major espagnol avec des conditions de vie scandaleusement privilégiées par rapport au reste de la population du camp. Ecoeurant !

De retour dans son quartier, l’auteur rencontre un homme qui a fui il y a quelque temps pour repartir en Espagne retrouver sa famille. Mais l' »accueil » de la Gendarmerie espagnole, les coups reçus dans leurs locaux pour sa catalanité et ses anciennes préférences anarchistes l’ont refroidi. Les prisons pleines de prisonniers républicains à Barcelone, la brutalité de la répression franquiste qu’il a vu, tout cela l’a poussé à repasser la frontière française et revenir au camp d’Argelès. L’attitude des vainqueurs écoeure ceux qui écoutent son récit qui ne comprennent que ces derniers ne tendent pas la main aux vaincus. Et l’on sait maintenant que cela dura jusqu’en 1975 !

En début d’après-midi, les haut-marleurs du camp égrainent les noms des 20 premiers chanceux qui partent immédiatement pour le Mexique. Surprise, gêne puis solennité du moment guident leurs pas vers leurs avenirs.

De son côté, Eulalio se replonge dans la lecture de Don Quichotte. Un homme lui a échangé ce livre contre un paquet de cigarettes qu’il avait sur lui et qui ne lui servait à rien, lui, le non-fumeur, du côté de Port-Vendres, en février. Heureux par ce troc,  il essaie de trouver des similitudes entre ces gentils fous qui l’entourent et les attitudes du héros de Cervantès.

A suivre le 15 mai…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 2 mai 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 272 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Des gradés assistent à un combat en Alsace… loin du coeur de l’action, très certainement.

Une vue du camp romain près du saillant de Saint-Mihiel, théâtre de violents combats dont on devine des fumées au loin.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Plus près serait trop dangereux pour les photographes de presse. Ce qui pose question pour cette vue d’une explosion bien plus proche de l’opérateur…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

au milieu des dragons déployés. S’il s’agit d’un cliché réel, c’est un document exceptionnel pour l’époque.

Une vue classique que l’on retrouvera sur bien des champs de bataille,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

des arbres décapités après des combats, ici dans le secteur de Vauquois. La nature a payé un lourd tribut à la guerre, pas encore totalement effacé de nos jours.

Dans ce même secteur, l’entonnoir d’une mine qui vient d’exploser.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une cuvette de 30 m. de diamètre pour 14 m. de profondeur a été creusée par les explosifs. Des sapeurs aménagent des abris alors que des cadavres, allemands nous dit-on, n’ont pas été enlevés.

La guerre des boutons est devenue la vraie guerre dans les jeux des enfants.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

En Hollande, en Belgique ou en Alsace libérée, les mêmes attitudes d’enfants singeant les militaires.

Le dessinateur Carrey est allé de son dessin représentant la base aéronavale allemande…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

de île d’Héligoland, près de Hambourg. Ce bout de territoire allemand en mer du Nord servit de base pour les U-Boat allemands pendant les 2 guerres (et pour les dirigeables pendant la première guerre) . Les Britanniques la détruisirent par une immense explosion en 1947. Cette île est devenue, de nos jours, une sorte d’Andorre en mer du Nord, avec des produits détaxés. A noter ce rocher appelé Lange Anna détaché de la falaise et qui donne des airs d’Etretat au lieu. Avec le sous-marin au premier plan, on pourrait penser que Carrey ait voulu illustrer l’aventure d’Arsène Lupin, l’Aiguille Creuse de Maurice Leblanc, parue en 1909.
Une manifestation en Italie des pro-guerres et des échauffourées avec les forces de l’ordre.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Des hommes à l’arrière récupère de la cire des ruches pour en faire des bougies qui manquent énormément.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Des grands généraux observent une invention ridicule…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

un blindage sur roue pour permettre aux fantassins d’avancer à l’abri des balles adverses. On le voit dans un film retraçant la Première Guerre. Invention qui fit long feu, bien entendu, tant elle semble ridicule !

Pour terminer, cette photo…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

faisant penser à une nouvelle version de l’Angélus de Millet.

Poster un commentaire

Classé dans Revues