Archives quotidiennes : 15/05/2015

15 mai 1939: EULALIO FERRER raconte la vie au CAMP d’ARGELÈS

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’édition de Limonest, en 1993. Suite…

15 mai 1939.

Après presque 2 semaines de silence, Eulalio Ferrer reprend son journal le 15 mai. Le temps est maintenant agréable sur les plages roussillonnaises et beaucoup de prisonniers se baignent dans la mer. Certains essaient de construire des petits vaisseaux avec des planches trouvées ici et là. Mais les gendarmes français veillent pour empêcher les évasions… ou tout simplement éviter les noyades corrige l’auteur.
Il nous apprend que son père se trouve en position de n°5 pour partir au Mexique et lui en position de 47. C’est ce que leur a communiqué un de leurs contacts extérieur au camp. D’ailleurs un ami lui a dit qu’il était surnommé Zozaya par les autres tant il envoyait des courriers, du moins tant que les prisonniers bénéficiaient de la franchise postale, qui vient d’être supprimée par la poste.

L’auteur continue de suivre des cours de philosophie même si l’effectif de ce groupe a fondu quelque peu puisqu’il ne reste plus que 3 étudiants. Au programme du jour: Nietzsche.

Le « Quartier Chinois » vient d’être fermé par les autorités françaises et les baraques entourées d’une clôture. La marchandise a été saisie. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase fut un nouveau meurtre pour une histoire de jupons. Plusieurs malfaiteurs régnant sur ce quartier ont été renvoyés en Espagne. S’il s’agit de la vraie pègre, pas sûr qu’elle se retrouve en prison.

De nouveaux baraquements plus confortables viennent de remplacer les anciennes baraques.

La journée se termine par une soirée poésie pendant laquelle le groupe d’amis déclament les textes qu’ils connaissent.

A suivre le 18 mai…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

Il y a 100 ans jour pour jour: SUR LE VIF du 15 mai 1915

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 285 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Des hommes de retour du front reviennent avec des trophées de guerre: un casque pour l’un, un tambour pour l’autre !

La lutte contre les avions s’intensifie et se rationalise avec ces DCA montée sur camions…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

C’est tout de même autre chose que ce qu’on a vu jusque là. Des orgues de Staline avant l’heure !

Des cimetières qui deviendront ce qu’ils sont aujourd’hui…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

mais aussi des petits lieux de recueillement devant la maison d’un Poilu (certainement connu) tombé au front, ici à Joinville.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Toujours ces observateurs folkloriques

SAMSUNG CAMERA PICTURES

ou ces scènes ridicules d’attaque minées pour l’objectif du « reporter ».

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Du grand théâtre… tout comme cette scène de paysans découvrant leur maison détruite…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il me semble que cette photo a déjà été publiée dans une autre revue dernièrement.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La halte d’une reconnaissance pour la popotte… alors qu’un feu a été allumé ! Et le guetteur en haut en cible idéale !

Berry-au-Bar et les combats dans le village…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

du déjà vu pour l’image des hommes derrière la grande porte. Berry-au-Bac où disparut corps et âme l’Anconnais Paul Joseph Brun le 31 mai 1917 à la côte 108. Les combats s’éternisèrent dans ce village !

Pour terminer, le document le plus intéressant: le bilan du combat aérien entre un Morane français et un tauba allemand, le 2 avril 1915. Le Morane a atterri après son brillant combat…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

mais se retrouve dans une position pour le moins inconfortable…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

plus enviable que celle du Taube.

Poster un commentaire

Classé dans Revues