Archives de Tag: président de la République

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 1er septembre 1918

(JOUR 1491 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une de ce numéro du Miroir, des prisonniers de guerre allemands boivent de l’eau dans un abreuvoir à bestiaux. Il faut dire que les offensives alliées ont fait 100 000 prisonniers en 40 jours. Il y en a partout…

…des prisonniers des britanniques…

…des prisonniers des Français, après la libération de Montdidier et Lassigny…

…des prisonniers des Canadiens à cheval, en haut, en bas, dans un villages, blessés canadiens et allemands attendent d’être évacués.

Revenons aux territoires libérés par l’offensive des Alliés.

En haut, Lassigny, en bas Plessis-de-Roye, villages voisins de l’Oise. Nous sommes au tout début des 100 jours qui aboutiront à l’Armistice du 11 novembre 1918.

Une vue de l’Hartmannswillerkopf, dans les Vosges.

Une montagne sans végétation, les arbres broyés comme les hommes. On nous dit que le sommet est enfin occupé par les Français… ce qui n’engage que son auteur !

Une cérémonie religieuse pour l’équipage d’un aéronef abattu lors d’un affrontement. Mais ici, l’un des pilotes n’est autre que le fils de l’ancien Président des Etats-Unis Theodore Roosevelt (1901-1909), Quentin Roosevelt, âgé de 21 ans. Theodore Roosevelt est le président à qui l’on doit Teddy Bear. Quentin a été tué dans la région de Reims, sur la Vesle.

Les Flandres sont toujours inondées…

…dans la région entre Ypres et Nieuport.

Retour à l’aviation avec cette nouvelle semi-militaire, semi-civile.

Quelques années avant Mermoz, Guillaumet ou Saint-Ex, on vient d’inventer l’aéropostale avec un premier vol entre Le Bourget et Saint-Nazaire.

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

ll y a 100 ans jour pour jour (ou presque): J’AI VU du 15 août 1918

(JOUR 1474 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une de J’ai vu de cette quinzaine, le Président de la République Raymond Poincaré visite Château-Thierry reconquis par les troupes françaises. Cela fait pas moins de trois unes (deux Miroir et ce J’ai vu) consacrées à cet événement.

La une intérieure, un super bombardier anglais qui attaque tous les jours les villes allemandes.

Pour en revenir à l’offensive allemande suivie de la contrattaque française, une carte pour présenter les lieux.

La double page centrale entièrement consacrée à cet événement:

Des destructions, des blessés, des prisonniers et des troupes qui pavoisent après cette guerre de mouvement.

Les diverses représentations de Clemenceau, le Tigre dans la presse allemande. Des caricatures bien respectueuses.

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Mars 1899: EMILE LOUBET devient PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE (2/2)

On sait que le premier voyage officiel d’Emile Loubet sera pour Montélimar, la ville qu’il avait administré en tant que Maire pendant tant d’années. La Vie Illustrée du jeudi 13 avril 1899 raconte ce voyage en images…

que voilà. A la une de ce numéro, la réception d’Emile Loubet devant la gare de Valence où le train présidentiel s’était arrêté quelques instants.

Une gravure de Duplessis à partir d’une photo de La Vie Illustrée montrant le Président devant sa maison de la rue Quatre-Alliances, aux côtés du Maire qui lui a succédé, M. Gauthier et de Charles Dupuy, président du Conseil des Ministres (= Premier Ministre de nos jours).

La première journée de visite en photos, avec les commentaires du magazine.

M. Loubet passant la cravate de commandeur au cou du général Marchand (photo Joguet)

L’arrivée du Président à Montélimar.

La calèche officielle dans la cour de la gare.

Mme Loubet mère et mme Auguste Loubet à la port de la sous-préfecture, regardant le Président sortir de l’Hôtel-de-Ville.

Le Président embrassant sa mère.

« Demandez: Gloire à Loubé !… paroles et musique.

M. Loubet médaillant un vieux camarade.

Mme Loubet attendent le passage de son fils, sur la terrasse de la sous-Préfecture.

Et la seconde journée toujours en photos.

M. Dupuy, le préfet de la Drôme et le sous-préfet de Montélimar se rendant au déjeuner intime de la rue Quatre-Alliances. 

M. Loubet arrivant au vélodrome (il s’agit de l’inauguration officielle de cet espace sportif, situé à Bel Air ?)


M. Loubet et M. Dupuy dans la tribune du vélodrome.

Le vainqueur de la première course.

Une voiture fleurie.

Le Président quittant Montélimar.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Mars 1899: EMILE LOUBET devient PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE (1/2)

Félix Faure est décédé le 16 février 1899 dans les bras de sa maîtresse ce qui fit le bonheur des chansonniers et des humoristes. Ce fut Emile Loubet, maire de Montélimar et sénateur de la Drôme qui fut élu président de la République deux jours après, le 18 février 1899. Pas de longue campagne à l’époque puisque le Président était élu par les députés et les sénateurs (le Congrès).

Dans la Vie Illustrée du jeudi 2 mars 1899…

on y voit Emile Loubet sortant du premier Conseil des Ministres qu’il a présidé. On y parle des obsèques de Félix Faure et des manifestations des Nationalistes de la Ligue des Patriotes emmenés par Paul Déroulède ayant tenté de prendre le pouvoir à l’occasion de cette période troublée.
Mais on y lit surtout un article de 2 pages…

présentant le nouveau président de la République, une biographie d’Emile Loubet illustrée de quelques photos que voilà.

Dernière photographie d’Emile Loubet.

Madame Emile Loubet (née Picard, fille de commerçant montilien)

Le Café des Officiers où M. Loubet prend son café quand il est à Montélimar. Difficile à localiser ce lieu à partir de cette photo. Peut-être sur les Allées ou la place de la Mairie ?

Mme de Saint-Prix fille de M. Loubet.

M. Paul Loubet, fils aînée du Président à l’âge de 15 ans. Ce dernier a aussi fait de la politique et laissé son nom à une place à Montélimar.

M. Emile Loubet, le plus jeune fils du Président (7 ans)

M. J. Loubet, médecin (à la retraite) à Grignan, frère du Président et Mme J. Loubet.

Maison d’Emile Loubet rue Quatre-Alliances, à Montélimar (la seconde à gauche, deux mètres de façade)

Qu’apprend-on dans l’article qu’on ne sache déjà ? Que le Président n’est ni riche ni pauvre et possède en plus de sa maison de la rue Quatre-Alliances, une petite bicoque sur la route de Montélimar au Teil, qu’il compte venir passer ses vacances « présidentielles » rue Quatre-Alliances, qu’il aime les courses pédestres, c’est-à-dire la marche à pied et  qu’il parcourt souvent Montélimar-Marsanne à pied…

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues