Archives de Tag: moto

LA VIE AU GRAND AIR du 29 avril 1900 PARIS-ROUBAIX.

A la une, une course de chevaux, le Grand Prix de la République à Auteuil course disputée le 15 avril dernier. L’actualité est riche dans ce numéro du 29 avril 1900 (n°85 de La Vie au Grand Air).

Actualité sportive avec Paris-Roubaix cycliste et motocycliste (!). Nous sommes à la 5ème édition de la « Pascale » en ce qui concerne les vélos et la 3ème pour les motocyclistes qui précèdent les coureurs.

D’où ces images de la complétion des tricycles motorisés… et pourtant, c’est bien Paris-Roubaix  dont on parle !

Quant aux vélos, ils ont droit à l’époque à un entraîneur qui leur vient en aide, comme ce véhicule venant en aide à Maurice Garin, le champion quia déjà gagné la course dans le passé.

Les suiveurs-entraineurs signent la feuille de contrôle comme les coureurs.

Aux arènes de Roubaix, pas de cyclistes mais un alignement de véhicules automobiles.

Le vainqueur de cette édition 1900, Bonhours, un pistard qui maîtrise parfaitement l’art de la course avec entraîneur…

… mieux que Maurice Garin, coureur routier, qui regrette ce règlement et refusera de faire les 6 tours dans le vélodrome de Roubaix comme le veut le règlement.

Pour éviter la raréfaction des coureurs routiers, l’aide des entraîneurs sera rapidement supprimée et la course deviendra ce qu’elle est de nos jours. Les entraîneurs seront réservés à Bordeaux-Paris, course de long cours où ils ont toute leur utilité.

En motocyclettes, le vainqueur sera Baras.

Une scène à l’entrée du vélodrome de Roubaix,…

…les coureurs partent à gauche pour les 6 tours réglementaires et les entraîneurs motorisés à droite pour rejoindre le parc à voitures.

Toujours du cyclisme mais sur piste avec le meeting pascal au Parc des Princes.

Malgré les critiques du clergé arguant que ces courses le dimanche de  Pâques nuisent à la religion et au recueillement des coureurs comme des spectateurs, il y a foule au Parc, sauf Bourrillon sous les drapeaux.

C’est Eros sur cycle Peugeot qui remportera cette épreuve (ci-dessous, à gauche).

Du rugby aussi pour Pâques avec cette vue du match opposant le Racing Club de France au Stade Bordelais à Levallois-Perret. Finale du championnat ou match décisif pour le titre ? Toujours est-il que les Parisiens l’emporteront 38-3 dont 32 points en seconde mi-temps et s’adjugent ainsi le titre de champion pour l’an 1900.

Un seul essai pour des Bordelais incomplets et fatigués qui ne parviennent pas à transformer leur essai sur la vue ci-dessus.

Pour terminer, un article à la limite du sport: la vie des chasseurs de phoques sur la banquise.

On y voit les bateaux de Terre-Neuve, les hommes durs au mal et résistants, l’attaque du phoque et son massacre, le bateau pris dans les glaces…

….la banquise rouge du sang des animaux tués, le retour de peaux au navire, la viande conservée pour la nourriture de l’équipage. Il faut dire que l’aventure de l’équipage qui nous est contée vit le décès de nombreux matelots, seulement 6 étant de retour après la campagne de chasse ù ils partirent 30, pour cause d’une tempête de neige puis de la débâcle qui les sépara du navire. Plus que du sport !

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 09 décembre 1917

 (JOUR 1224 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

La une du Miroir du 9 décembre reprend le même thème que celle du J’ai vu d’hier. On y avait montré un mariage d’un mutilé alors. Aujourd’hui, c’est un autre poilu qui a perdu un membre qui revient le 23 novembre, exactement un mois après sa blessure, le 23 octobre, porter le drapeau de son unité tout autant mutilé que lui !

L’Italie tient une place importante dans ce numéro.

En page centrale, le Piave, fleuve de Vénétie, défendu par les Italiens.

On y voit des cadavres allemands et autrichiens morts au milieu du fleuve après une tentative de traversée avortée. Après la défaite italienne de Caporetto, ce fleuve sera le Verdun des Italiens qui empêcheront les troupes allemandes et autrichiennes de le traverser, ce qui aurait entraîné la chute du pays.

Les Français arrivent en Italie, suite.
Après avoir vu la frontière de Vintimille, voici donc le passage des troupes au col de Mont-Genèvre.

En haut, les véhicules sont regroupés à Briançon  avant de monter en colonne vers le col (en bas).

En haut les troupes françaises défilent musique en tête à Vérone, puis viennent les cavaliers (en bas).

En Palestine, les troupes françaises avancent dans les sables du désert du Sinaï.

Un central téléphonique est installé pour communiquer.

Les troupes américaines s’entraînent au maniement des lance-flammes.

Quand on se souvient de ce que disait il y a quelque temps la presse sur cette arme barbare… comme les gaz, elle a été bien vite adoptée par le camp allié.

Un motocycliste britannique transporte des pigeons voyageurs pour qu’ils ramènent des messages au camion transportant le colombier.

Enfin, le ravitaillement.

Le Maroc fournit à la métropole des céréales qui en manque avec une partie de son territoire occupée et des troupes étrangères à nourrir.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 7 septembre 1937.

A la une du Miroir des Sports de ce mardi 7 septembre 1937, le Critérium des As se déroulant au bois de Boulogne à Paris. Il s’agit d’une course cycliste comme on le voit se déroulant derrière des petites motocyclettes appelées derny, du nom de leur constructeur. On y voit le futur vainqueur, Georges Paillard, dans le virage de Longchamp. Il va remporter l’épreuve à 61,896 km/h.

C’est sur cette vue prise au virage de Boulogne…

que l’on s’aperçoit que la course est très rapide.

D’où l’inquiétude quand une chute survient comme ci-dessus…

…chute du jeune Arthur Sérès, sans gravité par bonheur !

Que dire alors de la dangerosité de cette tentative de record sur l’eau, en motonautisme ?

Le Britannique Campbell vient de battre le record du monde sur l’eau avec une pointe à 208,400 km/h sur l’Oiseau Bleu. Cette tentative se passait sur le lac de Côme, en Italie. Campbell était alors déjà recordman du monde de vitesse sur terre sur un véhicule aussi appelé Oiseau Bleu, mais à 484,618km/h !

Avant de passer à la page football, une page de divers sports moins médiatisés, même à l’époque. Sous le titre…

…on découvre donc des épreuves d’aviron sur la Marne à Neuilly…

…du vol à voile à Vincennes pour une manifestation de masse et…

…du motocyclisme à Montlhéry, sur le célèbre autodrome, avec ici, le passage de Claude Monneret, un immense champion qui a laissé son nom dans ce sport.

Pour terminer donc, la page football et la 3ème journée du championnat de France de première division.

Les résultats sur lesquels on constate que Strasbourg et Marseille se sont séparés sur un score de parité 2-2.

Une vue de ce match avec un dégagement du poing du gardien marseillais Pardigon devant les attaquants alsaciens. A noter que Pardigon remplace pour l’occasion el Jaguar Vasconcellos pas encore rentré en France. Les avions n’existaient pas à l’époque et le voyage Brésil-Marseille était très long !

La narration du match par le journaliste Achille Duchenne, envoyé spécial du Miroir des Sports.

A noter la composition marseillais:

Pardigon- Ben Bouali, Conchy, Bastien, Bruhen, Gonzalès, Weiskopf, Oleg, Zatelli, Asnar, Kohut.

L’O.M. est alors 10ème ex-aequo avec 2 points (2 nuls, 1 défaite).

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 8 mars 1917

dsc01561

(JOUR 948 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Encore une tranchée « de première ligne » (nous dit-on) à la une de ce numéro de La Guerre Photographiée. On y voit une cantine dans un cagnat. Certainement vrai mais pas en première ligne !

Des prisonniers de guerre français en Allemagne

dsc01562

au camp de Landshut en Bavière. Ville située à 80 km environ au nord-est de Munich, suivant le site http://www.chtimiste.com/album/Camps%20Prisonniers/Camps%20existants/Landshut/index.html, ce camp accueillait un peu plus de 300 prisonniers français en 1916. Quant à la vue présentée, elle date de 4 mois, Toussaint 1916 !

dsc01563

camp de Ludwigsburg-Eglosheim. Plus près de la France puisque la ville de Ludwigsburg-Eglosheimest située à 15 km au nord de Stuttgart. Suivant le forum http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/photos-14-18/lieux/camp-prisonniers-sujet_1946_1.htm, ce camp était conséquent avec plus de 5 000 prisonniers français mais aussi russes, serbes, italiens et les conditions d’enfermement n’étaient pas fameuses. Les hommes travaillaient dans l’agriculture mais aussi des mines de sel, des carrières de pierres.

Double page centrale avec des vues du front d’Orient et de la campagne des armées en Macédoine.

dsc01564

On y voit des vues paisibles de paix: un camp de réfugiés, des postes d’observations, des paysages (gué, la brousse y est-il écrit !), l’entretien des routes et le ravitaillement. Rien à voir avec une vraie campagne !

Une seule page sur le front d’Italie.

dsc01565

4 vues un peu plus guerrières mais rien d’inquiétant comme on nous le montre sur le front français: un sous-marin italien appelé Médusa, des postes d’observations folkloriques, un défilé de troupes alpines italiennes.

D’autres images de prisonniers, ennemies ceux-là:

dsc01566

en haut des Bulgares pris par les troupes russo-roumaines;

en dessous des Allemands retenus dans un camp dans le Midi de la France, sans plus de précision.

En dernière page, on parle des Britanniques et sans que cela ne soit volontaire, on y voit 2 époques de l’histoire militaire:

dsc01567

en haut, des lanciers à cheval, fierté de l’Empire Britannique au XIXème siècle;

en dessous une unité motorisée équipée de mitrailleuses, certes peu utiles dans la guerre de tranchées mais qui préfigure la guerre de demain.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 21 décembre 1916

dsc00097

(JOUR 872 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Sur la Somme, un obusier anglais. Décidément, on parle beaucoup de cette bataille de la Somme, beaucoup plus que Verdun. Mais la Somme était voulue par l’Etat-Major français alors que Verdun a été subi… d’où ces choix éditoriaux dans une presse aux ordres.

Toujours sur la Somme, un impressionnant campement de cavalerie non loin du front:

dsc00098

Et pour parler artillerie comme dans la une:

dsc00103

Un énorme canon français de 320 sur rail, de la qualité comparé à…

dsc00105

la camelote à Krupp (aciéries allemandes réputées). Sans commentaires supplémentaires !

Le front d’Orient avec ces vues de la Marine franco-britannique en Grèce pour essayer d’impressionner les Grecs favorables au Roi et à l’alliance avec les Allemands.

dsc00099

Sur le front d’Italie, une rencontre entre chefs, en Maurienne.

dsc00100

Cardona et Joffre font le point d’une situation… qui va bientôt devenir critique pour les Italiens… qui auront alors besoin des Français à leurs côtés.

Un »Tricar-ambulance » dans le texte pour éloigner rapidement un blessé loin du front.

dsc00101

Quand on sait le nombre de blessés qui fit la guerre…. on aurait dû en avoir bien plus que quelques exemplaires… pour la Presse !

dsc00102

Le genre de document totalement incompréhensible car trop imprécis: le drapeau d’un régiment héroïque, des soldats de ce régiment décorés… Oui mais où ? et pourquoi ?

Enfin, tout en fin de revue, on comprend le nouveau look de celle-ci: pages plus petites donc moins nombreuses.

dsc00106

Avec la crise du papier, il est difficile au magazine lyonnais de s’approvisionner comme avant, d’où l’adaptation du format aux contingences pratiques.
Quelques mots sur les 2 vues de tranchées: à gauche, un abri souterrain qui est devenu le tombeau pour les soldats allemands qui y furent emmurés vivants; à droite, un axe de mitrailleuse allemande prise à l’ennemi.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE DE PRESSE de 36: le MIROIR DES SPORTS du 20 octobre 1936

Encore du cyclisme la une de ce numéro du Miroir des Sports du 20 octobre 1936. Décidément c’était le sport le plus populaire de l’époque, puisque même en dehors des grands événements, il fait la une des magazines.

dscn8584

Ici, on voit le départ du cycliste Maurice Richard s’attaquant au record de l’heure en vélo. Cela se passait le 14 octobre sur la piste du Vigorelli de Milan qui fut longtemps la Mecque du cycliste sur piste mondial.

dscn8585

Maurice Richard est photographié sous toutes les coutures, on y lit la progression de sa tentative et l’historique de cette épreuve bien particulière. Ainsi, c’est Henri Desgranges, l’inventeur du Tour de France qui inventa ce record en s’y essayant lui-même, le 11 mai 1893 à Buffalo parcourant pour l’occasion 35,325 km… soit exactement 10 km de moins que ne réalisa Maurice Richard en 1936: 45,398 km. Le Français battit donc de 308 mètres le record que détenait depuis un peu moins d’un an l’Italien Giuseppe Olmo.

dscn8586

Une autre page pour célébrer cet exploit… Pour la petite histoire, après bien des vicissitudes (problème des tentatives en altitude à Mexico, dopage, « vélos » de plus en plus bizarroïdes… ce qui entraîna une remise à plat par l’UCI de cette épreuve), le record de l’heure « normal » est actuellement détenu par le Britannique Bradley Wiggins depuis le 7 juin 2015 avec 54,526 km…. 19km de plus que Maurice Richard !

En dernière page, d’autres images de cyclisme sur piste, à Paris cette fois, au Vel d’Hiv…

dscn8593

pour l’ouverture de l’anneau parisien pour la saison hivernale… avec en vedette américaine, le champion olympique de Berlin Robert Charpentier, s’essayant pour l’occasion aux « plaisirs » de la piste.

Football, pour continuer ce tour d’horizon des sports dominicaux: la 8ème journée du Championnat de France Professionnel:

dscn8587

L’O.L., l’Olympique Lillois est toujours leader incontesté de cette compétition avec 16 points pour 8 matchs soit le maximum des points possibles. Un départ canon. L’O.M. de son côté est à la 5ème place ex-aequo à 7 points du premier: un trou certain puisqu’alors, cela correspondant à 3 victoires et 1 nul ! Il vient de perdre à Strasbourg 0-1 après un match un peu particulier.

dscn8588

Un arrêt du goal de l’OM Erevanian (manifestement issu de la diaspora arménienne très importante à Marseille) face aux attaquants strasbourgeois.

dscn8589

Un match qui a droit au compte-rendu détaillé de l’envoyé spécial V.D. du Miroir des Sports. Ce dernier nous raconte qu’après 30 minutes correctes ponctuées par un but du Strasbourgeois Keller, la partie devint un règlement de compte. Et les belligérants de moins en moins nombreux sur le rectangle vert. Un blessé de chaque côté, puis expulsion du Marseillais Durand, deux autres blessés de part et d’autre pour une partie qui s’acheva donc à 9 Strasbourgeois contre 8 Marseillais, à une époque où les remplaçants n’avaient pas encore été « inventés ».

Le journaliste conclue en pensant que l’Olympique de Marseille serait prêt en février prochain au moment où commencera la Coupe de France, manifestement l’épreuve phare du football français, jusqu’à l’invention des Coupes Européennes.

Du rugby aussi:

dscn8590

avec une vue du match France-reste à Biarritz achevé sur le score de 23-20. Rien de bien folichon pour préparer France-Allemagne à Hanovre pour la Toussaint, le grand match de rugby annuel depuis que les Bleus ont été chassés du Board par les Britanniques et n’ont donc pour adversaires que des nations mineures: les Allemands, les Italiens et les Roumains !

Pour terminer des images insolites de véhicules bizarres:

dscn8592

le Vélodyne de Marcel Berthet qui battit le record de l’heure en 1933 avec 48,604 km, record non homologué.

dscn8591

Une motodyne allemande ayant attend la vitesse de 271 km/h ! Aussi farfelu que ce que fut le Record de l’Heure à une certaine époque (moderne)… on en a parlé !

Poster un commentaire

Classé dans Revues