Archives de Tag: artillerie alpine

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 06 novembre 1915

Nouveau titre venu s’ajouter à une collection bien fournie: J’ai vu, un hebdomadaire qui fait aussi dans l’image de la guerre, toujours chapeauté par la censure militaire.

DSCN0977

(JOUR 460 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Galliéni à la une… les ministres en quatrième de couverture…

DSCN0986

prématurément intitulé le ministère de la Victoire avec Aristide Briand comme premier ministre remplaçant Viviani. L’Histoire nous apprend qu’après ce ministère Briand, il y eut un autre ministère Briand, puis celui d’Alexandre Ribot, puis celui de Painlevé  pour terminer par le ministère Clémenceau. On est loin de la conclusion de cette guerre malgré cet optimisme béat.

D’autres vues de la bataille de Champagne qui datent de la fin du mois d’octobre:

DSCN0978

Des photographies prises sur des soldats allemands avec pour titre…

DSCN0979

Comme chez eux !

Les Alpins dans les Vosges qui montent en ligne comme le fait croire la présentation de la page:

DSCN0981

La légende parle des victoires de l’Hartmann, du Linge… la vérité historique est tout autre !

Le retour des blessés du front d’Orient…

DSCN0982

avec comme périple après les plages de Salonique ou Gallipoli, l’hôpital flottant puis l’évacuation vers l’Egypte ou Malte et plus tard vers Toulon.

Image d’une attaque à travers les barbelés…

DSCN0983

ou vues de manoeuvres, plus certainement.

Une dernière page rendant hommage aux Zouaves…

DSCN0984

« Nos Zouzous » .

Poster un commentaire

Classé dans Revues

SÉRAPHIN GUERIN: ITINÉRAIRE D’UN POILU, ARTILLEUR ALPIN pendant la GRANDE GUERRE (1/6-NICE)

Note: pour faciliter la lecture de cet Itinéraire, les 6 articles publiées en février ont été reclassés. Ainsi, en parcourant les pages du blog, l’histoire du grand-oncle Séraphin apparaît dans le « bon » ordre chronologique, plus intéressant à lire que l’ordre de parution. En conséquent, d’autres articles ont aussi été déplacés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La guerre avait pris le père en octobre 1915 (voir Il y a 100 ans jour pour jour: Adrien-Gabriel Guérin et la 5ème Escouade se faisaient photographier à LA POMPELLE et Adrien-Gabriel Guérin Mort pour la France en 1915), elle eut besoin du fils aîné quelques mois plus tard, malgré son statut de soutien de famille. Né le 31 octobre 1897 à Caderousse, il fut appelé le 25 août 1916, avec quelques mois d’avance pour être opérationnel l’année de ses 20 ans.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce n’est pas sur son livret militaire certes assez épais et moyennement conservé que l’on suit son parcours car les pages importantes n’y figurent plus. Certes, on y apprend

SAMSUNG CAMERA PICTURES

qu’il avait les oreilles écartées, un signe de reconnaissance de famille ou ailleurs, plus intéressants, ses domiciles successifs jusqu’en 1940, date de sa démobilisation définitive.

Non, ce sont les pages mises à disposition en ligne par les Archives Départementales du Vaucluse et celles des Armées qui nous en disent plus long sur son parcours… ainsi que tous les documents qu’il a pu conserver même si quelquefois, ils sont en piteux état (comme le carnet ci-dessus). Il récupéra à l’issue de la guerre les cartes postales qu’il avait envoyé à sa mère, ses frères, ses cousines, des parents plus lointains, des amis… soit une bonne pile de quelques 220 CPA, qu’il annota ensuite pour certaines. Il disait quelquefois à ses correspondants « à conserver », ayant prévu sa collection dès le début. Seul hic, ses textes d’une écriture « de médecin », quelquefois au crayon, plus ou moins effacé sont difficilement déchiffrables!

Comme tout un chacun, vous pourrez consulter son matricule en cliquant le lien ci-dessous, avec la page de son parcours substituée à son livret militaire:

matricule Séraphin Guérin

Alors que Séraphin n’avait jamais vu comme montagne que la colline d’Orange et le Petit Luberon à Lacoste, il fut donc appelé dans l’Artillerie de Montagne, l’artillerie des Chasseurs Alpins, ce qui eut pour double avantage qu’il soit relativement protégé par rapport à ce qu’il aurait pu connaître dans l’infanterie et que cela lui fit voir du pays !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Affecté au 2ème R.A.M., il prit donc le train pour Nice le 25 août 1916 à 18 ans et 10 mois pour sa période d’instruction. Il franchit donc la porte de la caserne Saint-Roch…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

qu’il s’empressa de montrer à son petit frère Léonce le 31 août 1916.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il  envoya beaucoup de cartes montrant Nice, l’arrière-pays où se déroulaient les manoeuvres, Monaco qu’il alla visiter avec un copain…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

certaines agrémentées de tampons militaires pas très bien exécutés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il semble être ami avec un certain Camille, il rencontre des gars du pays: Combe d’Orange, un autre jeune de Mondragon qui est incorporé dans le 7ème d’Artillerie et qu’il a connu au Petit Séminaire d’Avignon… comme il le dit dans cette correspondance.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ils sortent en ville et Séraphin avait conservé un de ses billets l’y autorisant…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

autorisé à sortir oui, mais sans armes !

Et puis, il y a ces entraînements à Luceram, Drap, L’Escarène…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans de vraies montagnes…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

avec de vrais canons. Ci-dessous, une vraie photographie de sa batterie en position de tir, du côté de Luceram…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

sur laquelle on reconnaît Séraphin à droite, à genoux, en train de s’occuper de fournir des munitions à la pièce.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une autre photo, celle d’un groupe d’une partie du 2ème R.A.M. sur laquelle Séraphin n’apparaît manifestement pas.

Après ces mois de formation, le régiment était prêt à rejoindre le front des Vosges. Cela se fera à la fin du mois de mai 1917.

à suivre…

1 commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Généalogie, Vieux papiers

SÉRAPHIN GUERIN: ITINÉRAIRE D’UN POILU, ARTILLEUR ALPIN pendant la GRANDE GUERRE (2/6-LES VOSGES)

Note: pour faciliter la lecture de cet Itinéraire, les 6 articles publiées en février ont été reclassés. Ainsi, en parcourant les pages du blog, l’histoire du grand-oncle Séraphin apparaît dans le « bon » ordre chronologique, plus intéressant à lire que l’ordre de parution. En conséquent, d’autres articles ont aussi été déplacés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les troupes alpines furent surtout utilisées par l’Etat-Major sur le front des Vosges, le lieu le plus emblématique étant l’Hartmannswillerkopf, surnommé le Vieil Armand, où brillèrent et moururent les Diables Bleus.

Les Artilleurs Alpins du 2ème R.A.M. furent envoyés à 20km à vol d’oiseau de ce secteur plus calme en 1917 qu’en 1915, à Saulxures, Saint-Maurice-sur-Moselle à la limite des Vosges et de la Haute-Saône. Séraphin gardera quelques cartes non voyagé de cette région du sud des Vosges.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La première carte de ce périple vers les Vosges est un arrêt à la gare d’Orange, à deux pas de chez lui.

 SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

D’ailleurs dans une autre carte envoyée le 3 juin 1917, une fois arrivé à bon port,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

on apprend que Gabriel, son frère, est allé voir passer le convoi à la gare d’Orange dans l’espoir de le voir mais que cela ne s’est pas fait car le régiment était séparé en deux trains pour ce transport et qu’il a vu passer l’autre !

Suite du périple vers les Vosges avec cette carte d’Aillevillers en Haute-Saône…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

il écrit ses doutes quant à la destination finale, vers Epinal dit-il, et il apprécie de manger du singe qu’il trouve très bon. Il précise que c’est de la viande en conserve pour les siens qui n’étaient pas au fait de l’argot soldatesque. Dans ces cartes qu’il envoie en complément des lettres qui n’ont pas été conservées, il ne racontera que des choses ordinaires de la vie courante… la santé, la nourriture, la météo, le logement, des rencontres avec des « pays » (Arnoux, le copain séminariste de Mondragon), son travail, des conseils pour la maison… Rien ou peu de chose sur la guerre et ses aspirations personnelles. Il faut dire que ses proches ont été rudement secoués par la perte du père en 1915 et que son frère cadet Gabriel, âgé de 15 ans fait tourner la maison presque seul. D’ailleurs dans ses cartes, il titre souvent Chers parents… alors que le père n’est plus là depuis presque 2 ans, englobant dans le terme parents sa mère et ses 2 frères.

Séraphin semble avoir été orienté dans un poste d’infirmier qu’il avait commencé à exercé déjà à Nice. Mais il continue parfois de servir sa batterie. Pourquoi ? Son aptitude moindre pour la chose militaire ? Ses connaissances scolaires supérieures à la moyenne (il est allé dans le secondaire, chose rare à l’époque) avec des notions de latin utiles en médecine ? Son savoir religieux pas inutile pour soutenir les blessés ? Son statut « privilégié » de soutien de famille ? Un peu des quatre peut-être…

A partir de ce moment, il ne semble plus avoir quitté l’Alsace, jusqu’à la Toussaint 1917. Après guerre, Séraphin annota ses cartes récupérées comme on peut le voir sur celle-ci, au crayon violet, pour ne pas que ça se confonde avec les écrits en gris… ce qui n’arrange ni la lecture initiale, ni la secondaire!

SAMSUNG CAMERA PICTURES

De la forêt du Kronprinz Alsace Au-dessus de illisible.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

vue de Bitschwiller du 12 août 1917, il fait plutôt froid…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

une prise d’Armes dans cette vallée de la Thur, carte du 16 août 1917.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

une carte des destructions envoyées le 21 août 1917.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Sur cette dernière carte de Saulxures-sur-Moselotte, Séraphin indique par une croix au crayon, l’emplacement de leur infirmerie la première fois et indique que maintenant, elle est un peu plus loin. Cet allignement de pavillons fait très moderne pour l’époque. La carte date du 3 octobre 1917 et il en enverra 8 à sa famille durant ce mois d’octobre, peut-être à cause d’une certaine anxiété quant à son avenir.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le 4 octobre et le pont de Saulxures qu’il franchit 5 à 6 fois par jour pour aller au cantonnement qui est derrière la gare.

Quelques considérations d’intendance dans la carte du 5 octobre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On boit de la bonne bière et le vin coute 30 sous le litre. Mais il pleut sans arrêt ce qui est ennuyeux mais tout de même moins embêtant que dans les sapins (où sont positionnées les batteries).
SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une autre vue de Saulxures (les carrières de granit) envoyée le 9 octobre, sur laquelle il parle de copains, Constant en perm, un autre qu’il a failli croiser à Odern. Quant à sa perm, c’est pour bientôt dit-il.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Envoyée le 10, une vue très image d’Epinal, très Le Miroir avec l’arrestation d’un espion qui pour passer inaperçu se promenait dans les lignes ennemies avec un casque à pointe sur la tête !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Adieu permission, elles sont toutes arrêtées car c’est l’heure du départ. Comme on peut le lire, c’est pour une direction inconnue. On parle de l’Italie.

Le 31 octobre 1917, c’est confirmé, c’est pour demain et c’est pour l’Italie.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’unité est regroupée à Saint-Maurice-sur-Moselle et Séraphin a dîné à l’hôtel de la carte postale alors que les baraques sont ici X en face de la gare (au fond à gauche des arbres). Il neige depuis 2 jours et il fait froid.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

A Saint-Maurice … le jour de la Toussaint 1917 a-t-il ajouté plus tard.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le recto-verso de la dernière carte de ce premier séjour dans les Vosges.

Le 2ème R.A.M. part pour l’Italie pour soutenir les Italiens dont le front vient de s’effondrer face aux Autrichiens dans la région de Venise.

à suivre…

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Généalogie, Vieux papiers

SÉRAPHIN GUERIN: ITINÉRAIRE D’UN POILU, ARTILLEUR ALPIN pendant la GRANDE GUERRE (3/6-L’ITALIE)

Note: pour faciliter la lecture de cet Itinéraire, les 6 articles publiées en février ont été reclassés. Ainsi, en parcourant les pages du blog, l’histoire du grand-oncle Séraphin apparaît dans le « bon » ordre chronologique, plus intéressant à lire que l’ordre de parution. En conséquent, d’autres articles ont aussi été déplacés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le 3 novembre 1917, Séraphin et les artilleurs alpins du 2ème R.A.M. partent vers l’Italie pour aller soutenir les Italiens dont le front est en train de lâcher face aux Autrichiens. Le frère de mon grand-père va continuer à envoyer des cartes postales à ses poches, cartes qu’il récupérera à la fin de la guerre. Mais pendant cette campagne, il va quelquefois oublier d’en dater précisément quelques unes.

Première étape à Ambérieu où le convoi ferroviaire s’arrête à la gare

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

avec le tampon de celle-ci du 3 novembre 1917 ainsi que celui de l’infirmerie militaire implantée dans la gare, certainement rendue nécessaire par l’incessant passage de trains de militaires, valides ou blessés.

Ce qui va nous aider à suivre la campagne d’Italie de cette unité, c’est ce petit livre orange écrit juste après le conflit par le commandant de l’unité, le lieutenant-colonel Castaing.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ainsi que cette carte géographique du front italo-autrichien, elle aussi conservée par Séraphin,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

avec la pochette abîmée…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

mais la carte en excellent état.

On voit qu’il s’agit de l’est de l’Italie actuelle, la Vénétie, Trieste, le Frioul, le Tyrol.

Les premières cartes postales envoyées depuis l’Italie ou conservées par Séraphin racontent le voyage depuis le sud des Vosges jusqu’à la région de Vérone. Datée du 6 novembre, une vue de Ruà di Pragelato…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

sur laquelle il a ajouté Les gens parlent guère français.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Nous sommes en Italie depuis hier et aujourd’hui on a fait 22km à pied pour venir à ce pays. Hier, on était à Sésanne (Césana-Torinese)… Nous avons traversé le col Montgenèvre et comme neige, il y a quelque chose à 3000 et plus d’altitude….Il parle aussi des « pays » Combe d’Orange et les camarades d’Arnoux du 82ème.

Le Montgenèvre est un peu moins haut en réalité (1850m) et le col de Sestrières plafonne à 2035m. Le colonel Castaing, de son côté exprime toute sa fierté de passer devant la colonne de Napoléon au Montgenèvre.

La carte suivante du 8 est envoyée de Pinerolo dans la descente vers la plaine du Pô.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Séraphin comme Castaing parlent de l’accueil enthousiaste des habitants qui donnent aux soldats français des cigarettes, des fleurs, des pommes pour le premier, des fleurs, des victuailles, du vin qui coule à flot pour le second.

Séraphin a gardé 3 cartes non voyagées de Turin

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dont les 2 premières sont destinées spécialement aux soldats avec ce tampon au dos

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Comité Turinois

pour l’accueil et l’aide morale

aux soldats italiens et alliés.

et une de Milan.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La dernière carte parlant de ce voyage « aller » pour la Vénétie a été expédiée plus tard (le 22 décembre certainement ) et montre Brescia mais avec cette remarque au recto:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

la ville que nous avons traversée à minuit le 25 novembre 17. Cela faisait alors 3 semaines pleines que l’unité avait quitté les Vosges et n’était toujours pas opérationnelle avec cette interrogation: pourquoi ne pas avoir pris le train par la vallée de la Maurienne et le tunnel du Fréjus qui était même électrifié depuis peu, comme ils le firent au retour ? Pourquoi tous ces kilomètres à pied de Briançon à Pinerolo ? Surcharge sur la ligne ferroviaire réservée à d’autres unités d’infanterie jugées plus utiles, problèmes d’intendance ?

Le régiment franchit l’Adige à Bussolengo

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La suite de la campagne se situe dans le secteur de Verone d’où ont été expédiées de nombreuses cartes non datées

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Sur une carte, il a même une pensée pour son frère Gabriel…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Gabriel aujourd’hui doit chasser s’il fait beau comme ici… 

ou San Bonifacio

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le 4 janvier, l’unité est plus à l’est, à Vicenza

SAMSUNG CAMERA PICTURES

C’est dommage que nous repartions demain, on ne pourra rester longtemps ensemble (avec un certain Francis). C’est Montecchio qu’il s’appelle ce pays. Nous avons encore 60k pour arriver où nous allons.

Montecchio est situé à l’est de Vicenza. En lisant Castaing, à ses dates, les artilleurs sont au front, dans des montagnes au nord de Vicenza…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

en remontant verticalement au-dessus du È de VÉNETIE, au Monte Pallone et le 4ème groupe bombarde le Mont Tomba. Par contre comme le dit Séraphin au dos de cette carte humoristique envoyée le 17 janvier

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

il n’est plus dans ce groupe et avec son unité, il se replie sur Vérone dont il n’est éloigné que de quelques kilomètres puisque localisée à Caldiero.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Pourquoi cette carte envoyée le 1er février à Léonce, pourtant imprimée en Italie mais qui semble montrer une petite hollandaise ? Carte pourtant sur-notée en violet Souvenir de Caprino. 

Il va en voiture jusqu’à Garda, au bord du lac

SAMSUNG CAMERA PICTURES

conduire des types chez le dentiste. Séraphin est donc toujours à l’infirmerie, et ce n’est pas lui qui a dû conduire la voiture car, contrairement à mon grand-père Gabriel, il n’a jamais appris à conduire.

L’unité est au repos vers Capriano Veronese

SAMSUNG CAMERA PICTURES

et dans le cadre enchanteur d’un des plus beaux paysages d’Italie

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les dernières cartes de la série nous apprennent que le 2ème R.AM. est sur le départ pour un retour vers la France, à partir du 15 avril.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

C’est ce que dit Séraphin dans cette carte et qu’il confirme par un note violette par dessus: De Fontaniva veille de l’embarquement pour le retour en France…. ce qui tend à prouver que l’unité s’était reconstituée à l’est.

Comme déjà dit, le retour sera plus rapide puisqu’exécuté en train par le tunnel du Fréjus et Modane d’où Séraphin a envoyé encore deux cartes.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Cette campagne d’Italie de 5 mois et demi vaudra à l’oncle un joli diplôme italien…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

que, pour raison inconnue, a été réduit en état de puzzle. Il faut dire que le restant de sa vie, il a attendu la médaille et la pension italiennes dont il avait droit.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

à suivre…

2 Commentaires

Classé dans CARTES POSTALES, Généalogie, Vieux papiers

NOËL 1917 en ITALIE: pas de TRÊVE pour les ALPINS… un article de 1973 sur la CAMPAGNE d’ITALIE du 2ème R.A.M.

A la suite de l’article d’hier sur la campagne d’Italie du 2ème R.A.M., voici une contribution parue en 1973-74 dans la revue Le trait d’union des artilleurs de montagne, publication gardée par Séraphin dans ses vieux papiers. Il était membre de cette amicale comme en atteste cette carte.

Note: Article initialement paru le 15 février et déplacé pour la cohérence des articles sur la Grande Guerre de Séraphin Guérin

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Deux numéros par an pour cette feuille des 2ème, 94ème et 96ème Régiments d’Artillerie de Montagne. Le texte reproduit en intégralité ci-dessous a été publié au second semestre 1973 et au premier semestre 1974. Il raconte les jours qui précèdent la Noël 1917 et le 25 décembre 1917, marqués sous le signe de la violence. Il a été écrit 56 ans après les faits par Léandre Allemand de la 6ème batterie du 2ème R.A.M. (Séraphin était à la 12ème batterie).

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

A l’automne 1917, bien qu’ils tinssent des positions que l’on croyait inexpugnables, les Italiens, sous le choc massif de l’Armée autrichienne, grossie de quelques divisions bavaroises, lâchèrent pied à Caporetto, sur l’Isonzo, où ils avaient poussé leur front en vue de Trieste. 

La « retirado » se précipita en déroute et déferla à travers monts jusque dans la plaine de Vénétie.

De l’Isonzo franchie, l’armée d’invasion ne put être contenue sur le Tagliamento où quelques tentatives d’arrière-garde échouèrent, et vint se fixer sur le cours méridional de la Piave, le troisième des feluves côtiers qui, dévalant des Alpes Tyroliennes, vient paresseusement mourir sur les rives de la pâle Adriatique.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La poussée ennemie envahit la chaîne des montagnes qui couvre la Vénétie; et le front se stabilisa imprécisément sur une ligne qui, du sud au nord suivait la Piave jusqu’au Mont-Tomba, jusqu’à l’appui de résistance de la colline de Montello et, formant l’équerre, s’enfonçait d’Est en Ouest au travers du Grappa dans les Monts d’Asiago, où la défense put mieux s’organiser sur un sol tourmenté, et où les combats épiques s’inscrivirent en faits d’armes dans l’histoire militaire italienne.

Les Alliés furent appelés à la rescousse; et 2 grosses divisions françaises bien entraînées et rompues aux combats de montagne, chasseurs et artilleurs, avec des escadrilles de bombardiers et de chasse, de l’artillerie lourde et de campagne, des corps de pontonniers, de l’infanterie alpine… et un gros contingent écossais parvinrent d’abord à contenir l’avance ennemie, puis à la fixer sur la ligne en équerre que je viens de tracer.

Ma batterie de montagne fit partie de l’Armée d’Italie, formule moderne aux buts différents de ceux que l’Autre, la Napoléonienne avait poursuivis.
Depuis Brescia, nous cheminions à travers la campagne, en bordure du front montagneux, tantôt en…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

position d’attente d’une nouvelle percée ennemie, ou en position de repli, comme au nord de Castelgomberto, tantôt en direction de la montagne où bersaglieri et chasseurs français essayaient d’endiguer un ennemi évidemment fatigué de sa longue avance à travers monts et vallées, où la Starda del Grappa et le mont furent une base stratégique, comme une citadelle où se cramponna la résistance italienne et où se brisa l’élan ennemi.

La route était encombrée de fuyards qui, par petits groupes épars regagnaient en désordre, un arrière déjà peu sûr. Le découragement et la longue fuite tiraient des visages hirsutes, poussiéreux, fatigués. Ils nous regardaient, surpris de nous voir un recours qu’ils disaient vain: « la guerra e finita, rincasate! »

Ces hommes sans armes et dont les uniformes étaient fripés, marchaient pieds nus et portaient à l’épaule leurs godillots suspendus par des lacets. Leur marche forcée avait-elle à ce point meurtri leurs pieds, ou voulaient-ils conserver ces précieux équipements vestimentaires pour la vie civile qu’ils espéraient prochaine et retrouvée en bout de course? C’était l’image hideuse de la déroute après la défaite. 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Enfin, nous parvînmes, avec bien d’autres régiments alpins, des bataillons de génie, des batteries de campagne, de l’artillerie lourde… à Cittadella, puis à Castelfranco, et vers Montebelluna et Asolo, aux pieds des monts, dans une vaste plaine brumeuse, sous un ciel gris de décembre.

Toute cette armée, apparemment innombrable, bivouaqua sur place, sous la tente, autour de grands feux allumés de branches d’arbres coupées à la hâte dans des taillis qui quadrillaient la plaine de leur bois frêle, pour ainsi dire mort, où chevaux, mulets, chariots, fourgons, pièces d’artillerie… étaient parqués et abrités.

Nous étions en pleine vue des observateurs ennemis et certainement à portée des batteries autrichiennes qui, des montagnes proches où elles tenaient position, pouvaient nous atteindre. Nous nous attendions bien à quelques fulgurants 88; mais le calme de cette nuit d’hiver, sous le ciel bas et gris, resta étendu, tel un immense et rassurant filet, sur le gigantesque campement où les feux de bivouac faisaient danser des ombres.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Pendant toute la nuit, des hommes tournaient autour des feux. Sentinelles vigilantes, bien sûr, mais aussi cuisiniers impromptus, faisant rôtir aux feux de bivouac et bouillir dans les plats de campement des volailles déballées des sacs. Tout au long de la marche forcée, cantonnant au hasard d’une ferme, d’une fienile, les soldats français avaient fait main basse sur les volatiles haut perchés dans les arbres où ils passaient la nuit. En cette veillée des armes, ils alimentèrent le festin des guerriers. Toute la nuit, on avala du bouillon de gallina coupé de gros vin rouge et l’on grignota des cuisses de vecchi galli italiani.

Au petit jour, on leva le camp. Colonnes par colonnes, chasseurs et artilleurs de montagne gravirent les sentes des premières pentes pour prendre position.
Le Monte Tomba que l’ennemi tenait, était à la charnière du front. Dévalant le mont et déferlant dans la Vénézia propiria l’armée germano-autrichienne pouvait sans obstacles, s’avancer jusqu’en plaine lombarde; autant dire que l’Italie serait envahie. Il était clair qu’il fallait déloger l’ennemi des redoutes qu’il tenait.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ma batterie de montagne campa 2 jours encore dans un petit village, à Castelcuco, et je fus détaché par son commandant pour aller reconnaître une position, d’où nos canons, bien qu’ils fussent défilés, pourraient de leurs tirs contrôler tout le mont. Toute l’artillerie française lourde et légère disséminée dans la plaine et sur les premiers contreforts, avait le même objectif de harcèlement et d’accompagnement au jour de l’attaque.
Face au Monte Tomba, sur une large bande du Monte Palona, comme sur une marche d’un immense escalier, abritée sur son flanc par un pan de rocher, tout près d’une grange qui avait dû servir d’abri aux animaux de pacage, je découvris sans peine l’emplacement pour une section de 2 pièces, les autres pouvant s’accrocher par derrière le rocher, sans vue directe sur le Tomba, mais pouvant régler leurs tirs plongeants sur le mont. C’était le propre des canons de montagne qui tiraient des obus lents à trajectoire peu tendue, de pouvoir sauter les obstacles.
Ma section dominait un large ravin entre les 2 montagnes où s’affairaient des artilleurs italiens autour de leurs bombardes.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La batterie prit position. les tirs furent vite réglés. Il était visible que les ordres donnés annonçaient l’attaque du mont. Nos tirs étaient sur zone, par delà le capuchon blanc du sommet enneigé, sur les sentiers où le ravitaillement en denrées et munitions était ainsi bloqué; et progressivement sur les pentes mêmes du mont, où nos obus devaient faire barrage d’accompagnement devant l’assaut des chasseurs alpins.

Il neigeait. IL faisait froid. Les hommes couchaient sous la tente, sur une litière de feuilles mortes de châtaigniers, tout près des pièces, un obus engagé dans la gueule béante du canon, pour qu’à la première lueur d’une fusée rouge, un premier coup donnât l’alarme et déclenchât le tir de barrage demandé.
Mais chaque nuit, jusqu’à une heure avancée, les artilleurs italiens qui avaient pris position dans le ravin en contre-bas, allumaient des feux et grattaient les mandolines: de vraies soirées de distractions, de détente plaisante, de joie de vivre, de fêtes tranquilles et insouciantes, en plein front. Et les batteries autrichiennes restaient muettes ! Etaient-elles subjuguées par l’audace insouciante italienne ou bien à court de munitions dont l’approvisionnement était coupé jour et nuit par nos tirs de harcèlement, voulaient-elles réserver leurs « dernières cartouches  » pour repousser l’attaque qu’elles sentaient proche?

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les Italiens psalmodiaient une complainte désabusée qui courait dans leurs rangsdésordonnés. Ils riaient de leur malheur en ridiculisant leur Généralissime:

Il generale Cadorna mangia i bistecche

E noi, poveri soldati, mangiamo castagne secche,

E bing, E boum, E bone

E lontano dal canone

Il generale Cadorna scrive alla regina

S vuoli vedere Triesta, te la mandaro un cartolina

E bing…

et une vingtaine d’autres couplets du même ton lancinant de rengaine où le Général Cadorna en avait fait une « grosso » en surpeuplant la « Croce Rosso » que les Italiens grattaient sur leurs mandolines.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’assaut eut lieu le 28 décembre, il fut réussi. Mais précédant l’attaque, la journée du 24 fut « marquée par une activité intense de notre artillerie », comme le dit le communiqué. De bonne heure, le matin, tous les canons alliés, harcelèrent retranchements et sentiers muletiers, sans que l’ennemi réagisse apparemment. Le tir s’intensifia tout au long du jour: un jour gris, maussade, triste, un jour mêlé de nuit où de petits flocons faisaient un rideau de fond sur lequel les obus lents de l’artillerie de montagne, apparaissaient à leur apogée, comme des points noirs qui se précipitaient en s’effaçant sur le mont enneigé, où leur éclatement, dans un nuage blanc, faisait des taches noires.

A la tombée du jour, les tirs cessèrent; la nuit enveloppa de silence le front de combat. Les feux des Italiens en bas du ravin, s’allumèrent; les mandolinistes donnèrent leur concert lointain, plaisant, aigrelet… Puis, tout s’éteignit, la neige même cessa de tomber…

Et tout à coup, on ne sut pourquoi, il pouvait être minuit, des fusées jaillirent des lignes, éclairant d’une blanche clarté le paysage blanc de neige. Des fusées rouges, à leur tour, demandaient l’artillerie qui fit pleuvoir sur le mont, des obus de tous calibres, dans un tintamarre de fracas et de sifflements où les éclairs brefs des départs et ceux éblouissants des arrivées, et les fusées maintenant de toutes couleurs donnaient le spectacle rare d’un gigantesque feu d’artifice, où les grenades éclataient en bruits sombres et où crépitaient le tac tac des mitrailleuses.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Tous les combattants étaient sur pied.
L’ennemi réagissait par à-coups, mollement, autant dire sans conviction, cependant qu’on eût dit qu’une rage s’acharnait sur le capuchon blanc comme pour le détruire.

C’est alors qu’un gigantesque brasier, soudainement, enflamma le mont. Les nuées, chargées de neige, couraient telle une épaisse fumée sur l’immense incendie.
Et dans un temps que les artilleurs mesurent pour situer les distances, un effroyable grondement de fin du monde secoua les vallons et, d’échos en échos, vint ébranler la plaine. On eût dit que le mont, entouré de tonnerres, était un Sinaï.
Un dépôt de munitions sautait.
Alors, de la nue éclatante, subitement entr’ouverte, ils furent nombreux, en cette nuit de Noël, ceux qui entendirent une vois qui leur disait: « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et pais sur terre aux hommes qu’il aime ».

C’était Noël !

On est loin des fraternisations de 1914, de la trêve de Noël tout simplement !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Revues, Vieux papiers

SÉRAPHIN GUERIN: ITINÉRAIRE D’UN POILU, ARTILLEUR ALPIN pendant la GRANDE GUERRE (4/6-LES VOSGES)

Note: pour faciliter la lecture de cet Itinéraire, les 6 articles publiées en février ont été reclassés. Ainsi, en parcourant les pages du blog, l’histoire du grand-oncle Séraphin apparaît dans le « bon » ordre chronologique, plus intéressant à lire que l’ordre de parution. En conséquent, d’autres articles ont aussi été déplacés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le retour en France du 2ème R.A.M. par train par le tunnel du Fréjus a été assez rapide puisque les premières cartes des Vosges ont été envoyées les 19, 20 et 25 avril.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Rien à voir avec les 3-4 semaines du voyage aller en novembre 1917. Le régiment est envoyé dans le secteur de Saint-Dié et pas moins de 50 cartes postales différentes montrent des vues de cette ville qui a connu une brève occupation allemande en 1914 puis a subi les bombardements après le retrait stratégique des Allemands. D’ailleurs l’une d’elle montre la visite du président Poincaré à la préfecture protégée des destructions.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une carte envoyée le 15 mai et annotée ultérieurement montre la position de la batterie de Séraphin au pied ce point géodésique.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Notre position même au pied de cette tour artificielle. Avec cet ajout d’époque: Cette carte est à conserver.

Le texte de la carte du 8 mai 1918 est savoureux.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le singe dont Séraphin avait parlé par ailleurs, c’est bon certes, mais lui et ses collègues infirmiers se régalent en dégustant une alose du Rhône qui lui a été envoyée par colis et tous sont d’accord pour que l’expérience se reproduise.

Deux mots en provençal italien pour finir le texte de la carte du 17 mai, souvenirs de son séjour récent en Italie.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Bons baisers… Séraphin a toujours aimé parler quelques mots de provençal mais son départ du village, ses études, son travail où il n’utilisait que le français, l’empêchèrent de s’exprimer convenablement et son provençal était très approximatif.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les batteries des alpins doivent être positionnées sur les Hautes Fosses.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le 31 mai, Séraphin rassure sa famille

SAMSUNG CAMERA PICTURES

et s’en va même d’un conseil pour la tenue de l’exploitation agricole:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Je vois que les vers à soie marchent pas mal, tant mieux. Vous dites que vous allez rentrer du foin, il faut bien le laisser sécher au champ, s’il fait beau… 

Les cartes envoyées en juin 1917

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une carte envoyée en juin 1918

SAMSUNG CAMERA PICTURES

une carte de Raon l’Etape sur laquelle au recto Séraphin a ajouté une remarque sur des maisons incendiées en 1914.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Au verso, il a noté postérieurement: Position au Sapin Sec. Nombreux coups ……. (illisible) ce mois-là. Le Sapin sec est le sommet d’Ormont, une montagne dominant Saint-Dié et la tour artificielle présentée ci-dessus. Après guerre, il ose enfin dire quelques mots sur les tirs envoyés ou reçus…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Envoyée le 28 août 1918, Conserver cette carte… Mille bécots. !!!!

SAMSUNG CAMERA PICTURES

2 septembre 1918. Hameau de Dijon (à Saint-Dié) La 12ème batterie était en position sur la montagne qui domine.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une vue de la destruction de l’usine Amos et Cie à Laneuveville-lès-Raon-L’Etape, datant probablement de 1914.

La fin du conflit approche mais Séraphin est tourmenté par ce qui se passe à la maison, à Caderousse où la grippe espagnole a cloué au lit sa mère, gravement atteinte et son frère Gabriel qui est dans le même état. Surtout que la situation va perdurer…

Le 1er octobre:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Reçu aujourd’hui la lettre de Léonce (le seul valide de la maison) où il me dit que ma mère est couchée, que Gabriel est toujours fatigué. Je vois d’ici ce que peut être la maison. Et poutant que dois-je faire ?

Le 13 octobre.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Je pense que Gabriel fait du travail depuis.

Dans ce même écrit, il se plaint d’être seul à l’infirmerie car les 2 infirmiers sont évacués dans les hôpitaux de l’arrière. Il ne sait quand il montera à la position. de plus la neige commence à tomber… Hiver précoce, évacuation sanitaire (le grippe) ou renfort devant l’afflux de blessés après la reprise de la guerre de mouvement ?

Le 5 novembre

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Enfin aujourd’hui viens de venir la lettre de ma mère. Je vois, comme je pensais, qu’elle est levée et qu’elle me dit que Gabriel se lève le 2. 

Mine de rien, cela fait un mois que Léonie et Gabriel luttent contre cette terrible grippe espagnole. Mais leur solide constitution leur a permis de s’en tirer tous les deux, contrairement à des centaines de milliers de compatriotes. La grippe espagnole dont on ne dit mot dans la presse française pour cause de censure et qu’on appela espagnole car la presse parlait de l’épidémie… en Espagne, fit 400 000 victimes en France, 1 milliard d’êtres humains la contracta de par le monde pour environ, suivant des estimations récentes 100 millions de morts.

La fin de la guerre est proche, Séraphin l’évoque le 6 novembre

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Que pensez-vous de la guerre ? Ici le moral est excellent et l’on voit bientôt ce qu’il arrivera: la capitulation de l’Empire Allemand. C’est ce que tout le monde souhaite à l’heure présente.

Puis le lendemain:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La fin de la guerre approche. Ne vous enfaites pas. Rien de nouveau, il pleut !

Les deux dernières cartes de cette série sans allusion à la situation.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’une du 8 novembre, l’autre du 13 novembre ! Entre les deux envois, il y a eu le 11 novembre 1918.

Mais la guerre de Séraphin est loin d’être terminée…

à suivre…

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Généalogie

SÉRAPHIN GUERIN: ITINÉRAIRE D’UN POILU, ARTILLEUR ALPIN pendant la GRANDE GUERRE (5/6-L’ALSACE)

Note: pour faciliter la lecture de cet Itinéraire, les 6 articles publiées en février ont été reclassés. Ainsi, en parcourant les pages du blog, l’histoire du grand-oncle Séraphin apparaît dans le « bon » ordre chronologique, plus intéressant à lire que l’ordre de parution. En conséquent, d’autres articles ont aussi été déplacés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’Armistice a été proclamée, la guerre est finie… pas la période militaire de Séraphin qui « doit » encore presque une année à la Nation. Pas de carte célébrant le 11 novembre 1918, mais tout de suite, les Artilleurs Alpins se mettent en branle en direction de l’Alsace pour une occupation hautement symbolique, puisque la re-conquête de cette région était l’objectif principal de cette guerre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Mais cette « randonnée » ne sera pas une promenade de santé !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ainsi, le 19 novembre, il écrit: Aujourd’hui, repos. Je vous assure que c’est guère le filon de traverser les Vosges en cette saison… et plus loin: Nous avons eu la neige sur le dos ces deux jours que nous venons de passer. Aujourd’hui nous sommes à Barr… Je pense vous dire que nous allons à Strasbourg.

L’hiver est précoce dans les Vosges en novembre 1918 !

Première remarque et cela est normal puisque l’Alsace fait partie du Reich depuis 1871, toutes les cartes que Séraphin enverra seront des cartes postales allemandes, colorisées pour la plupart, avec beaucoup de cartes fantaisies.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Seconde remarque,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Partout, on est acclamé.

C’est vrai qu’il est rare que des vainqueurs soient sifflés… mais le retour dans la République de l’Alsace-Lorraine ne sera pas une marche triomphale car le Reich avait pris soin de donner pas mal d’autonomie à cette province. Le centralisme républicain ne passera pas très bien chez les Alsaciens-Lorrains fortement attachés à leur particularisme. Mais cela est une autre histoire que Séraphin ne perçut pas.

Il comprit vite la spécificité linguistique autochtone comme en témoigne cette carte du 7 décembre 1918.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Vers le milieu de l’écrit: Comme je vous l’ai dit, nous sommes dans un nouveau village. Mais comme dit Justin Lafond (un pays certainement) on ne risque pas de comprendre ce qu’ils nous disent, c’est pire qu’en Italie. Les langues d’un Français-Provençal et un Italien sont plus proches que celles de ce même Français-Provençal avec un tout nouveau Français-Alsacien.

L’unité va se déployer et se déplacer dans plusieurs villages au sud de Strasbourg, successivement Lipsheim puis  Plobsheim où ils resteront un moment.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un petit peu de nostalgie pointe dans cette autre carte également partie le 7 décembre:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Après la soupe de ce matin, nous sommes allés nous promener au bord du Rhin. Je me serais bien cru dans l’île de la Piboulette. Il y en a même qui se promenaient en bateau, petits bateaux comme chez nous. Caderousse lui manque, une longue permission surtout, qui arrivera bientôt.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

Par contre, ils sont quelquefois bien logés, chez l’habitant, comme le 6 décembre:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Sommes deux brancardiers ensemble qui avons trouvé un lit dans le village ce qui évite de coucher sur le dur. On a très bien dormi cette nuit. Ce qui devient encore mieux quand le second brancardier part en perm…

Aucune carte de janvier 1919. Séraphin a enfin obtenu cette permission de longue durée (20 jours au moins) et a pu se ressourcer. Il revient donc en février 1919 et voilà la première carte avec légende en français.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ils ont toujours à Plobsheim, très bien logés chez des …….? Des paysans? Bizarre autant de faute? Mais ils ne vont pas tarder à se déplacer. Il l’annonce le 13 février

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

C’est 9 h. et on va manger la soupe et après on part. Nous allons entre Barr et Schelestadt (Sélestat). Il y a exactement 28k. Petite trotte à pieds. Ca fait rien. Quel fourbi ses changements. Ma nouvelle adresse est celle-ci…

Car Séraphin vient de changer de groupe au 2ème Régiment d’Artillerie de Montagne, passant du 2ème groupe au 1er groupe. D’où l’achat après-guerre de ce petit fascicule

SAMSUNG CAMERA PICTURES

en tout point semblable à celui du lieutenant-colonel Castaing mais signé par le chef d’escadron Stacchini le 6 janvier 1920, le Commandant provisoire du Régiment. En page 16 (/20 pages),

SAMSUNG CAMERA PICTURES

il ajoute en marge: A partir de ce moment, je fis partie du 1er groupe et fut affecté à la 2ème batterie. Ce qui va nous permettre de suivre la fin de sa période militaire jusqu’à sa démobilisation.

Il ne perd pas au change dans cet envoi du 15 février.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Deux mots avant de me coucher. Suis dans la chambre du curé comme je l’avais dit. Le brancadier qui couchait avec moi est passé à la 1ère batterie (ce ne doit pas être facile pour brancarder quand on n’est pas ensemble !) et comme elle n’est pas dans le même village que nous, il est parti. Ça fait que je suis tout seul ce soir, à côté de ce lit tout blanc avec un édredon à …., je suis sûr qu’il y a des officiers qui ne couchent pas si bien que ce soir. Quelle trouvaille. Je vois que la bonne a mis une bouillotte dedans, c’est bien la 1ère fois de ma vie. 

Comme Séraphin ne nous le dit pas mais le livre oui, ils sont donc un peu plus au sud dans la plaine d’Alsace, en face de Sélestat.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La 1ère batterie à  Boofzheim, la 2ème (celle du grand-oncle) à Gersheim et la 3ème, avec l’Etat-Major à Huttenheim.

Le 17 février,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

il pleut et ce n’est guère agréable, la neige a fondu. C’est toujours …. de l’hiver.

Mais un nouveau déplacement attend le 1er groupe du 2me R.A.M.: l’occupation de l’Allemagne.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une carte-photo d’un groupe d’artilleurs alpins avec leur nouvelle tenue bleu horizon qu’ils ont touchée avant de quitter Saint-Dié, posant au bord du Rhin, à Viebolsheim (Diebolsheim ?) le 10 février 1919. Séraphin debout à l’extrême-droite.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une pochette de cartes postales, souvenir des événements que Séraphin vécut en novembre 1918 et qu’il conserva: l’entrée des Français à Strasbourg.
Cela se présente comme un long dépliant de 10 cartes:

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On y voit, entr’autre, une prise d’armes sur la place Kléber de Strasbourg

SAMSUNG CAMERA PICTURES

ou cette marche des unités françaises qui devait rappeler bien des choses (et des souffrances) au grand-oncle !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

à suivre…

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Généalogie, Vieux papiers