Archives de Tag: Extrême Droite

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 02 février 1918

(JOUR 1279 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, Louis Malay, ancien ministre de l’Intérieur et le rédacteur en chef de l’Action française, le journal ‘extraie-droite, Léon Daudet. Le second reprochait au premier d’être responsable du désastre du Chemin des Dames, d’être l’amant de Mata-Hari, d’être responsable des rebellions de 1917. Tout cel est bien entendu faux. Malay démissionne et demande à être traduit devant la Haute-Cour. mais tout ne se passe pas comme il l’espérait. Il est condamné pour forfaiture et s’exile à San Sebastien. Il ne souhaite pas recevoir l’aide des mouvements ouvriers qui étaient prêts à lancer la grève générale. Il reviendra en politique au moment du cartel des Gauches et ne souhaitera pas être réhabilité, ce qui serait advenu s’il l’avait demandé. Il continuera la vie politique jusqu’à l’arrivée de Pétain pour lequel il vota les pleins pouvoirs.

Le magazine propose à ses lecteurs une longue enquête sur les chantiers navals américains. Ce thème a un rapport indirect avec la guerre mais reste intéressant car il préfigure le leadership mondial des Etats-Unis après-guerre  au détriment du vieux continent.

Retour à la guerre avec cette vue d’une préparation d’artillerie non localisée.

Ou cette image d’Epinal du Poilu pansé par un infirmier à même la tranchée avent bien sûr de retourner au front.

Pour terminer, une dernière page avec le chaos provoqué par la guerre civile en Russie.

En vrac, on y voit (par le dessin pour les scènes de violence et la photo pour les vues fixes), en haut l’attaque d’un train par les Gardes Rouges, des barricades à Moscou ce qui tend à prouver qu’il y a un adversaire face aux Bolcheviks, des cathédrales victimes de destructions dues aux combats de rue entre les clans qui s’affrontent, destructions moins importantes que ce que l’on peut voir pour les villes proches du front à l’ouest.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE DE PRESSE de 36: LE MONDE ILLUSTRÉ du 21 novembre 1936

dscn9399

Une couverture montrant une photographie d’un événement qui ne sera pas abordé dans le magazine: des bagarres entre grévistes et non-grévistes à Roubaix, arbitrée par les gardes mobiles. Les premiers occupent l’usine en grève, les seconds souhaitent travailler. 80 as plus tard, on pourrait voir la même scène.

La revue est parue un peu trop tard pour s’étaler plus longuement que dans l’éditorial sur le suicide de Roger Salengro…

dscn9400

…ministre de l’Intérieur du Front Populaire, atteint par une terrible campagne de dénigrement de l’extrême-droite, on l’a lu dans Gringoire il y a quelques jours.

dscn9401

Une extrême-droite capable de tout quand la gauche est au pouvoir, on peut le vivre depuis 4 ans.

Sous ce titre….

dscn9402

…la bataille de Madris semble avoir commencé. Une carte des lieux pour que les lecteurs puissent comprendre de quoi il s’agit:

dscn9403

Un communiqué de Franco annonce que les troupes franquistes ne sont qu’à 1 800 mètres des portes de Madrid et qu’il vaudrait mieux que la République se rende et lui laisse le pouvoir. En évoquant l’avenir et les responsabilités dont auront à répondre les Républicains devant les générations futures.

dscn9404

On sait ce qu’il est et c’est plutôt Franco qui fut mis jusqu’à sa mort au banc des nations et son régime dénoncé par ses crimes contre l’humanité.

dscn9405

Une vue aérienne de Madrid avec le Palais Royal sans souverain… et un quartier au premier plan semblant gravement endommagé… par les bombardements fascistes.

 Le Monde Illustré nous présente Hitler en gentil gentleman farmer en train de nourrir les chevreaux de sa propriété campagnarde de Berchtesgaden (avec un R oublié dans le titre !)

dscn9408

Les camps de concentration « accueillent » les opposants au régime nazi depuis 3 ans maintenant.

A Moscou, c’est l’immense manifestation sur la Place Rouge…

dscn9409

des troupes soviétiques pour le 19ème anniversaire de la Révolution d’Octobre que l’on nous présente. Avec la neige et sans le peuple.

La catastrophe de Saint-Chamas.

dscn9406

L’explosion de la poudrerie le 16 novembre dernier a fait 53 morts et des centaines de blessés. Les dégâts sont considérables. Les autorités sont venues s’incliner devant les cercueils des victimes.

dscn9407

Du plus léger pour finir:

dscn9410

Football avec la victoire de Paris face à Budapest.

dscn9411

dscn9412

Aviation avec le XVème Saon de l’Aéronautique du Bourget et des avions aux profils bien futuristes.

dscn9413

La charade du jour, toujours aussi peu évidente !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE DE PRESSE de 36: GRINGOIRE du vendredi 13 novembre 1936

C’est le journal d’extrême-droite GRINGOIRE dans le kiosque de ce vendredi 13 octobre. Mais aucune allusion à cette date, même pour une réclame de la Loterie Nationale. Les époques changent !

dscn9098

Pas l’extrême-droite qui revisite ces chevaux de bataille. Entre autre l’odieuse campagne de calomnie contre un ministre de l’Intérieur du Front Populaire, Roger Salengro sur lequel le journal s’acharne depuis quelques mois. en lui reprochant sans apporter aucune preuve un manque de courage au front 20 ans avant, pendant le Grande Guerre, entr’autre (le journal le traita d’alcoolique et d’homosexuel allant même jusqu’à faire déposer sur la tombe de sa femme, décédée en 1935, un pneu de vélo en guise de couronne mortuaire !)

dscn9100

On comprend mieux ce dessin « humoristique »…

dscn9102

où sont jetés au caniveau avant de l’être dans les camps de concentration nazi, le franc-maçon, les gens de gauche et en premier lieu les communistes et le vélo de ce malheureux Roger Salengro qui se suicidera 5 jours après la parution du titre, le 18 novembre 1936, à bout de force devant tant de méchanceté « gratuite ».

Un journal qui s’en prend aussi à un autre ministre du Front Populaire, Pierre Cot…

dscn9101

contre lequel le journal demande rien de moins que son passage devant le Haute-Cour de la République.

Dans la guerre civile d’Espagne, le choix de GRINGOIRE ne faite guère de doute: le camp républicain est honni et toutes ses sympathies vont aux rebelles.

Un long article d’un envoyé spécial raconte la lutte sur le front du côté d’Oviedo, dans les Asturies, où les Fascistes triomphent.

dscn9117

Suivant les prédictions de Franco, le journal prédit pour très bientôt la chute de Madrid ce qui lui permet d’illustrer son  article avec ce dessin « humoristique » de l’estocade du taureau républicain au visage de Staline par le matador nationaliste (aux traits de Franco)…

dscn9118

en oubliant que la force brutale est plutôt dans l’autre camp !

Autre entrefilet, quelques lignes sur une histoire qui reste de nos jours un serpent de mer:

dscn9103

L’or de la République partant vers Moscou.

Une publicité annonce la parution d’un livre sur les Cadets de l’Alcazar de Tolède qui entrent dans la mythologie et la martyrologie du Fascisme et du Franquisme.

dscn9104

Signé par Brasillach qui sera fusillé en 1945 pour collaboration avec l’Allemagne nazie.

En vrac, l’humour de GRINGOIRE à travers une bande dessinée tout d’abord:

dscn9105

dscn9106

dscn9107

dscn9109

dscn9108

puis une page « Cauchemar » signée DM.

dscn9110

dscn9111

dscn9112

dscn9113

dscn9114

dscn9115

dscn9116

Des dessins pas toujours compréhensibles 80 ans plus tard… et pour le moins pas du tout amusant !

Comme un journal doit bien vivre, cela ne semble pas le gêner de publier sur toute la dernière page cette publicité…

dscn9119

qui le ferait hurler si elle était publiée dans un titre du bord d’en face ! Mais le « Scandale », ils le connaissent, eux !!!

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Carte de la LFC, la LÉGION FRANÇAISE des COMBATTANTS

Une carte drômoise de la Légion Française des Combattants, déclinaison pétainiste des Associations des Anciens Combattants. En effet, au moment de la Révolution Nationale, de la prise du pouvoir de Pétain après l’Armistice de 1940, toutes les associations d’anciens combattants de la Grande Guerre furent dissoutes et fut créée la LFC, la Légion Française des Combattants:

DSCN0378

Au dos, on peut lire le serment du légionnaire:

DSCN0380

   Je jure de continuer à servir la France avec honneur dans la paix comme je l’ai servie sous les armes.

   Je jure de consacrer toutes mes forces à la Patrie, à la Famille, au Travail.
Je m’engage à pratiquer l’amitié et l’entr’aide vis à vis de mes camarades des deux guerres, à rester fidèle à la mémoire de ceux qui sont tombés au Champ d’Honneur.
J’accepte librement la discipline de la Légion, pour tout ce qui me sera commandé en vue de cet idéal.

Un serment qui dans sa seconde partie fait vraiment allégeance au régime de Vichy avec la devise, en désordre dans le texte, Travail , Famille, Patrie. Cette devise qui remplaça celle de la République: Liberté, Égalité, Fraternité.

C’est pour cela qu’un certain nombre d’anciens combattants ne se retrouvèrent pas dans la LFC. Cette carte qui était signé du Maréchal-Président Philippe Pétain, le Chef et toute sa symbolique dans les régimes fascistes d’avant-guerre que ce soit chez Mussolini, Hitler ou Franco.

DSCN0379

Une Légion Française des Combattants qui deviendra par la suite la Légion Française des Combattants et des Volontaires de la Révolution Nationale, s’enfonçant alors définitivement dans la Collaboration avec la création du SOL (Service d’Ordre Légionnaire) lui-même enfantant cette organisation militaire de guerre civile, la Milice.

DSCN0377

 

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

L’ÉMEUTE du 6 FÉVRIER 1934 relatée dans le MIROIR DU MONDE… (2/2)

du 17 février 1934.

(voir article de ce blog du 25 octobre 2015:

https://unmondedepapiers.com/2015/10/25/lemeute-du-6-fevrier-1934-relatee-dans-le-miroir-du-monde-12/

et du 17 mars 2015

https://unmondedepapiers.com/2015/03/17/une-lettre-dun-etudiant-parisien-relatant-le-6-fevrier-1934/  )

Ce coup-ci, la revue a pris la mesure de l’événement et y consacre sa une et 10 pages. Pour souligner la gravité de la situation…

DSCN0746

trois bandes tricolores descendent à gauche de la page. On croirait un numéro souvenir du Tour de France de But et Club-Le Miroir des Sports des années 50. On y voit Gaston Doumergue rencontrer la presse après la constitution de son nouveau gouvernement, l’ancien dirigé par Edouard Daladier ayant sauté après la nuit terrible.

Le gouvernement Doumergue au complet.

DSCN0748

On y retrouve des noms connus comme celui d’Edouard Herriot mais aussi Pierre Laval et le Maréchal Pétain qui se distingueront plus tard sous l’Occupation. On voit d’ailleurs le Maréchal Pétain féliciter les Gardes Mobiles pour leur travail de maintien de l’ordre…

DSCN0760

en tant que nouveau Ministre de la Guerre.

L’Assemblée Nationale est protégée par la Gendarmerie à cheval qui barre la place de la Concorde…

DSCN0749

malgré les badauds qui viennent chercher à voir des traces des affrontements:

DSCN0754

Badauds qui s’arrêtent aussi pour lire les affiches placardées par la Préfecture de Police de Paris…

DSCN0753

interdisant les rassemblements.

DSCN0752

Malgré cela, il y eut des mouvements de foules, comme celle pour accueillir le nouveau président du Conseil Gaston Doumergue, devant la gare de Lyon semble-t-il…

DSCN0758

ou devant la Bourse le jour de la grève générale de protestation déclenchée par les forces syndicales et politiques de gauche.

DSCN0759

Des forces de gauche qui manifestèrent aussi en masse pour défendre la République menacée et dont l’unité retrouvée depuis la rupture au congrès de Tours fut la première pierre de ce qui deviendra 2 ans plus tard le Front Populaire:

DSCN0765

En masses serrées, les sections grévistes se mettent en mouvement.

DSCN0766

Des membres de l’Union des Chauffeurs de Taxis défilent, bannières en tête.

DSCN0767

Les Communistes ont attaché un drapeau rouge et apposé leurs pancartes sur une statue de la place de la Nation.

(Note: Les 3 commentaires ci-dessus sont ceux de la revue)

C’est le temps aussi de panser les plaies et faire disparaître les traces de la nuit sanglante. Des vitrines de café ont souffert et attentent des devantures neuves…

DSCN0755 - Version 2 DSCN0755

les électriciens réparent les lampadaires…

DSCN0756

et d’autres, les plots lumineux au sol.

DSCN0757

C’est aussi le temps du recueillement et des obsèques des victimes du 6 Février:

DSCN0761

celles de Raymond Rossignol, un ancien combattant, dont on lit sur le site du mouvement d’Extrême Droite l’Action Française (http://www.actionfrancaise.net/craf/?6-fevrier-1934-A-NOS-MORTS-pour-la) ce commentaire:

37 ans, industriel, ancien combattant, membre des Jeunesses patriotes, officier de réserve de cavalerie, marié, père d’un enfant de 12 ans, tué d’une balle de révolver en pleine tête devant le pont de la Concorde.

DSCN0762

celles de René-Alain Pieuzat dont on lit sur le même site:

29 ans, frère du champion cycliste, n’appartenant à aucune association politique. Un champion cycliste Georges Pieuzat qui courut de 1933 à 1946 et que l’on voit au milieu derrière le char funèbre.

DSCN0763 DSCN0764

celles de Georges Roubaudi:

36 ans, industriel, directeur d’une grande maison d’importation et d’exportation de soierie occupant 200 ouvriers, ancien combattant, engagé volontaire à 17 ans, croix de guerre avec deux citations, marié et père de trois enfants dont l’aîné n’avait pas 6ans. Ligueur d’Action française et membre de l’Association Marius Plateau.

Le site de l’Action Française liste 22 « Morts pour la France » (appelation partisane non officielle bien entendu) cette nuit-là et dans les jours qui suivirent. 3 appartenaient à l’Action Française, 2 à Solidarité Française, 2 aux Jeunesses Patriotiques, 3 à des Associations d’Anciens Combattants, 2 aux Camelots du Roy, 1 à l’Association des Décorés de la Légion d’Honneur et 8 à aucune association. On n’est pas loin des chiffres officiels mais l’Action Française de 2015 comptabilise des morts survenues bien après les incidents. Par contre, elle ne cite pas le garde républicain Flandre tué en service commandé lui, à défaut d’être « mort pour (sauver) la République ».

Pour que son lectorat se retrouve dans toutes les associations qui manifestèrent le 6 Février ou se dressèrent après les émeutes pour défendre la République, le Miroir du Monde propose 3 pages pédagogiques:

DSCN0768

La CGT, la CGTU, le CFTC, la Fédération des Contribuables de la Seine.

DSCN0769

L’UNC (Union Nationale des Combattants), les Croix de Feu du Colonel de la Rocque.

DSCN0770

L’Action Française de Charles Maurras, les Jeunesses Patriotiques, les Francistes, ces 4 dernières associations se retrouveront 6 ans plus tard pour leur soutien au Régime de Vichy.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

L’ÉMEUTE du 6 FÉVRIER 1934 relatée dans le MIROIR DU MONDE… (1/2)

du 10 février 1934.

DSCN0735

On avait déjà parlé de cette émeute provoquée par les Ligues et certaines Associations d’Anciens Combattants pour protester contre la classe politique salie par l’affaire Stavisky dans un article de ce blog paru le 17 mars 2015 et qui reproduisait une lettre d’un étudiant parisien pris dans la tourmente:

https://unmondedepapiers.com/2015/03/17/une-lettre-dun-etudiant-parisien-relatant-le-6-fevrier-1934/

Cette nuit-là, la République avait vacillé car, même si une partie des manifestants n’était là que pour clamer son indignation, une autre partie plus virulente voulait investir le Palais Bourbon et mettre à bas la « gueuse ». Les groupes royalistes voyaient une occasion de rétablir le Roi sur le trône, d’autres groupes fascisants rêvaient d’un pouvoir fort à la Mussolini ou à la Hitler.

Le magazine hebdomadaire réagit rapidement à l’actualité, il ne changea pas sa une consacrée à une comédie de l’époque mais présenta 3 pages sur cet événement considérable…

DSCN0736

 Une vue impressionnante de la Place de la Madeleine et des Grands Boulevards pendant l’émeute.

…titré ainsi. Il est certain que l’action des forces de l’ordre fut très violente et s’abattit aussi sur des manifestants pacifiques…

DSCN0737

Les anciens combattants, précédés de leurs drapeaux, défilent place de la Concorde.

DSCN0741

Autour des barricades formées de bancs

renversés, de grilles d’arbres, de socles de fonte, la foule s’amasse place de la Concorde.

…mais certains groupes étaient là pour en découdre comme on peut le voir ci-dessous:

DSCN0743

Des jeunes gens préparent leur attaque en se munissant de projectiles.

DSCN0744

Boulevard de Sébastopol, des émeutiers démolissent un kiosque à journaux.

La Police charge…

DSCN0737 - Version 2

Une charge des agents.

et des manifestants tombent.

DSCN0742

Un blessé, étendu à terre, victime d’un coup de matraque, se tient la tête à deux mains.

DSCN0740

Couvert de sang, un manifestant laissé pour mort place de la Concorde, après une charge des Gardes Municipaux.

Les pompiers interviennent pour éteindre les incendies allumés par les manifestants et auront eux aussi leur lot de victimes.

DSCN0739

Un autobus, incendié par les manifestants, achève de brûler place de la Concorde.

DSCN0739 - Version 2

Une camionnette en flammes boulevard de Sébastopol.

DSCN0744 - Version 2

   

Les pompiers inondent les débris fumants d’une voiture i incendiée.

Les commentaires des photos sont ceux des journalistes de l’époque, assez neutres pour l’occasion. Les photos viennent des agences Keystone, New-York Times, Associated Press et 3 du titre (la charge des agents, les jeunes s’armant et la dernière photo des pompiers).

à suivre pour voir le numéro suivant du Miroir du Monde…

1 commentaire

Classé dans Revues

Une LETTRE d’un ÉTUDIANT PARISIEN relatant l’EMEUTE du 6 FÉVRIER 1934…

… le jour où la République vacilla !

Il écrit de SAMSUNG CAMERA PICTURES soit le lendemain des événements. Il ne s’agit pas réellement d’une lettre mais plutôt d’une copie d’une lettre envoyée à un ami faisant du ski à la montagne et dont il dit plaindre son attitude loin de ce qui fait l’actualité en février 1934.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce qui lui permet ce jeu de mot qu’il juge déplorable: je ne désire nullement goûter aux joies du ski: les joies du Stavisky me suffisent. En référence à cette affaire Stavisky, ce scandale politico-financier-crapuleux dont l’Extrême Droite et les Ligues d’Anciens Combattants s’emparèrent pour essayer de mettre à bas la Gueuse.

Voici les moments de la manifestation qu’il décrit en détail, se sentant proche de ce mouvement. Après tout, l’A.R.A.C. dont on parlera dans quelques jours, proche du P.C.F. appela à manifester également le 6 février aux côtés de l’U.N.C. très marquée à droite. La solidarité des tranchées…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Devant cet acte révoltant les organisations se soulevèrent. Une grande manifestation fut prévue pour le mardi, jour où le ministère se présentait devant la Chambre, manifestation organisée par les Anciens Combattants, les Jeunesses patriotiques, les contribuables, l’Action Française; les élus municipaux firent appel à la population. Le départ du Préfet fut l’objet d’une manifestation spontanée de tout le personnel de la Préfecture et des Parisiens. 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le mardi à 6 heures (lire 18 heures) je suis allé sur les boulevards: place de l’Opéra, la foule stationnait, attendant. Tous les carrefours étaient noirs de monde. Boulevard Sébastopol, la manifestation avait commencé: les bancs, les arbres, les baraques, les grilles des arbres étaient traînés au milieu de la rue, formant des barricades. Au Châtelet, les gardes à cheval nous chargèrent sans parvenir à disperser la foule qui hurlait en choeur.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

A 10h30 (22H30), je suis ressorti, allant vers la Madeleine. La foule formait des groupes et j’appris, sans vouloir y croire que les Gardes Mobiles avaient tiré sur elle. Boulevard Malherbes, il y avait trois bûchers qui flambaient. On emmenait des blessés vers les voitures particulières (nous sommes en pleine grève des taxis depuis 8 jours). La foule les acclamait et hurlait « Assassins » à l’adresse des Gardes Mobiles massés silencieusement devant la Madeleine. A ce moment, les Anciens Combattants arrivaient par la rue Royale venant de la Concorde.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Trois drapeaux étaient en tête, l’un des porte-drapeau avait un pansement sanglant sur la tête. Nous marchâmes vers l’Opéra (une foule de 50 000 personnes envahit le Matin) en chantant la Marseillaise et le Ça Ira, aux cris de « Démission », Daladier assassin », « Daladier au poteau ». Un barrage d’agents qui barrait les boulevards, place de l’Opéra, s’ouvrit spontanément cependant que nous criions « Vive Chiappe » et « La Police avec nous ». Si elle n’était pas avec nous, en tout cas, elle n’a pas été contre nous et son attitude pendant l’émeute a fortifié sa popularité. Nous allâmes ainsi jusqu’à la République, puis nous fîmes demi-tour vers la Chambre.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Tous les barrages d’agents s’ouvrirent et nous regardèrent passer sans intervenir. Mais la Garde Républicaine (à cheval) était en place à la Concorde et chargea aussitôt; les manifestants se désunirent mais avancèrent, repoussant les gardes . Contre les charges suivantes, les gens se réfugiaient dans les bassin de la place (ils étaient à sec). La charge se faisait d’un côté; les manifestants cavalaient de l’autre et lançaient sur les gardes des pierres et des morceaux de bitume. Le service d’ordre fut repoussé jusqu’au pont. C’est à ce moment que l’on entendit des coups de feu, les chevaux s’étant brusquement écartés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

J’étais alors sur le pont, sur le côté droit, le long du mur qui qui borde la Seine que les manifestants enjambaient pour se mettre à l’abrides charges quand elles arrivaient. Il n’y avait pas eu de sommations (il paraît qu’il en avait été faites lors du premier assaut mené par les Croix de Feu, drapeau en tête, vers 8h30-22h30) et il était alors 11h30 (23h30). Personne ne comprit ce qui se passait. On disait « Ils tirent à blanc » néanmoins tout le monde refluait, courbé, presque à quatre pattes, …

SAMSUNG CAMERA PICTURES

le long du mur. C’est à ce moment qu’on vit tomber une femme, une balle dans la cuisse. Plus loin, il y avait d’autres formes  à terre. Les gens serraient les poings de rageet d’indignation, s’ils avaient été armés, le service d’ordre eut été instantanément balayé, les gardes mobiles jetés à la Seine. Impuissants, les manifestants restaient sur la place. Deux carcasses d’autobus achevaient de flamber. Devant les Tuileries se tenait l’Infanterie Coloniale(et Frot avait démenti qu’un appel ait été fait aux troupes). Il était minuit dix, je quittais la place. Chiappe n’avait pas une goutte de sang sur les mains, pour ses débuts, Frot et Bonnefoy-Sibour en avaient les mains couvertes.

La narration s’arrête là. Les Ligues fascistes n’étaient pas parvenues à prendre le Palais Bourbon et faire tomber la République. Ce que n’a pas vu l’auteur du texte, ce sont les cannes des Anciens Combattants munies de rasoir à leur extrémité pour couper les jarrets des chevaux et faire chuter les gardes républicains. Le bilan de l’émeute fut de 14 à 16 morts chez les manifestants et 657 blessés. Dans les rangs des forces de l’ordre, on releva 1 mort et 1 664 blessés (policiers, sapeurs pompiers, gardes mobiles, Gardes Républicains, gendarmes).

Les conséquences du 6 février 1934: la mise en place d’un gouvernement d’Unité Nationale proposé par Daladier. Puis, face à la menace fasciste, le début de l’union des forces de gauche qui aboutit à l’élection d’un gouvernement de Front Populaire 2 ans plus tard.
Quant à l’auteur de ces lignes, ces errances de jeunesse prient certainement fin avec cette élection puisqu’on le retrouvera responsable d’un cellule du Parti Communiste et plus tard, en août 1944, un des responsables de l’Insurrection  Nationale pour libérer Paris du joug nazi. Ce sont les tracts et journaux clandestins qu’il a soigneusement gardés datant des années 1942 et 1944 qui seront bientôt présentés.

A noter Frot est le ministre de l’Intérieur le jour de l’émeute; Chiappe le Préfet de Paris démissionné et Bonnefoy-Sibour le nouveau Préfet.

3 Commentaires

Classé dans Vieux papiers