116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Lucien SAUVAGE.

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-dixième Poilu: Lucien Anselme Samuel Sauvage.

Quatrième face du Monument aux Morts.

Lucien Sauvage ne semble pas avoir une parenté proche avec Emile Sauvage. D’ailleurs, le premier pourrait être facilement le fils du second puisque vingt-un ans les séparent. Né le 09 août 1897, Lucien fait partie d’une classe qui sera appelée pendant la guerre, par anticipation en 1916.

Le père de Lucien, Joseph Pierre, est un Caderoussien de souche, né au village en 1872. Pendant son service militaire effectué de 1893 à 1896 du côté de Villefranche-sur-Mer chez les Chasseurs à Pied , il prend pour épouse une Gardoise de Montfaucon résidant à Caderousse, Marie Moutte, de cinq ans sa cadette. Le mariage a lieu le 31 janvier 1894 au village et le couple s’installe quartier des Mians.

Moins de deux ans après, un premier enfant vient au monde, Louise Eléonore, le 28 décembre 1895. Vingt mois plus tard, ce sera au tour de Lucien et le couple, vivant maintenant rue Saint-Michel, s’arrêtera là en terme de descendance, chose assez rare à l’époque.

La famille lors du recensement de 1901. L’agent recenseur s’est un peu pris les pieds dans le tapis en inventant une Lucie en lieu et place de Lucien !

Quelques mois avant la guerre, le 1er avril 1914, Louise épouse Joseph Patrice Raimondi. Quelques mois après, le père est incorporé et doit partir à la guerre. Son registre matricule indique une campagne contre l’Allemagne du 13 août 1914 au 30 août 1915, au 24ème B.C.A. Après cela, il est détaché aux Etablissements Grammont de Pont-de-Chéruy près de Lyon, usine qui fabrique des douilles pour l’armée mais aussi du matériel électrique et des câbles.

Lucien va donc à son tour être appelé sous les drapeaux le 09 janvier 1916 pour une destination originale, la Tunisie et le 4ème Régiment de Zouaves. Il mettra dix jours pour rejoindre son unité. Après Tunis, Sousse et le 4ème Régiment de Tirailleurs, le 31 mars 1917.  Lucien va traverser la Méditerranée dans l’autre sens  pour rejoindre les tranchées du nord de la France. Nous sommes en 1918 et la reprise de la guerre de mouvement. Lucien va une première fois se distinguer le 12 juin 1918 lors d’une grande et violente attaque allemande. Aidé de quelques camarades, avec une ténacité farouche, il a interdit l’accès d’une position aux vagues d’assaut et contribué ainsi au maintien de la ligne de défense dit la citation qu’il reçut après ce fait d’arme.

Il recevra une seconde citation après un second acte héroïque le 31 août 1918. Ce jour-là, du côté de Crécy-au-Mont dans l’Aisne, entre Soissons et Saint-Quentin, ce sont les Français qui sont à l’attaque. Les Allemands reculent de partout mais vendent chèrement leur peau. La lecture du Journal du 4ème Régiment de Marche des Tirailleurs Algériens est édifiant. La préparation d’artillerie française n’a pas détruit les mitrailleuses allemandes qui vont faire un massacre sur les troupes sortant des tranchées. Même l’intervention des chars sera contrariée par les balles perforantes qui mettront les tanks en panne. Certes , au soir de ce dernier jour d’août 1918, les objectifs seront atteints mais au prix de nombreuses victimes.

Le fait d’arme de Lucien dans cette journée est ainsi décrit. Il a entrainé son escouade d’une façon remarquable. Chargé de nettoyer un boyau à la grenade, il s’est dépensé sans compter et est tombé glorieusement à la tête de ses hommes. Etant caporal depuis le 21 juin précédent, il est le gradé le plus élevé, les autres étant tombé sous les balles allemandes. On comprend aussi que cette seconde citation lui a été accordée à titre posthume, Lucien ayant été tué sur le champ de bataille ce 31 août 1918. Il était âgé de 21 ans et moins d’un mois. 

 

Fiche matricule de Lucien Anselme Samuel Sauvage de Mémoire des Hommes.

Lucien Anselme Samuel Sauvage matricule 1242 de la classe 1917, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Lucien n’ayant pas laissé de descendance, peut-être en est-il autrement pour Louise et si une personne reconnaît en Lucien un lointain grand-oncle ou arrière-grand-oncle, qu’il n’hésite pas à rectifier cette biographie si elle lui parvient à sa connaissance.

A suivre… Maurice Sibour.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.