A CADEROUSSE, quand il pleut des chats et des chiens, les cailloux suivent !

Et quand une voiture a la mauvaise idée de se mettre dessous, ceci donne cela….

Caderousse, rue Vénasque, à côté du puits banal… après deux épisodes pluvieux très abondants, dimanche 25 novembre 2018.

2 Commentaires

Classé dans CADEROUSSE, ORIGINAL !

NOUGAT de MONTÉLIMAR: une toute petite borne « L’Ours qui danse ».

Une toute petite borne fabriquée à la maison par ma mère pour la société Bès de Taulignan qui amenait les boîtes à construire à Espeluche.

« L’Ours qui danse ». Cette marque de nougat de Montélimar ne semble plus exister de nos jours.

Toute petite boîte, encore plus petite que celle présentée il y a quelques temps: 8 x4 x9cm !

On peut constater que le design des bornes « Les Trois Abeilles » et « L’Ours qui danse » sont très proches. Etait-ce des marques appartenant à la même société ?

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

De nouvelles vues des PONTS DÉTRUITS du RHÔNE 1/4 LE TEIL

Pendant la seconde guerre mondiale, après la guerre-éclair, les Allemands descendent la vallée du Rhône. Fin juin 1944, ils sont à Annonay sur la rive droite, à Romans sur le rive gauche. Le Génie a fait sauter les ponts du Rhône pour freiner leur avance… sans grand succès. La cessation des combats arrive le 22 juin.

Mais les destructions subsistent et vont ennuyer la vie des riverains pour de longues années. Quelques vues de ces ponts détruits.

Une vue originale qui sera reprise en carte postale. Le tablier du jeune pont du Teil qui n’a pas dix ans chute dans le Rhône. Les riverains en subiront les conséquences jusqu’aux années 2000 quand il fallut changer les câbles d’un pont reconstruit à la hâte après-guerre.

Poster un commentaire

Classé dans Photographie

Le crise du beurre en 1940

En 2017, on a connu un épisode de pénurie de beurre due à un concours de circonstances: une diminution de la production par les vaches insuffisamment nourries par un manque de fourrage et une demande mondiale de beurre en pleine expansion. Conclusion: quelques rayons de grandes surfaces vide.

Rien à voir avec ce qui se passa et 1940.

La France vaincue vit sous le joug allemand, la guerre-éclair et la défaite ont désorganisé l’économie. Conclusion plus dramatique: tout manque dans les rayons des épiceries et bientôt apparaissent les tickets de rationnement qui ne disparaîtront que longtemps après-guerre.

Cette petit photo, 6cm sur 4,5cm, trouvée dans un album nous renvoie à cette époque et à cette crise.

Dans une rue de Privas, préfecture de l’Ardèche, près d’un local municipal ou départemental, une queue de ménagères s’est formée. Quelques hommes les accompagnent. A la vue des tenues, nous sommes à l’automne 1940. Au dos de la photo, cette inscription:

« La queue pour le beurre- Privas 1940 ».

Le beurre comme bien d’autres produits de base manque. Les pouvoirs publics doivent organiser des distributions contrôlées pour éviter les bousculades ou le marché noir. Les Français commencent à comprendre que la défaite militaire du pays va grandement impacter leur vie quotidienne. Cela durera plus d’un septennat ! Une éternité !

Poster un commentaire

Classé dans Photographie

La prestigieuse correspondance du citoyen Alexandre Dumont- 15/15 la lettre du 14 août 1879

Napoléon III est décédé le 9 janvier 1873 d’un énorme calcul dans la vessie que les docteurs qui le soignaient avaient laissé grossir démesurément. Il faut dire qu’ils officiaient auprès de l’Empereur de part le passé de leurs pères auprès de Napoléon 1er plus que pour leurs compétences personnelles !

Alexandre Dumon continue de communiquer avec la famille impériale et à l’été 1879, il a adressé un certain nombre de documents à l’Impératrice Eugènie de Montijo. Avec cette lettre écrite par le Grand Chambellan du Palais, le duc de Bassano a l’honneur de renvoyer… les cinq pièces qui accompagnaient cette lettre et que vous pouvez avoir intérêt de conserver.

De quoi s’agissait-il ? Mystère ! Peut-être le livre sur Napoléon IV enfin paru ?

Mais c’est le début de cette missive qui rappelle le drame que vient de vivre l’Impératrice et qu’atteste le liseré noir de la première page: le décès héroïque de son fils, Le Prince héritier Louis-Napoléon Bonaparte.

A la mort de son père, Louis-Napoléon est un jeune homme de seize ans qui suit une éducation militaire à l’Académie de Woolwich qu’il quittera en 1875, bien noté. Pour rompre la routine de Chislehurst et surement commencer d’écrire sa légende personnelle, il s’engage dans l’armée anglaise qui guerroie en Afrique du Sud contre les Zoulous. Il part de février 1879 et est versé dans une unité d’éclaireurs du Natal. En mission de reconnaissance le 1er juin de la même année, il est tué les armes à la main lors d’une embuscade  tendue par les Zoulous et meurt transpercé de dix-sept coups de lance. La cause de ce fin tragique: une lanière de la selle de son cheval, trop usée, qui cède et le fait chuter, le laissant sans défense; c’était celle que son père utilisait lors du désastre de Sedan.

Ce drame est évoqué à demi-mot dans la lettre écrite par le duc de Bassano le 17 août 1879, par ces mots… L’accablement dans lequel l’affreux malheur qui l’a frappée a plongé Sa Majesté, ne m’a pas permis jusqu’à ce jour, de mettre sous ses yeux la lettre que vous lui avez adressée. Alexandre Dumon, victime collatérale de la mort du Prince Louis-Napoléon !

Duc de Bassano est un titre créé par Napoléon 1er le 15 août 1809 pour Hugues-Bernard Maret, le père de celui qui signa cette lettre. Hugues-Bernard Maret était diplomate et homme politique. Son fils Napoléon Hugues Joseph Maret lui succéda donc à sa mort en 1839. Le titre s’éteindra avec le décès du fils de ce dernier en 1906.

 

Poster un commentaire

Classé dans Autographe

La fantastique collection des « siège de Caderousse » de Jacques Rigaud

A l’occasion du vernissage du livre « Le Siège de Caderousse » écrit par Jean-Paul Masse, par la Levado, était présentée une collection de Jacques Rigaud bien particulière: celle des éditions précédentes de cet ouvrage.

Egalement grand collectionneur d’un autre Fabre, Jean-Henri, l’entomologiste de Sérignan, les nombreux livres de Jean-Baptiste Fabre exposés dans la salle Marquion  représentaient un bien beau trésor… du Félibre et du village.

L’éclairage de la salle n’est guère propice à la prise de clichés mais voici quelques vues des vitrines pouvant vous donner une petite idée de la richesse de la collection.

 

Jean Rigaud fait systématiquement relier ses « Siège de Cadarossa » qu’il arrive à obtenir, dans les règles de l’art correspondant à l’année de parution. Le fera-t-il également pour la dernière édition de Jean-Paul Masse ?

Une édition encore disponible à la Levado, chez Jean-Paul Masse.

Voir https://unmondedepapiers.com/2018/11/06/caderousse-comment-les-cigales-du-pape-sont-venues-racketter-les-fourmis-caderoussiennes/

Une visite qui valait bien d’affronter les gilets jaunes de Piolenc qui ne sont pas manifestement tous dans le besoin…

…vue la taille des tracteurs ! Les Jacques ont bien changé !

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

ll y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 24 novembre 1918

Toujours ce retard dans les articles du Miroir avec la vie réelle. Ainsi, ce 24 novembre, alors que la guerre est finie depuis 12 jours, on voit à la une Foch amenant à la Conférence Interalliés la Convention d’Armistice… Du retard à l’allumage !

Pas de photo de signature de l’armistice ! Alors, les lecteurs du Miroir se contenteront de dessins…

…l’arrivée des plénipotentiaires allemands en voitures automobiles et les acteurs de cette scène historique dans le wagon de Rethondes.

En Allemagne, les premiers vaincus sont les Hohenzollern.

Le secrétaire du Reich annonce du haut de l’escalier du Reichstag leur déchéance.

A gauche Guillaume II l’empereur déchu, à droite son fils, le Kronprinz qui ne régnera pas.

L’étoile montante du Reich: Friedrich Ebert.

Nommé Chancelier le 9 novembre, il sera Président du Reich de la République de Weimar en février 1919.

Des vues bien réelles celles-là des scènes d’allégresse à Paris, le 11 novembre, après que la nouvelle de la signature de l’Armistice soit tombée.

La cour intérieure du Palais-Bourbon est envahie par la foule pour acclamer Clemenceau.

Mêmes scènes d’enthousiasme collectif place de la Concorde, près de la statue de Strasbourg.

Autres photos sur le même sujet prise dans les rues de Paris.

Ci-dessus, ce n’est pas Paris mais Rome qui connaît les mêmes épisodes festifs.

Quelques mots sur des découvertes faites par les troupes françaises avançant maintenant sans opposition.

Des camouflages originaux: un arbre déguisé en poste d’observation, un trou d’obus aménagé.

On a retrouvé la tombe de Roland Garros, l’aviateur, abattu en duel contre des Fokkers allemands le 5 octobre 1918. Elle est située dans le cimetière de Vouziers, dans les Ardennes, non loin du lieu du crash. Sa sépulture ne sera pas déplacée après-guerre.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues