Archives de Tag: années 1900

TOUR DE FRANCE 1908: le vainqueur PETIT-BRETON dans un magazine.

Il fait bon au plein coeur de l’hiver de parler du Tour de France cycliste. Cela donne un peu de  cette chaleur qui accompagne la grande course et qui manque au milieu de l’hiver, bien qu’il soit très doux cette année. C’est dans ce magazine…

DSCN2735

du DSCN2736 qu’est évoquée la victoire de Petit-Breton dans le Tour de France cycliste 1908. On y voit le champion saluer le public au départ d’une des étapes de cette randonnée cycliste colossale de 5 000km. 

DSCN2740

L’article au-dessous nous donne le classement final de la course remportée donc par Petit-Breton avec 36 points devant François Faber (68 points), Passerieu (75 points), Gustave Garrigou (90 points)… A l’époque, le Tour de France se courait aux points en fonction de l’ordre d’arrivée à l’étape. Vainqueur de 5 étapes sur les 14 de cette course qui se déroula du 13 juillet au 9 août 1908…

DSCN2742

…on comprend que son total de points fut aussi faible à l’arrivée. Il gagna en effet à Metz (étape 2), Nîmes (étape 7), Bayonne (étape 9), Nantes (étape 11) et Paris, à l’arrivée finale. François Faber, son second ne remporta que 4 étapes.

Quelques mots sur Lucien Petit-Breton, de son vrai nom Lucien Georges Mazan qui reçut ce surnom de Petit-Breton de par sa naissance en Bretagne. On l’appelait aussi « l’Argentin » car il passa les 20 premières années de son existence dans ce pays où son père avait émigré à l’appel du gouvernement qui réclamait une main d’oeuvre qualifiée (horloger).

Petit-Breton comme son second François Faber allait disparaître lors de la Grande Guerre, le  20 décembre 1917 comme en atteste sa fiche matricule que l’on peut voir dans le site Mémoire des Hommes:

archives_H810864R-1

Le petit article nous apprend que L’Auto, journal organisateur du Tour était particulièrement généreux avec ses sportmen puisque le vainqueur reçut 20 000 francs et son second 15 000 francs, de véritables fortunes dignes des stars du football actuel.

De quoi parle encore ce Dimanche Illustré ?

D’aviation, bien entendu, avec ce vol de Wilbur Wright…

DSCN2737

qui vola à 15 mètres du sol au-dessus de l’hippodrome des Hunaudières, un nom bien connu par les amateurs des 24 heures du Mans. N’oublions pas que Louis Blériot ne traversa la Manche qu’un an plu tard, le 25 juillet 1909.

Autre page intéressante montrant la mentalité raciste de l’époque…

DSCN2738

avec 3 photos sur une tribu d’une peuplade érythréenne, les Gallas, exposée à Paris, au Jardin d’Acclimatation comme des animaux dans un zoo, pour divertir les parisiens  ! Après tout, on enleva bien le moulage et le squelette de la Vénus Hottentote du Musée de l’Homme qu’en 1974 !

Poster un commentaire

Classé dans Revues