Archives de Tag: évasion

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du 17 mars 1918

(JOUR 1323 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

On nous reparle de Roland Garros et Anselme Marchal, les deux aviateurs revenus de captivité après s’être échappés de Magdeburg. Ils reçoivent ici des récompenses suite à leurs exploits….

…avant d’être montrés en train de s’entretenir avec leurs parents respectifs.

Deux pages sur la Révolution Russe. On nous raconte que des caves, les mieux achalandées de Petrograd, ont été pillées par les Bolcheviks.

On nous montre aussi des victimes de la guerre civile…

…des responsables des Cadets et une militante socialiste révolutionnaire, Hélène Gorbaczevska, Polonaise,  abattue par les Maximalistes.

Les débuts d’une longue guerre civile.

Presse:

Ce journal continue de paraître bien que les rotatives aient été visées par un bombardement aérien allemand.

Camouflage:

Cette grosse pièce d’artillerie disparaît totalement sous un filet de camouflage. Seul le canon dépasse.

Tombe d’un vétéran.

Ce jeune soldat s’incline sur la tombe d’un vétéran britannique, tombé là au début de la guerre.

Changement de pavillon.

Ce cargo allemand capturé devient un transport américain dans un chantier naval US.

Des bibles pour les Poilus.

Toujours aux Etats-Unis, des bibles son conditionnées pour être envoyées et distribuées aux Poilus français en Europe.

Nouvel An chinois.

Les travailleurs chinois envoyés en France pour s’occuper du déchargement des bateaux de ravitaillement fêtent le Nouvel An dans des pagodes improvisées.

Mésopotamie.

La déconfiture de l’empire Ottoman se poursuit sur les bords du Tigre et de l’Euphrate. Les Anglais récupèrent du matériel et des prisonniers turcs.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 9 mars 1918

(JOUR 1315 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A la une, les portraits des aviateurs Roland Garros (le gros plan) et Anselme Marchal (en médaillon). L’un et l’autre ont été fait prisonniers en Allemagne dans le passé, le 18 avril 1915 pour Garros et le 21 avril 1916 pour Marchal. Rassemblés dans un camp de Magdeburg, ils ont mis au point un stratagème audacieux et réussi à rejoindre la Hollande puis l’Angleterre avant de revenir à France. cet exploit explique cette une.

Un petit tour en Russie.

Comme dans le Miroir de la semaine passée, une carte de la nouvelle Russie, celle des Soviets et des Bolcheviks. En pleine guerre civile, des régions se sont affranchies de la tutelle de Moscou: l’Ukraine, la Finlande, les Etats Baltes sont devenues indépendantes.

J’ai vu nous propose un dessin sensé représenter les Bolcheviks.

Avant l’homme au couteau entre les dents, des combattants peu sympathiques… plus près des voleurs de grand chemin que du lyrisme révolutionnaire.

Autre photo originale.

A deux pas des Champs Élysées, des chantiers fluviaux construisent des barges en… ciment.

Autre bizarrerie, bien loin de la guerre et des tranchées.

En face la prison de la Santé à Paris, un petit restaurant « A la bonne santé » prépare des repas et les porte à quelques pensionnaires de la prison qui ont les moyens de s’améliorer leur ordinaire.

Pour terminer, des grottes près de Verdun à la Falouse.

Elles ont été aménagées avant-guerre pour la défense de Verdun, entre 1906 et 1908. Jamais approchées par le front, elles n’ont jamais été bombardées et ont conservé le visage qu’elles avaient jadis.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 15 décembre 1917

(JOUR 1230 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

L’aviateur De Goÿs vient de s’échapper d’Allemagne où il était prisonnier depuis quelques années, depuis le fameux raid sur Ludwigshafen. Quelque temps après l’attaque aux gaz (chlore) des lignes alliées à Ypres en avril 1915, les aviateurs français avaient mené ce raid imaginé par De Goÿs sur les usines fabriquant ce produit chimique en Allemagne, à plus de 400km à l’intérieur du territoire ennemi. Cela se passa en mai 1915. Au retour, à court de carburant l’avion de De Goÿs se posa en territoire ennemi. Prisonnier, ce dernier essaya de s’évader à 7 reprises. La huitième fut la bonne !

Quelques images à la manière de J’ai vu des Anglais sur la ligne Hindenburg, près de Cambrai. Après l’attaque britannique, la contre-attaque allemande n’a pu déloger les Britanniques, tout au moins en ce qu’en croit le journal, peu certain sur ce coup.

Une page d’humour carabin par Gus Bofa.

De son vrai nom Gustave Henri Emile Blanchot, il fut blessé grièvement aux jambes à Bois Le Prêtre en décembre 1914 et refusa d’être amputé. Il continua de dessiner pour la presse, La Baïonnette, J’ai vu… et on peut penser que ces dessins sont les fruits de son expérience personnelle.

Une autre double page pour les Français en Italie:

En haut, en bandeau, les troupes françaises se reposent en pleine campagne (on est tout de même en novembre), à droite défilé à Brescia, à gauche, défilé sans plus de renseignement, au centre, les chasseurs alpins en Vénitie.

Poster un commentaire

Classé dans Revues