106 POILUS de CADEROUSSE, 106 destins… BERBIGUIER Joseph

106 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 106 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Neuvième nom de la liste: Berbiguier Joseph.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument.

On a déjà parlé de la famille de Joseph Florent Berbiguier dans le chapitre précédent concernant Louis Berbiguier et de ce prénom Joseph que l’on se donnait de père en fils.

Joseph Florent Berbiguier est né le 13 octobre 1890. Au recensement de 1911, il vit encore chez ses parents Joseph Gabriel et Anne Louise Divol, cultivateurs au quartier Camp Blancard. Il s’apprête à rejoindre la caserne de Tarascon où a élu garnison le 11ème Régiment de Hussards. Dans un premier temps, il est classé dans le service auxiliaire pour « défaut de taille et hernie inguinale ». Il mesure pourtant 1 mètre 62 ce qui est peu en 2016 et l’était un peu moins au début du XXème siècle. L’armée devait avoir besoin de grands hussards. Il n’empêche que, malgré cette décision, on le retrouve toujours chez les Hussards le 29 août 1912 avant qu’il ne soit libéré des obligations militaires le 8 novembre 1913.

Pour peu de temps, bien évidemment !

Sept mois plus tard, c’est la déclaration de guerre et il retourne à Tarascon toujours dans un service auxiliaire avant d’être reconnu bon pour le service armé le 26 octobre 1914. L’armée est moins regardante quant à la taille des hommes après les pertes considérables des 2 premiers mois de guerre. Le 6 février, il passe au 40ème Régiment d’Infanterie de Nîmes et la caserne Montcalm à quelques pas des arènes antiques.

C’est à ce moment que commence véritablement sa Grande Guerre.

L’histoire ne dit pas à quel moment Joseph Berbiguier rejoindra le front du nord-est de la France, le régiment nîmois se trouvant dans le secteur de Mort-Homme, dans l’ouest de Verdun en février 1915.

Une autre grande aventure commencera pour ce régiment, à Toulouse, le 1er janvier 1917. En effet, le 40ème de Ligne doit rejoindre l’Armée d’Orient, le front des Balkans. Un voyage qui commence en train jusqu’au port de l’Estoque à Marseille où les troupes sont embarquées dans plusieurs transports partant à quelques jours d’intervalle les uns des autres, pour éviter qu’un sous-marin allemand les croisant groupés ne fasse un carnage. Si les voyages du « Colbert » et du « Paul Lecat » se passent sans encombre, l' »Amiral Magon » est torpillé le 25 janvier entre Italie et Grèce, entraînant la disparition de 209 hommes sur les 960 personnes embarqués, sans oublier les nombreux chevaux qui seront noyés dans les cales.  Des chevaux, autres grandes victimes de la Guerre. Manifestement, suivant les écrits, la 10ème Compagnie de Joseph Berbiguier est montée sur ce dernier transport. Le jeune Caderoussier figurera parmi les rescapés. Voici la narration de ce naufrage de l' »Amiral Magon » qui aura coulé en 9 minutes !

archives_shdgr__gr_26_n_620__003__0005__t

archives_shdgr__gr_26_n_620__003__0006__t

archives_shdgr__gr_26_n_620__003__0007__t

Il en aurait eu à raconter à ses petits-enfants ou ses copains au café, s’il était revenu de cette campagne, Joseph Berbiguier !

Second moment où les hommes du 40ème R.I. vont tutoyer l’Histoire: les événements du Pirée et d’Athènes en juin 1917, au moment du retour au pouvoir de l’ancien premier ministre grec favorable à l’Entente Elefthérios Venizélos et l’abdication et l’exil du roi Constantin 1er, souverain pro-Germanique. Les troupes françaises sont là, dans la capitale, pour étouffer dans l’oeuf toutes velléités de début de guerre civile.

Plus tard, on va retrouver Joseph Berbiguier du côté de Monastir (aujourd’hui Bitola), à Dihovo, sur la ligne de front séparant les Français des Bulgares. On est dans le sud de la Macédoine. Joseph y est blessé (commotionné pour reprendre les termes militaires) le 12 mars 1918.

Voici ce qu’écrit l’instituteur-soldat ou clerc de notaire-soldat chargé de tenir le carnet de route de l’unité.

activite-11-mars-1918-avec-blesses

Dans la marge, le bilan de cette canonnade: 2 tués et un blessé (commotionné), Joseph Berbiguier comme l’atteste le bilan des pertes en fin de registre:

bilan-blesses-7-11-mars-1918

La citation reçue par Joseph confirme les faits: « très bon soldat, courageux et dévoué, fortement commotionné à son poste de guetteur par l’explosion d’un obus de gros calibre ».

La suite, ce sera de nouveaux combats dans cette région puis la cessation des hostilités sur le front d’Orient, le 28 septembre 1918, un mois et demi avant la fin de la guerre sur le front occidental, le 11 novembre 1918. Les Bulgares puis les Austro-Hongrois ont compris que la guerre était perdue et ont préféré négocier un armistice séparé.

Le 40ème Régiment d’Infanterie va donc se déplacer à partir de ce mois d’octobre 1918 pour rejoindre la Roumanie pour soutenir notre alliée, encore en guerre. Ce sera une longue marche à travers la Macédoine puis la Bulgarie en évitant de parader dans la capitale Sofia comme le stipulaient les conditions de l’Armistice puis enfin franchir le Danube pour rejoindre Bucarest où les troupes françaises défilent le 4 décembre 1918.

Joseph Berbiguier ne sera pas de ce défilé. Il décède ce jour-même, le 4 décembre 1918, à l’hôpital de Coltzéa en Roumanie. Suivant la fiche de Mémoire des Hommes  des « suites de blessures de guerre ». Mais suivant son registre matricule, « suite de maladie ». Difficile de se faire une idée ! Tout d’abord, il nous a été impossible de localiser cet hôpital en Roumaine, les noms des villes de ces régions ayant maintenant changé en fonction des nationalités récupérant leurs identités. D’autre part, le carnet de bord du 40ème R.I. n’indique rien de particulier pour ce mois de décembre. Les combats ont cessé depuis 1 mois et demi et après la blessure du 12 mars, le nom de Berbiguier n’apparaît plus. On ne parle pas non plus d’épidémie mais l’hypothèse d’une maladie est plus plausible que celle d’une blessure. A moins que le blessé de cet accident (de train ?) relaté en date du 10 novembre 1918 ne soit Joseph Berbiguier !

accident-10-nov-1918-peut-etre-blessure-joseph

Petites interrogations donc pour le lieu exact et la cause du décès de Joseph Berbiguier. Seule sa famille, s’il en reste,  pourrait nous éclairer !

La fiche de Joseph Berbiguier de Mémoire des Hommes.

berbiguier-joseph-florent-voir-autre-berbiguier-312-1906

Joseph Berbiguier ou Joseph Florent Berbiguier, matricule 980 classe 1910, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Berbiguier étant toujours vivant à Caderousse, si un descendant indirect reconnaît un membre se sa famille, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède quelques photos ou documents.

parcours-40ri-balkans

Parcours du 40ème R.I. dans les Balkans en 1918.

A suivre Bernard Fernand

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.