Archives quotidiennes : 04/10/2018

117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… François VALON.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-quatorzième Poilu: François Joseph Henri VALON.

Quatrième face du Monument aux Morts.

La vie des Valon va osciller en permanence entre les deux rives du Rhône et les deux villages qui se font face, Caderousse sur la rive gauche et Montfaucon sur la rive droite. Cela ne va pas beaucoup nous aider pour nos recherches en ce qui concerne cette commune gardoise ! On peut parier que les Valon empruntèrent souvent l’ancien pont de Roquemaure, tout récemment terminé quand leur histoire commença.

L’ancien pont de Roquemaure qui rapprocha Gardois et Vauclusiens de 1859 à 1944.

Charles Etienne Valon, le père de François,  était un Caderoussien de souche, né en 1846. Fin septembre 1872, il traversa le Rhône pour épouser Marie Lison en mairie de Montfaucon. Marie était originaire de ce village, née en 1849. Elle était ouvrière en soie et devait travailler dans une filature des proches Cévennes. Peu de temps après le mariage, elle mit au monde son premier enfant, François Joseph Henri au domicile de ses parents, à Montfaucon, le 04 août 1873. Il semble que François soit le seul enfant du couple.

En 1891, on retrouve le couple installé à Caderousse, dans le cours de l’ouest.

Charles était journalier, travaillant aux champs pour des propriétaires. Même travail pour François qui devait être placé dans une ferme à cette époque, attendant que son service militaire soit effectué pour commencer sa vie . Son armée, il la fit au 3ème Régiment d’Infanterie de Digne, entre le 16 novembre 1894 et le 18 novembre 1897. Trois ans sous les drapeaux et un Certificat de Bonne Conduite dans la poche à sa libération.

En 1901, François était de retour chez ses parents. Pas pour très longtemps ! Aux tout premiers jours de l’année 1900, il  prit pour épouse Philomène Louise Guillard à… Montfaucon d’où est originaire cette dernière. Voilà donc François reproduisant le parcours de son père ! De cette union, vont naître quatre enfants, trois garçons et une fille: Claudius en 1902 à Montfaucon, Jeanne en 1903 également dans le Gard, Valentin en 1904 à Caderousse et Etienne en 1907 à nouveau à Montfaucon. Que d’allers et retours sur le pont de Roquemaure, un peu moins solide qu’au premier temps de la jeunesse de Charles et Marie !

Les parents dont l’agent recenseur écrit le nom en ne mettant qu’un seul L vivent toujours sur le cours de l’ouest en 1911.

Par contre, voilà deux L dans les noms de François et des siens, qui résident alors dans le quartier des écoles. C’est ainsi que naissant des changements d’orthographe des noms qui peuvent être préjudiciables pour ceux à qui cela arrive… ou pour les généalogistes.

Il ne semble pas que le couple aura d’autres enfants. Charles était déjà un « vieux » soldat quand la Grande Guerre éclata le 03 août 1914. Malgré cette chose et le fait qu’il était père de quatre enfants en bas âge, cela ne l’empêcha pas de devoir revêtir à nouveau la tenue militaire. On le retrouve au 145ème Régiment d’Infanterie Territoriale en train de creuser des tranchées de première ou de seconde ligne fin 1915, début 916 dans le secteur de Suippes- Saint-Hilaire-le-Grand.

Cela jusqu’à ce qu’il soit versé à la 6ème section de Commis et Ouvriers d’Administration du Mans le 07 février 1917. Voilà une affectation qui semblait le préserver un peu d’un mauvais coup auquel on est toujours exposé sur le front. Mais cela ne protégea pas des virus et bactéries qui circulaient entre les hommes dans un univers militaire fait de promiscuité.

Le 25 mars 1917, François Valon décèdait à l’Hôpital Militaire de Nevers d’une maladie aggravée contractée au service. Il était âgé de 43 ans et 8 mois, ce qui était exactement l’âge mon ancêtre Adrien Guérin quand il fut gazé à La Pompelle.

Fiche matricule de François Joseph Henri Valon de Mémoire des Hommes.

François Joseph Henri Valon matricule 1047 de la classe 1893, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaiteraient aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Valon est un patronyme bien présent dans le Vaucluse et le Gard, surtout écrit avec 2L. Si un descendant de François reconnaît en lui son ancêtre  qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou modifier cette petite biographie.

A suivre… Gustave Vaton.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche