Archives de Catégorie: Jeux

NOUGAT de MONTÉLIMAR: une toute petite borne « L’Ours qui danse ».

Une toute petite borne fabriquée à la maison par ma mère pour la société Bès de Taulignan qui amenait les boîtes à construire à Espeluche.

« L’Ours qui danse ». Cette marque de nougat de Montélimar ne semble plus exister de nos jours.

Toute petite boîte, encore plus petite que celle présentée il y a quelques temps: 8 x4 x9cm !

On peut constater que le design des bornes « Les Trois Abeilles » et « L’Ours qui danse » sont très proches. Etait-ce des marques appartenant à la même société ?

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

JEU: VINCI chez Daniel et Marie (16 novembre): ancien mais efficace.

Il ne date pas d’hier VINCI, plutôt d’avant-hier ! Il a reçu l’As d’Or à Cannes en 2000, au siècle dernier ! Une nouvelle version plus moderne a été proposée au public avec SMALLWORD, non plus dans le monde des civilisations mais celui des mondes fantastiques. Les puristes trouvent cette version plus équitables. Les anciens comme moi préfèrent l’Antiquité, les Civilisations même si le choix des peuples peut engendrer quelques injustices.

Ce fut un peu le cas, à mon bénéfice, samedi soir.

 

Tout d’abord en bénéficiant d’un peuple (Renaissance) évitant de passer un tour au moment du déclin de cette civilisation. Puis, en fin de partie, en  pouvant obtenir deux fois de suite, des civilisations belliqueuses se répandant rapidement et difficilement combattables: une phase de déclin qui n’en fut pas une et une extension très efficace. Bilan, la première place avec 6 et 7 points d’avance sur Marie et Daniel…

…ou quand les dés tournent dans le bon sens !

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

JEU: une SOIRÉE « TERRAFORMING MARS » le 03 novembre chez Daniel et Marie.

Soirée à trois pour un nouveau voyage sur Mars… il y avait bien longtemps qu’on n’avait plus mis les pieds sur la planète rouge. Nous revoilà repartis pour sauver l’humanité.

Je ne me risque pas dans le choix de ma société, préférant une valeur sûre à une aventure. Je prends donc celle qui plante des arbres avec un petit rabais de 12,5% (7 au lieu de 8) à une qui produit de l’énergie.

On décide également d’éviter le kraft, ce qui fait perdre un peu d’interactivité. On touche à chaque tour quatre cartes que l’on doit ou non conserver. On n’en terminera pas moins à presque minuit !

Choix également d’un nouveau plateau que je ne connaissais pas, me semble-t-il…

Et voilà le travail ! Bien qu’absent dans le tableau des objectifs… mais présent en contrepartie dans celui des récompenses (mais là on donne aussi des points au second), je termine en tête grâce à des revenus financiers plus que confortables. Je n’étais jamais allé aussi loin avec 60 millions à la fin de la partie. Mais ce n’est pas cela qui fait gagner et…

…je termine avec 2 petits PV d’avance sur Marie… Daniel étant bien plus loin.

Agréable soirée !

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

JEUX: ROOM 25 et AGORA BARCELONA chez Daniel et Marie (samedi 27 octobre)

Des jeux rapides, disons plutôt pas de gros jeux, ça fait aussi quelquefois du bien.

ROOM 25  à quatre, Théo étant le quatrième larron, avec un traîte qui s’avèrera être une traîtresse ! Marie ne nous empêchera pas de sortir au dixième tour de l’antre de cette télé-réalité futuriste. Pourtant, Théo dans un premier temps, puis moi dans un second, avions tout fait pour nous faire des crocs-en-jambes inattendus. Marie qui aurait pu gagner ne fit pas le bon choix au dernier tour et notre trio put savourer une victoire… inespérée !

Suite de soirée avec AGORA BARCELONA que je n’avais pas sorti depuis bien dix ans.

Pourtant c’est un jeu de majorité bien sympathique !

En quelques mots, on a affaire à des promeneurs et promeneuses flânant sur les places de Barcelone, une ville découpée en quartiers. On posera tout au long des douze tours ces 25 touristes (pour un jeu à quatre) en fonction de cartes désignant une place et le nombre de pions à poser. Des cartes de notre main mais aussi une de la main du voisin, ce qui ajoute de l’interactivité du jeu. Une fois les meeples posés, on doit en déplacer deux d’un quartier dans un autre, les siens ou ceux d’un adversaire, n’importe où sur le plateau. A la fin des douze tours, celui qui possède le plus de meepples dans un quartier reçoit les points de celui-ci.

Une belle foire d’empoigne pour ce résultat final…

Marie, en bleu, prend sa revanche avec 21 points, à égalité avec moi mais au bénéfice du quartier le plus cher. Daniel suit avec 19 points et Théo ferme la marche avec 17 points.

Maris de tenir le pompon, Théo et Daniel inventent une nouveau décompte qui prendrait en compte les meeples classés au second rang dans chaque quartier et qui obtiendraient la moitié des points du quartier arrondie à l’inférieur. Une trouvaille géniale ! M’étant dispersé sur tout le plateau contrairement à mes adversaires plutôt casaniers,  je marquerais des points dans huit quartiers sur dix et j’exploserais tout le monde avec 36 points devant Daniel 25, Théo et Marie 24, peu satisfaite de l’idée de son compagnon. Oui, mais ce n’était qu’une idée lancée en l’air…

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

NOUGAT de MONTÉLIMAR: une autre petite borne « les Trois Abeilles »

On vous avait présenté il y a quelques années une borne de nougat datant des années 60 fabriquée par ma mère à Espeluche pour un cartonnage de Taulignan offrant du travail à domicile à des ouvrières des villages.

Nous avons découvert une autre borne du nougat « Les Trois Abeilles » dans un placard. Mais un petit format pour celle-ci.

L-l-H: 8,5 x 4,2 x 9,8 cm. Pas de tiroir pour cette borne, c’est le couvercle qui s’enlève pour atteindre les douceurs montiliennes.

Sachant qu’un nougat fait 2 x 1,4 x 3 cm, combien de parallélépipèdes contenait cette borne ?

A suivre prochainement pour une nouvelle présentation…

2 Commentaires

Classé dans Jeux

JEUX: SOIRÉE JEUX JUBIL’ du 12 octobre: IMAGINARIUM et quelques jeux d’ambiance…

Retour à l’Ancienne Caserne des Pompiers. Soirée à l’étage dans la salle d’A2JE. Je n’incruste dans un petit groupe d’Avignonnais bien sympathiques et d’un jeune de Sénas.

Le gros jeu IMAGINARIUM pour commencer, de Bruno Cathala.

Jeu à cinq. Ambiance et matériel magnifiques. Idée un peu tarabiscotée mais une mécanique qui tourne. Dans ce monde, on produit du charbonium, on construit des machines, on détruit des machines, on achète des aides… Tout tourne. Le but du jeu c’est réaliser des objectifs. Sauf que j’oublie tout simplement de le faire. Il faut dire que les plaquettes « objectifs » sont petites et bien loin sur la table et qu’il est difficile de les lire.

Conclusion, je ne décolle pas ou presque pas.

Mais le jeu est agréable et mérite d’être revu.

Suite et fin de soirée avec du plus « léger ».

3 SECRETS… amené par Hugo de Sénas où il s’agit de résoudre de découvrir les 3 secrets en 15 minutes par le jeu des questions-réponses. Jeu coopératif s’il en est. Deux parties, deux réussites. Idéal pour fin de soirée.

JUST ONE, sorti le jour même suivant TRIC TRAC.

Un jeu d’ambiance coopératif où l’on doit faire découvrir un mot à un joueur en écrivant un indice (un mot) sur son présentoir. Sauf que les mots-indices  identiques sont annulés. Ce qui complique la chose ! But du jeu: arriver à valider le plus de cartes sur un deck de douze. Rigolo !

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

La CHARTREUSE de VALBONNE- Un havre de paix à deux pas de la vallée du Rhône pour les marcheurs d’Ancône Culture et Patrimoine.

S’il est un coin où les Israélites et autres proscrits recherchés par les Allemands pendant la Seconde Guerre étaient à l’abri, c’est bien derrière les murs de la Chartreuse de Valbonne. Pas seulement à cause de la densité de la forêt entourant l’ancien monastère, mais surtout parce que les occupants ne s’approchaient pas de ce lieu. Quelque malédiction ? Une superstition ? Non ! La présence d’une léproserie installée là en 1929 par le Pasteur Philadelphie Delord ! Pour la garnison de Pont-Saint-Esprit, la peur de la contagion était plus forte que la recherche des ennemis du Reich millénaire !

Car le monastère construit là par les Chartreux au XIIIème siècle (vers 1200) connut bien des vicissitudes. Les moines avaient défriché et asséché ce vallon humide pour le rendre cultivable et lui donner son nom… la Vallée Bonne.

Les Guerres de Religion, la Révolution, les lois laïques de la IIIème République lui firent changer de fonction régulièrement. Ce fut une verrerie vers 1802 avant de devenir léproserie dans laquelle furent soignés quatre cents malades pendant trois quarts de siècle. Le dernier lépreux quitta les lieux pour l’hôpital de Pont-Saint-Esprit en 2003. Pas de risques donc pour les marcheurs anconais.

Aujourd’hui, on peut visiter les lieux, s’y restaurer et y être hébergé. Une cave produit le vin du vignoble local. Ces activités permettent la réinsertion d’adultes souffrant d’handicaps psychologiques stabilisés. Un ESAT après la léproserie, un CAT en quelque sorte.

Bonne balade dans la forêt de la Vallée Bonne.

Poster un commentaire

Classé dans Jeux