Archives de Tag: ND de Lorette

110 POILUS de CADEROUSSE, 110 DESTINS… Joseph CUER.

110 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 110 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Trente-huitième nom de la liste: Cuer Joseph Isidore.

La seconde face du monument.

C’est le décès de son père Thomas Jean-Baptiste Cuer le 13 décembre 1891 qui va amener Joseph, sa mère, ses soeurs et son frère à Caderousse.

Le recensement de 1896, première apparition des Cuer à Caderousse, rue Vénasque.

Ramener plutôt pour sa mère Sophie Félicité Laplace car c’est à Caderousse qu’elle est née le 10 février 1842. Toute sa famille y réside et c’est tout naturellement auprès d’elle qu’elle viendra y trouver de l’aide quand le malheur de perdre son mari surviendra. Pas moins de cinq foyers Laplace apparaissent au recensement de 1911.

Thomas et Sophie s’étaient mariés au village le 13 septembre 1876. C’était un second mariage pour Thomas qui avait eu la douleur, lui aussi, de perdre sa première épouse Mélanie Rose Girard. De cette union étaient nés trois enfants, Mélanie en 1867, Jean-Baptiste en 1870 et Marcellin en 1871, des demi-frères et soeur pour Joseph.

Thomas était originaire de Mornas où il était né en 1839. Après son union avec Sophie, la famille s’était installée à Piolenc où le père exerçait la profession de chaufournier, ouvrier travaillant dans les fours à chaux à la fabrication de la chaux vive.  Des carrières existaient et existent toujours dans les collines de ce massif d’Uchaux. La famille résidait quartier des Paluds, à Piolenc très certainement près du Rhône dans une coin de lônes.

De ce second mariage, vont naître Sophie Félicie en 1877, Joseph, le futur Poilu le 22 septembre 1879, Marius Hippolyte qui ne vivra que dix jours en août 1881, Marius Gabriel en 1882 et Baptistine Aurélie en 1885. La famille déménagea ensuite à Uchaux, quartier de Majorantes, au gré des chantiers du père.

A Caderousse, les Cuer mettent leurs bras au service des paysans du village en tant que journaliers. La grande soeur Félicie travaille aussi un temps aux balais. En 1911, Joseph aidé de son frère Marius pourtant handicapé doit mener quelques terres à la campagne et la famille a déménagé du village au quartier de Laperan dans le sud-est du territoire.

Le recensement de 1911 dans lequel Joseph a relégué sa mère au rôle de néant.

Le parcours militaire de Joseph Cuer. Il va faire ses classes à l’âge de 21 ans en Avignon, au 58ème Régiment d’Infanterie. Il rejoint la troupe le 14 novembre 1900 mais va bénéficier d’un sursis comme fils aîné de veuve. Au lieu des trois années réglementaires, il ne fera que dix mois en rentrera dans son foyer le 22 septembre 1901.

Bien que sa situation n’ait guère changée en 1914, le besoin de chair fraîche de l’armée l’enverra au front dès le 03 août. Joseph se retrouve au 118ème régiment d’Avignon puis le 20 septembre, est versé au 21ème R.I. de Langres. C’est ainsi qu’on le retrouve en mars 1915 du côté de Notre-Dame-de-Lorette, dans le Pas-de-Calais, à l’est du bassin minier de Lens. Plus précisément à Boyeffles, dans le bois de Bouvigny âprement disputé par les Français et les Allemands. Le journal de marche du 21ème R.I. indique que la journée du 13 mars 1915 fut une journée calme.

Quelques obus de 77 et quelques bombes tombèrent sur la tranchée française de première ligne. La routine en quelque sorte ! Manque de chance, le seul tué du jour fut Joseph Cuer. Il était là à la mauvaise seconde du mauvais endroit ! La fatalité !

Il avait presque 35 ans et demi. Il laissait à la ferme de Laperan, une vieille mère usée et un frère dont même l’armée n’avait pas voulu pour cause… d’Idiotie !

Il n’est pas indiqué que la mère allait recevoir les 150 francs réglementaires. Il semble que sa dépouille ait été ramenée à Caderousse.La fiche de Joseph Isidore Cuer de Mémoire des Hommes

 

Joseph Isidore Cuer, matricule 719 classe 1899, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. On peut dire que le patronyme Cuer est bien présent à Caderousse sans faire intrusion dans la vie privée de cette famille puisque Pierre Cuer fut maire du village il y a quelques années. Si une personne reconnaît en Joseph Cuer son ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette petite biographie.

A suivre: Louis Dardun.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

109 POILUS de CADEROUSSE, 109 DESTINS… Augustin CLARISSE.

109 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 109 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Trente-troisième nom de la liste: Clarisse Augustin Basile, mais pas de trace de ce nom sur le monument aux morts construit en 1937. Non, Augustin Clarisse a été oublié ! Les hommes de cette époque ont quelques circonstances atténuantes, la famille avait quitté le village depuis bien longtemps quand ce décès survint du côté de Notre-Dame de Lorette, en 1915. Seule la logique implacable des ordinateurs actuels l’a fait réapparaître sur le site de Mémoire des Hommes.

Les parents d’Augustin, Auguste Clarisse et Armand « Florinde » dit Fleurie Marie-Rose sont venus s’installer à Caderousse entre 1873 et 1875. Le père, originaire de Roaix, près de Rasteau et Vaison-la-Romaine, était cultivateur maître valet, valet de ferme en somme. Il allait donc de ferme en ferme louer ses bras avec femme et enfants. On retrouve donc la famille au quartier des Prés sur la liste nominative du recensement de 1876.

Cinq années plus tard, lors du recensement suivant, plus de traces de Clarisse à Caderousse ! Ils sont partis ailleurs se mettre à disposition d’un autre patron. Pas très loin d’ailleurs, à Orange, au quartier des Graves. C’est là que naîtra un second garçon, Eugène Victor le 13 décembre 1884.

Entre temps, trois enfants sont venus au monde tenir compagnie à la soeur aînée Fleurie (ou Florinde, à la guise de l’Officier de l’Etat-Civil) née en 1870. Ce sont donc deux filles et un garçon Clarisse qui ont vu le jour à Caderousse:

  • Adèle Marie née le 20 août 1875,
  • Rose Victorine née le 1er juillet 1877 et
  • Augustin, né le 06 décembre 1879, premier garçon qui prend donc à la terminaison près, le prénom du père.

Augustin va être appelé sous les drapeaux pour sa période de trois ans en 1900. Du 21 novembre de cette année au 21 septembre 1903, il va connaître la douceur du climat de la Corse, à Bastia, au 163ème Régiment d’Infanterie mais aussi la rudesse des montagnes lors des pénibles exercices d’entraînement. Il sera réserviste à Avignon, au 58ème puis 118 ème R.I. chez qui il effectuera des périodes de mise à niveau en 1906 puis comme par un mauvais hasard à partir du 29 juillet 1914 ! Pas besoin d’entendre le tocsin de Roaix, il était sur place lors de la déclaration de guerre !

Car, à son retour de l’armée, Augustin avait pris épouse à Roaix, le pays d’origine des Clarisse. Il s’était marié le 20 avril 1907 avec Paule Rose Ladie Morel. Il eut le temps de faire des enfants, à n’en pas douter.

Le 19 septembre 1914, il fut muté au 21ème Régiment d’Infanterie. En mars 1915, ce régiment combattait dans le secteur de Notre-Dame-de-Lorette, dans le Pas-de-Calais. Ce n’était pas l’endroit rêvé pour essayer de survivre à la guerre. Entre octobre 1914 et septembre 1915, cette butte dominant le bassin minier du Pas-de-Calais fut le lieu de combats incessants entre Français et Allemands. 188 000 hommes y furent tués dont 100 000 Français environ… et parmi eux, Augustin Clarisse le natif de Caderousse.

Pourtant, ce 1er avril 1915, la situation était plus calme qu’à l’accoutumée. Des échanges d’artillerie avaient eu lieu nous dit le Journal de Marche du 21ème R.I., échanges initiés par les Français. Il y eut un tué, par malchance Augustin Clarisse et un blessé, ce jour-là…

Augustin avait alors 35 ans et 5 mois. Sa dépouille allait être enterré à la Nécropole Nationale de Notre-Dame-de-Lorette à Albain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais) dans la tombe individuelle 13 128 du carré 65, rang 7, au milieu de quelques 45 000 soldats français qui furent enterrés là après guerre.

Quant à son petit frère Eugène Victor, lui aussi connut la Grande Guerre. Terriblement effrayé par ce qu’il vit et traumatisé par la mort de son frère, il ne se présenta plus à son régiment le 18 juillet 1917 et fut considéré comme déserteur… jusqu’à la loi d’amnistie du 14 juillet 1925, le même jour où la Nécropole de Notre-Dame-de-Lorette était inaugurée, date à laquelle il put aller se présenter à la gendarmerie sans crainte d’être poursuivi.

 

La fiche d’Augustin Basile Clarisse de Mémoire des Hommes

Augustin Basile Clarisse, matricule 567 classe 1899, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Clarisse semble encore exister en Vaucluse. Si un descendant direct ou indirect reconnaît cet ancêtre, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette petite biographie.

A suivre: Henri Colombier.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE