Archives quotidiennes : 04/06/2016

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 04 juin 1916

DSCN3745

(JOUR 673 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

A nouveau, une vue d’un aviateur de guerre, le pilote Georges Boillot vérifiant son appareil avant un décollage. On le voit habillé d’une tenue très chaude avant de s’élancer dans les airs. Une page de la revue est consacrée à cet aviateur qui connut une fin héroïque, le 19 mai 1916, abattu lors d’un combat aérien à 5 contre lui. Il parvint d’ailleurs à descendre un de ses adversaires.

DSCN3754

Avant d’être pilote de chasse, en sportsman accompli, il fut un excellent cycliste puis un coureur automobile de premier plan, triple vainqueur en 1910, 1912 et 1913 au Mont-Ventoux. Courant sur Peugeot puisqu’originaire de Valentigney dans la région sochalienne, il fut à l’origine de cette marque dans le sport automobile. Il portera les couleurs de Peugeot jusqu’aux Amériques, lors des 500 miles d’Indianapolis qu’il ne pourra gagner pour un problème de pneumatiques.

Autre vue d’aviation, après la photo du drapeau pris à l’ennemi lors de la chute du Zeppelin à Salonique dans La Guerre Photographiée du 1er juin…,

DSCN3724

Le Miroir exhibe l’équipage du dirigeable capturé.

DSCN3756

Un autre aviateur commence à faire parler de lui.DSCN3757Il s’agit de Charles Nungesser qui vient d’abattre son cinquième adversaire en combat aérien. Il doit pourtant être porté dans son avion depuis une grave blessure aux jambes provoquée lors d’un crash au décollage en février 1916. Il fera parler de lui dans le domaine de l’aviation jusqu’à sa mystérieuse disparition en 1927 lors d’une tentative de traversée de l’Atlantique Nord en compagnie de François Coli sur l’Oiseau Blanc, 15 jours avant la traversée victorieuse de Charles Lindbergh.

On en avait parlé dans Sur le Vif d’hier,

DSCN3734

le principe des ballons captifs d’observation. Voici deux vues vraiment spectaculaires de la chute d’une de ses grosses saucisses, attaquée par un avion français, un « Nieuport bébé’ sur lequel volera d’ailleurs Nungesser.

Première vue: l’avion attaque le ballon, l’observateur saute en parachute pour échapper à une mort certaine dans la nacelle si celle-ci va s’écraser au sol.

DSCN3746

Seconde vue: le ballon en flamme va s’écraser au sol.

DSCN3747

Vraiment 2 vues exceptionnelles !

Le reste de la revue n’en est pas moins intéressant.

Tout d’abord, des vues prises près du fort de Douaumont de tirs d’artillerie dans le no man’s land du glacis de celui-ci:

DSCN3749

On nous dit que le fort fut pris par les Allemands le 25 février 1916, un peu par surprise, lors des premiers combats de Verdun. Mais l’article ajoute: L’enlèvement du fort par nos troupes, le 22 mai, après la reprise des carrières d’Haudromont, produisit une impression considérable. Manifestement, l’auteur de ces lignes prend ses désirs pour des réalités. ce n’est que le 24 octobre que le fort fut repris par les Français. Par contre, le 8 mai 1916, une terrible explosion accidentelle à l’intérieur du fort, provoquée par une erreur de manipulation d’une grenade fit entre 800 et 900 victimes allemandes dont 697 furent laissées sur place, murées dans 2 pièces abandonnées. Ils y reposent toujours.

Une autre vue de Verdun nous montre des rues désertes bordées de ruines (photo du haut)…

DSCN3753

dans lesquelles circulent une colonne de prisonniers allemands (photo du bas), qui s’éloignent de l’enfer.

Des prisonniers, en voilà d’autres, des Français et des Russes…

DSCN3751

employés par les Allemands à tirer des charrettes de paille. Ce qui fait écrire au rédacteur comme titre:

Des prisonniers français et russes traités comme des bêtes de somme dans un camp allemand.

Pour continuer, 2 vues plus calmes mais tout autant importantes pour l’histoire de cette Grande Guerre.

DSCN3752

Des manifestations enthousiastes célébrant une visite du leader grec Elefthérios Vénizelos, partisan de l’entrée en guerre de la Grèce au côté des Alliés, on en déjà parlé.

DSCN3750

De même, la comparution de Roger Casement devant un tribunal anglais. Le leader nationaliste irlandais avait été arrêté après son retour de Londres en Irlande dans un sous-marin allemand. Il ne parviendra pas à empêcher l’insurrection de Dublin de Pâques 1916, vouée à l’échec par l’absence de livraison d’armes par les Allemands. Considéré comme un traître (c’est ce que dit le titre de la photo), il sera jugé, condamné à mort et pendu le 3 août 1916.

Pour terminer, trois photos de remise de décoration un peu inhabituelle, en Alsace.

DSCN3755

En effet au lieu que ce soit des hommes qui reçoivent ces décorations, ce sont leurs veuves qui vont être honorées à leurs places.

Poster un commentaire

Classé dans Revues