110 POILUS de CADEROUSSE, 110 DESTINS… les frères Louis et Martial DARDUN.

110 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 110 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Trente-neuvième et quarantième noms de la liste: Dardun Louis Raphaël et Dardun Martial Avit.

La seconde face du monument.

Première fratrie rencontrée dans notre écriture des biographies des morts de la Grande Guerre de Caderousse: les frères Louis et Martial Dardun qui perdirent tous deux la vie sur le front du nord-est de la France. A ces deux hommes, on se doit d’ajouter François, le troisième frère qui en réchappa de justesse, blessé trois fois pendant cette période et qui finit par déserter après la mort de son second frère.

Le recensement de 1906, le seul où les trois frères Dardun apparaissent ensemble aux Cabanes.

Reprenons tout cela depuis le début. Peu avant 1880, François Avit Dardun né le 17 juin 1846 prend pour épouse à Codolet Françoise Rosalie Chevalier, une fille du pays en 1849. Le couple traverse le Rhône par le bac de l’Ardoise pour s’installer juste en face, dans une ferme du quartier des Cabanes. De cette union vont naître trois garçons: Louis Raphaël le 25 octobre 1880, François Joseph le 19 mars 1883 et Martial Avit le 23 juillet 1888.

Au recensement de 1881, seul Louis Raphaël est là.

Cinq ans plus tard, en 1886, François est arrivé. 

Après 1886, la famille va aller s’installer un temps dans le Gard proche (dont l’absence d’archives numérisées nous handicape quelque peu dans nos recherches). Pour preuves, la naissance de Martial Avit du côté de Saint-Victor-la-Coste et l’absence de cette famille Dardun dans le recensement de 1901.

 

En 1896, la famille est de retour aux Cabanes mais les grands frères louent leurs bras chez des patrons locaux en attendant que l’Armée ne les appelle.

Pour Louis, ce sera au 112ème Régiment d’Infanterie d’Antibes, pour lequel il contractera un engagement volontaire de quatre ans à partir du 25 septembre 1900. L’Armée le renverra par anticipation dans son foyer le 28 octobre 1903 pour bronchite chronique !

Pour François, le cadet, il sera incorporé au 58ème R.I. d’Avignon le 16 novembre 1904. Sa forte personnalité lui jouera deux vilains tours. Tout d’abord, sa rétrogradation décidée par le commandant de l’unité de première à seconde classe après avoir obtenu cet honneur. Puis son maintien sous les drapeaux presque trois ans puisqu’il ne sera libéré que le 12 juillet 1907.

Pour Martial, le benjamin, c’est son métier de charpentier qui l’orientera nécessairement vers le 2ème Régiment du Génie… en Tunisie. Parti le 14 octobre 1900, il y connaîtra le feu pendant sa campagne de Tunisie qui s’achèvera le 29 septembre 1911, juste pour la Saint-Michel de Caderousse.

A la déclaration de guerre du 3 août 1914, les trois frères ne connaîtront pas le même sort. Seul Martial rejoindra son unité de réserve, le 7ème Génie d’Avignon. C’est seulement le 26 septembre 1914 que François sera appelé, ayant été momentanément dispensé de par son métier de boulanger. Il fallait nourrir tous ces hommes mobilisés ! Quant à louis, il faudra la réunion de la commission de révision d’Orange pour le déclarer apte pour le service armé et pour qu’il rejoigne le 34ème Régiment d’Infanterie Coloniale dans les tranchées du nord-est de la France.

C’est aussi Martial qui le premier va rencontrer son terrible destin. Cela se passa du côté de Vingré, dans l’Aisne, à l’ouest de Soissons. Vingré, c’est ce village connu pour ces six Poilus-Martyrs qu’une décision inique d’un Tribunal militaire envoya arbitrairement devant le peloton d’exécution le 4 décembre 1914. Réhabilités après la guerre, ils sont maintenant immortalisés par les derniers mots écrits par l’un d’eux, Jean Blanchet, à sa femme: Au revoir, là-haut repris dans le titre d’un film récent. Pour le Sapeur-Pontonnier Martial Avit Dardun, ce fut une balle ennemie dans la tête qui acheva sa vie, le 05 septembre 1909, à l’âge de 27 ans et 2 mois. Son père reçut quelque temps après les 150 francs de dédommagement des Poilus célibataires. Il repose depuis à la Nécropole Nationale Bois Robert d’Ambleny, sur l’autre rive de l’Aisne, tombe individuelle B-78.

Son grand frère connut le même sort quelques mois plus tard, dans la Somme, le 18 août 1916, lors de cette fameuse bataille sensée être la réponse à l’attaque allemande sur Verdun. Les Coloniaux du 34ème Régiment d’Infanterie tiennent en cet été funeste le secteur de Barleux. Le régiment est envoyé à l’attaque des tranchées allemandes sous la mitraille, le 20 juillet. Est-ce ce jour que Louis est touché ? La lecture de la narration de cette attaque dans le livre officiel de l’unité fait froid dans le dos…

…de même que les chiffres des pertes avancés quelques lignes après est édifiant.

1 051 hommes tués, blessés ou disparus pour la seule attaque du 20 juillet 1916 pour les 2 régiments coloniaux envoyés à la boucherie, 827 hommes mis hors de combat pour seul 34ème R.I.C. entre le 06 juillet et le 15 août 1916. Glaçant ! Louis Raphaël Dardun mourut le 18 août 1916 à l’arrière, dans l’ambulance 2/7 à Villers-Bretonneux. Il aurait eu 36 ans deux mois après et laissait certainement une veuve éplorée, car il devait s’être marié peu de temps avant la guerre.  Lui aussi repose dans la terre d’une Nécropole Nationale, celles d’Albert dans la Somme, tombe individuelle 2358.

Les deux frères ne sont éloignés que de quelques dizaines de kilomètres dans le nord-est de la France.

Quand au troisième membre de la fratrie Dardun, François, il fut blessé une première fois à la main de Massiges en Champagne, le 21 décembre 1914 d’un éclat d’obus ayant engendré une plaie à la cuisse droite. Rapidement de retour, un autre éclat d’obus le blessa aux reins, dos et oreille droite le 25 septembre 1915. A nouveau revenu, c’est un éclat de grenade au mollet droit le 06 juillet 1916 qui le mit à nouveau sur le flanc. Ce coup-ci, il prit la clé des champs et fut considéré comme déserteur à l’issue de la période de latence réglementaire. Il ne réapparaîtra au grand jour qu’après la promulgation d’une première loi d’amnistie du 24 octobre 1919 qui le soustrayait à toute sanction militaire. On peut comprendre facilement ce qui s’était passé dans sa tête et dans son corps.

La fiche de Louis Raphaël Dardun de Mémoire des Hommes

Louis Raphaël Dardun, matricule 278 classe 1900, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse.

La fiche de Martial Avit Dardun de Mémoire des Hommes

Martial Avit Dardun, matricule 314 classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse.

Il semble que le patronyme Dardun soit encore très présent dans le Vaucluse, à Orange et à Caderousse. Si une personne reconnaît en  ces trois jeunes hommes évoqués un ascendant direct ou indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou corriger cette petite biographie.

A suivre: Léon DeValois.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.