116 POILUS de CADEROUSSE, 116 DESTINS… Auguste et Louis Roche (généalogie).

116 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 116 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Quatre-vingt dix-septième et quatre-vingt-dix-huitième Poilus: Auguste Roger et Louis Joseph Roche.

Sur la quatrième face du Monument aux Morts.

Les familles recomposées ne datent pas de notre modernité, vous allez le constater à travers ces quelques lignes biographiques sur les frères Auguste et Louis  Roche ! En effet, quand Pierre Roche, cultivateur né à Caderousse en 1845 et père des futurs Poilus épouse Marie Violon née à Sabran dans le Gard en 1846 et mère d’Auguste et Louis, il en est à ses troisièmes noces et son épouse à ses secondes ! Une différence toutefois par rapport à nos jours, ce sont des décès qui provoquaient des remariages.

Pierre Roche se marie donc une première fois avec Marguerite Marthe Arnaud en 1869 à Caderousse. Cette dernière lui donne un enfant Joseph Marius le 12 février 1870 mais elle décède cinq mois plus tard. Comble de malchance, l’enfant décède à son tour fin octobre de la même année 70.

Cinq années passent et Pierre Roche épouse en secondes noces une fille de Lapalud, Marie Elisabeth Bruguier. La cérémonie se déroule dans l’autre capitale des balais le 22 novembre 1875. Une petite Marie Rose vient au monde début septembre 1877 ce qui sera fatal pour sa mère. Marie Elisabeth décède le 30 septembre. Voilà donc Pierre Roche une seconde fois veuf !

A peu près à la même époque, Marie Miolon, la future Mme Roche, se marie avec un dénommé Pierre Marius Reynaud, originaire de Bagnols et cordier de son métier. Les noces ont lieu à Sabran. En 1875 nait un garçon prénommé  Marius. La famille vient s’installer à Caderousse où le père de famille décèdera en octobre 1878.

C’est le 05 avril 1880 que Pierre Roche prend pour épouse en troisième noce Marie Miolon. Un premier enfant, Louis Joseph, arrive rapidement le 19 avril 1881. Va suivre une petite fille, Marie Léonie en 1883 qui ne vivra qu’un peu plus de huit mois. Puis voici Auguste Roger, le second Poilu né le 23 novembre 1884.

Voici donc la famille recomposée en 1886, rue de l’hôpital côté gauche. Autour du couple des parents Roche-Miolon, on voit le fils de Marie, Marius Reynaud, les deux enfants du couple Auguste et Joseph et une invitée surprise, Rose Triat, âgée de 15 ans qui travaille aux balais comme son oncle et sa tante.

Dix ans plus tard, une petite Florentine Olympe nait en 1888 pour compléter la fratrie.

Louis loue ses bras comme manoeuvre. Il ne va pas tarder à être appelé par l’armée pour son service militaire. Du 16 novembre 1902 au 03 octobre 1905, il sera canonnier au 38 Régiment d’Artillerie de Campagne de Nîmes.

De son côté, son petit frère Auguste sera plus verni en ne restant qu’une année sous les drapeaux, en bénéficiant du fait d’avoir un frère à l’armée. Lui, ce sera l’infanterie à Arles au 58ème R.I. caserné en Camargue et en Avignon. Il n’y restera qu’une seule année, du 08 octobre 1905 au 18 septembre 1906.

Leurs obligations militaires passées, les deux frères vont prendre épouses à leur tour.

Tout d’abord Auguste va unir sa destinée à celle de Louise Mondan, une ouvrière des balais âgée de 22 ans le jour des noces, le 23 novembre 1907. Cette dernière aura la douleur de perdre son mari pendant la Grande Guerre, on y reviendra, mais aussi son petit frère, André Paul mort à l’âge de 21 ans à Oisy, dans l’Aisne, on en a parlé. De cette union vont naître deux enfants (au moins): Raoul Auguste Pierre le 05 mars 1909, rue de la Masse puis Andréa le 02 mars 1911, rue de l’Hôpital. Tous deux seront déclarés Pupilles de la Nation le 29 janvier 1919.

La famille d’Auguste Roche en 1911.

A cette date de 1911, les parents vivent seuls à Caderousse, leurs trois enfants s’étant mariés.

Florentine a pris pour époux Marius Frédéric Lazard à Caderousse le 04 avril 1908 juste avant Louis qui s’est marié avec Marie Léonine Bernard de Codolet. Après le mariage, le 1er août 1908, le couple s’est installé dans le Gard puis a déménagé à Chateauneuf-du-Pape en 1913 pour se mettre au service d’un domaine viticole. Il entraînera d’ailleurs son petit frère Auguste qui lui aussi quittera Caderousse pour Chateauneuf quelques jours après.

Dans moins d’un an, tout ce bel ordonnancement sera mis à bas avec la déclaration de guerre !

A suivre: Auguste et Louis Roche (historique)

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.