Archives de Tag: corrida

Il y a 100 ans jour pour jour: J’AI VU du 22 septembre 1917

(JOUR 1147 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

La situation politique en Russie après la première révolution dite bourgeoise qui a chassé le tsar du pouvoir est à la une de ce numéro du 22 septembre 1917 de J’ai vu. On y voit les portraits en gros plan de Kerensky et du général Korniloff en lutte pour mener la tactique militaire pour sortir de la guerre. Le 9 septembre, Korniloff  a essayé de prendre le pouvoir mais il échouera. De son côté, Kerensky sera renversé par les Bolcheviks lors de la Révolution d’Octobre, on en reparlera.

Faute de mieux, on fête la victoire de la Marne, remportée il y a 3 ans.

On y voit Poincaré avec Joffre en haut, Poincaré entouré de Painlevé, Ribot, Bourgeois et Duparge en bas.

La double page centrale est plus intéressante avec un sujet traité en photos de la colombophilie et l’aide apportée par les pigeons voyageurs aux armées.

Ils rendent d’importants services quand les communications sont coupées entre les premières lignes et l’arrière.

Une page annonce au lectorat urbain que cet hiver, on pourra se chauffer. Si la population rurale ne souffrit guère des privations pendant la Grande Guerre, les urbains connurent bien des problèmes et le chauffage n’était pas l’un des moindres.

Des tickets de rationnement furent mis en place pour les urbains, on en a présenté sur ce blog émanant de la ville de Lyon.

Pour terminer, un petit tour en deux pages tout de même sur les loisirs du 53ème Régiment d’Infanterie.

On y voit des images de l’organisation d’une corrida « pour rire ». Pas de vrai taureau bien entendu (s’il y en avait eu un il aurait terminé à la casserole) mais des jeux d’arènes. Il faut dire que ce régiment est caserné à Perpignan, en terre de tauromachie.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

LA VIE AU GRAND AIR du 23 avril 1899

La couverture de La Vie au Grand Air n°32 du 23 avril 1899 parle de la difficile ascension d’une aiguille de Chamonix. Bien qu’aucun article ne parle de cette discipline, la une nous emmène à 4 000 mètres au dessus du niveau de la mer, sur une paroi verticale de granit avec pour toute assurance une corde tenue par le guide arrivé le premier en haut. Cela fait froid dans le dos.

L’article principal est paradoxal puisqu’il traite de tauromachie… à Roubaix !

On avait vu dans un article précédent les arènes de Roubaix investies par les accompagnateurs des participants à Paris-Roubaix, mais les arènes servent aussi à accueillir des corridas de taureaux avec mise à mort.
Quelques vues d’une course précédente dans l’agglomération lilloise:

Au vélotorodrome de Roubaix, le paseo.

A Roubaix, suerte des picadores.

A Roubaix, suerte des banderilles.

A Roubaix, dans l’attente.

A Roubaix, la mort.-Le matador va donner l’estocade.

A Roubaix, la puntilla ou coup de grace.

Pour terminer sur un tout autre sujet, de la boxe française avec le champion Charlemont.

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 36: LE PETIT PROVENÇAL du 05 octobre 1936

Actualité chargée que celle du dimanche 4 octobre 1936 que va raconter Le Petit Provençal du lundi 5.

DSCN6142

un journal à la couverture salie. Deux nouvelles se partagent la une:

DSCN6144

La guerre civile en Espagne avec un bombardement violent de l’aviation nationaliste sur la ville de Madrid. Une capitale maintenant menacée par le sud depuis la chute de Tolède (comme elle l’était par le nord avec la bataille dans la sierra de Guadarrama). En effet, à Tolède, les troupes maures de Varela ont pu « libérer » les encerclés de l’Alcazar le 28 septembre dernier. D’ailleurs, Franco a envoyé un message de remerciement à l’Allemagne nazie pour l’aide apportée par celle-ci dans cette victoire qui dépasse largement le fait purement militaire:

DSCN6156

Dites en Allemagne que toute l’Espagne remercie le peuple allemand du soutien qu’il donne à notre lutte contre la peste bolchévique.

Aucun télégramme ne m’a fait plus de plaisir que celui du ministre Rudolf Hess, au nom du parti national-socialiste, félicite notre junte de défense nationale d’avoir sauvé les défenseurs de l’Alcazar.

De quelle manière les Nazis ont-ils aidé les Franquistes. Pas seulement par des prières ou des voeux pieux comme le font les démocraties face à la montée des périls ! Malgré cela tout le reste, Franco est resté en place en 1945 ! De leur côté, les défenseurs de la République renforcent les tranchées pour défendre Madrid par le sud:

DSCN6146

La chute de la République étant envisageable, un nouvel prétendant au trône d’Espagne s’est déclaré. Il s’agit du prince Xavier de Bourbon-Parme dont est présenté le portrait:

DSCN6145

Comme si les fascistes allaient laisser à quelqu’un d’autre les fruits de leur victoire ! Surtout que pendant la Seconde Guerre Mondiale, ce prince fut arrêté et déporté par les Nazis pour faits de résistance !

Second grand titre de ce journal: une manifestation politique au Parc des Princes du parti communiste.

DSCN6143

Un meeting pour faire le point de la situation après la victoire du Front Populaire du 3 mai dernier et envisager l’avenir. Une contre-manifestation du Parti Populaire Français engendra des incidents et des bagarres avec les forces de police s’interposant entre les 2 groupes.

Autres sujets plus légers, à DSCN6148 (puisqu’il s’agit de l’édition Gard du Petit Provençal), la dernière corrida de la saison s’est déroulée dans l’amphithéâtre romain. Une foule considérable avait envahi les gradins…

DSCN6147

et les trois maestros Ortega, Lalandia et Bienvenido furent plus qu’à la hauteur de l’événement. Une corrida commencé par une Marseillaise suivie de l’Hymne de Riego, air officiel de la Seconde République Espagnole. A Nîmes, on a choisi son camp !

DSCN6149

L’actualité sportive avec du football dont on lira les résultats complets dans le Miroir des Sports de la semaine. Mais ce qui intéresse le lectorat du Petit Provençal, ce sont les résultats de l’O.M., vaincu à Rennes 3-1.

DSCN6152

Un but de Miguel en fin de match a sauvé l’honneur d’un O.M. fessé comme le dessinateur humoristique du journal l’a croqué:

DSCN6153

Le Renne(s) a botté le Jaguar. Pourquoi donc le jaguar ? Car le gardien de l’O.M. de l’époque, le brésilien Béera de Vasconcelos, (une star ) était ainsi surnommé.

Mais les grandes photos sportives, un peu à la manière de L’Intransigeant, concernent le match entre la réserve de l’O.M. contre les Reds Boys Luxembourgeois écrasés 7-0 à l’Huveaune, une confrontation amicale.

DSCN6150

DSCN6151

Poster un commentaire

Classé dans Journaux

Un MIROIR SPRINT d’août 1946 fait un parallèle entre TAUROMACHIE et SPORT

SAMSUNG CAMERA PICTURES

C’est à l’occasion du retour des toreros au Vel d’Hiv après certainement une interruption de plusieurs années due à la guerre civile puis à la seconde guerre mondiale qu’un journaliste peut placer cet article comparant les qualités d’un matador et celles de sportifs, pendant cette période creuse de l’actualité.

Sous le titre

SAMSUNG CAMERA PICTURES

il va développer son intéressant propos pour chacun des tercio.

Pour les picadors, ils doivent avoir le coup d’oeil de l’escrimeur au moment de la pique.

Pour les banderilleros, ce sera des sauts de l’athlète qu’il leur faudra accomplir.
Enfin, pour le matador qui devra être un sportif accompli au mental à tout épreuve, le geste final (l’épée) demande, d’après François Terbeen, un mélange du punch du boxeur et de la précision de l’épéiste.

A discuter pour sûr… N’y a-t-il pas un peu d’évitement du 3/4 de rugby dans les esquives du matador?

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

quatre phases du travail du matador dans le 3ème tercio.

Pas sûr que l’Equipe Mag. se risquerait de nos jours à publier un tel article avec la violence des réactions de quelques anti-corridas…

Poster un commentaire

Classé dans Revues