ANCONE et le RHÔNE, une cohabitation difficile: la crue de 1856 ou deux inondations centennales en 16 ans ! (4/7)

Quatrième article rédigé par mes soins, paru dans le blog: Ancone Culture et Patrimoine

  Alors que statistiquement parlant, il y avait très peu de probabilité qu’une nouvelle crue centennale survienne au XIXème siècle, seulement 16 ans après 1840, la vallée du Rhône allait connaître une nouvelle catastrophe d’une valeur quasi-égale à la précédente, sinon supérieure à bien des endroits.

  Après 1840, les communes (re-)construisirent des digues pour se protéger, d’une manière importante mais tout à fait anarchique, sans réel schéma conducteur global. Si bien que la Rhône se trouva emprisonné dans un lit réduit et à la première crue, d’autant plus exceptionnelle, beaucoup de digues rompirent et le fleuve se répandit dans les plaines avec une violence inouïe.

  Comme en 1840, des épisodes pluvieux importants durant tout le mois de mai 1856 saturèrent les sols et remplirent les rivières. Cet épisode se termina par des pluies océaniques exceptionnelles sur le bassin de la Saône, aggravées par 48 heures d’orages violents ininterrompus sur tout le bassin du Rhône. On comprend que de nos jours, cette  crue soit considérée comme centennale jusqu’à Lyon et plus que centennale au sud de Valence.

   Toutefois, les hauteurs d’eau de 1856 restèrent inférieures à celles de 1840. A l’échelle du Pont Sant-Bénezet par exemple, l’eau atteignit 8,45 mètres en 1840 contre 7,83 mètres en 1856.

  En ce qui concerne Ancone, le village fut inondé comme en 1840. Ce furent les digues au niveau du château des Roches  qui rompirent et l’eau prit le village « à rebours ».  Malheureusement, pas de curé pour nous raconter cela en détail comme 16 ans avant.

  C’est dans la presse qu’on va avoir quelques précisions sur le déroulement de cette catastrophe dans le quotidien:

extraits2 (1)

Tout d’abord dans la feuille du 31 mai 1856, il fait état de…

Version 3

la destruction du Pont de Rochemaure, emporté par le fleuve.

Le même jour, une dépêche de Montélimar nous apprend que le sous-préfet et le maire de Montélimar, Fleury-Bith ont rendu visite au village…

Version 2

pour y amener du ravitaillement. La population est hors de danger. La digue des Roches a été réparée par l’armée et le niveau a un peu baissé… information erronée car, à cette date, le Rhône est à la hausse de partout et pour un moment encore. D’autres articles de ce journal le prouvent.

Trois jours après, le journal du 02-03 juin 1856 revient sur l’épisode dramatique de la destruction du pont de Rochemaure-Ancone que le journaliste place dans la Drôme (il l’est pour un peu plus de la moitié).

 Version 4

Ce sont les culées du pont qui se sont effondrées, entraînant la chute du tablier dans le fleuve. C’est là que se joua le drame : le maire de Rochemaure, M. Privat s’y trouvait et fut emporté par les flots. Ce dernier était aussi le plus fort actionnaire du pont, dit la presse. A l ‘époque, le droit de passage rapportait de l’argent à ceux qui avaient financé sa construction et s’occupaient de collecter l’octroi. Comme Vinci de nos jours !

On lira dans des journaux des jours suivants, des hommages à M. Privat et un démenti aux rumeurs qui voulaient qu’une autre personne, son premier adjoint, ait été emportée elle aussi par les flots en furie.

L’Empereur Napoléon III vint visiter les régions sinistrées, se déplaçant par train de Lyon à Tarascon, le fameux PLM. Il fit une halte à Valence et une autre à Montélimar.

Dans le numéro du 6 juin 1856 , on peut lire :

Version 5

L’Empereur n’est pas venu les mains vides mais avec 4 000 francs pour les sinistrés. On peut penser que le village d’Ancone, un des plus touchés de la région en reçut une bonne partie.

D’autres remarques après la lecture des journaux sur cette séquence dramatique :

  • Toutes les communications entre Drôme et Ardèche furent interrompues pendant plus de 10 jours. Il semble que seul le pont du Tain-Tournon résista aux flots en furie. Outre celui de Rochemaure, les ponts de Viviers, Donzère, Le Pouzin furent détruits. Ceux du Teil et de Valence restèrent longtemps inaccessibles car cernés par les eaux.
  • Si Ancone connut des problèmes semblables à ceux de 1840, La Palud aux confins de la Drôme et du Vaucluse vécut une véritable tragédie. Le Courrier parle de 150 maisons détruites, un village quasiment rayé de la carte.
  • Le bilan humain de cette inondation fut très lourd. A un moment, le Courrier parle de plus de 300 morts à Lyon. Les bêtes aussi payèrent un lourd tribut. Un journaliste raconte qu’on voyait passer des chevaux, vaches, porcs dans les flots, à Valence .

L’inondation dura moins de temps qu’en 1840 et l’eau se retira en 1 semaine environ. Vous pouvez consulter en ouvrant ce document, la courbe de la montée et de la descente des eaux à partir des relevés enregistrés au Pont Saint-Bénezet.

GRAPHIQUE DE LA MONTÉE DES EAUX DE LA CRUE DE 1856 EN AVIGNON

A suivre:

Ancone et le Rhône, une cohabitation difficile: les repères de crue, ces témoins discrets de notre histoire. (5/7)

d’après les documents présentées lors des Journées du Patrimoine en septembre 2015.

Poster un commentaire

Classé dans Recherche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.