114 POILUS de CADEROUSSE, 114 DESTINS… les trois frères PÉCOUL (article généalogie).

114 POILUS de CADEROUSSE, 114 DESTINS… les trois frères PÉCOUL (article généalogie).

114 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 114 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Soixante-treizième, soixante-quatorzième et soixante-quinzième noms de la liste: les frères PÉCOUL.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

Quatre Pécoul inscrits sur le monument de Caderousse et donc trois frères, Louis Edouard, Fernand Gonzague et Gabriel Marius dans l’ordre de naissance. Comme la fratrie ne comprenait que cinq enfants, on peut dire que cette famille a été décimée par la Grande Guerre. L’Armée française renvoya-t-elle dans son foyer le quatrième garçon Joseph Pierre à l’instar du soldat Ryan ? Je ne le pense pas.

Cette famille Pécoul vécut dans le drame permanent même avant la guerre puisque le père, Louis Gonzague Pécoul eut la douleur de perdre ses deux premières épouses (les mères des Poilus) avant de voir partir ses trois garçons ! Voyons ceci depuis le début !

Louis Gonzague est né à Caderousse le 27 juillet 1853 et s’est marié une première fois au village avec Honorine Simon le 12 janvier 1882, une jeune femme de presque vingt-trois ans. Ils s’installent quai du Rhône, appellation géographique que j’ai découvert par l’occasion. Vont naître alors Louis Edouard, le premier Poilu MPLF quelques mois après le mariage, le 09 décembre 1882,  et Joseph Pierre, le rescapé de la Grande Guerre, le 21 juin 1884.

Honorine va s’éteindre à l’âge de vingt-cinq ans le 08 septembre 1885. Fin du premier acte de ce drame !

Deux ans plus tard, le 03 août 1887, Louis Gonzague se remarie avec une autre fille du village, Caroline Léonie Roche. Il a alors trente-quatre ans et Caroline vingt-quatre. L’union se déroule à Caderousse devant le Maire et Officier de l’Etat-Civil Adrien Bastides et de celle-ci vont naître trois enfants: Marie Paulia le 10 mars 1890, Fernand Gonzague le second MPLF le 17 novembre 1893 et Gabriel Marius, le troisième Poilu le 09 juin 1895. On retrouve la famille au complet quartier Salarié en 1896.

Pas pour longtemps car deux ans plus tard, Caroline disparaît le 08 septembre 1898 à l’âge de trente cinq ans. Fin du second acte !

Louis va se marier un troisième fois, le 19 janvier 1901. Pour élever ses cinq enfants et tenir la grange, la présence d’une épouse lui était indispensable. Il va aller chercher sa troisième épouse dans le sud-Drôme, à Rochegude. Le mariage est célébré dans ce village et Rosalie Marie Clémentine Grosson devient, à l’âge de trente-cinq ans, Madame Pécoul. On est alors le 19 janvier 1901.

La famille Pécoul en 1901, quartier Salarié. 

Aucun enfant ne naîtra de cette union. Quelque temps plus tard, l’aîné de la fratrie part faire son armée. Ajourné dans un premier temps pour faiblesse en 1903, il est classé ‘ »bon pour le service » en 1904 et rejoint finalement le 58ème R.I. d’Avignon le 16 novembre 1904. Il va servir la France pendant deux ans, jusqu’au 18 septembre 1906.
Dernière scène du troisième acte, Fernand Gonzague est appelé à son tour, le 27 novembre 1913 au 19ème Régiment d’Artillerie de Nîmes. Il sera aux premières loges quand la guerre va éclater, cela lui sera fatal !…

A suivre: Fernand Gonzague Pécoul (partie militaire).

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s