117 POILUS de CADEROUSSE, 117 DESTINS… Gabriel VIVET.

117 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 117 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cent-dix-septième Poilu: Gabriel François VIVET.

Quatrième face du Monument aux Morts.

La famille Vivet tout comme la famille Arnoux, patronyme de la mère de Gabriel est incontestablement caderoussienne. Pourtant, Gabriel François Vivet va venir au monde à Lapalud, un village au bord du Rhône à une vingtaine de kilomètres au nord de Caderousse, à la limite de la Drôme, le 11 février 1888. La raison en est économique. Le père de Gabriel, Joseph Isidore, né en 1860, alla travailler après son service militaire à Lapalud, l’autre capitale du balai. En 1885, il fut embauché par un certain Guérin, patron d’une fabrique, pour continuer d’exercer le métier qu’il avait appris à Caderousse à la sortie de l’école. Il se maria deux ans après avec Rose Marguerite Arnoux à Caderousse, le 15 février 1887 et Gabriel arriva l’année suivante.

Gabriel allait être l’aîné d’une fratrie de six enfants, quatre garçons et deux filles. Après Gabriel, vint Marie Ambrosine, né en 1890. Cette dernière et les quatre enfants qui suivirent naquirent tous à Caderousse, rue de l’hôpital, le couple Joseph Isidore-Rose Joséphine ayant regagné Caderousse avant 1891 comme l’atteste le recensement effectué cette année-là.

Marie Ambrosine ne vécut qu’un peu moins de sept ans et décéda en 1897. Entre temps, deux autres enfants étaient arrivés: Lucien Victor en 1893 et Juliette Rose Désirée en 1895. Lucien fut gravement blessé à la guerre et souffrit de paralysie des membres du côté gauche. Il faut dire, qu’en plus d’avoir subi cette grave blessure près de Sarrebourg le 18 août 14, il allait passer quatre années de captivité au camp de Grafenwökr en Bavière, jusqu’à sa libération, le 10 décembre 1918.

Puis vinrent au monde Adrien Innocent né en 1898 qui se distingua sur le front par son courage en tant qu’agent de liaison lors de l’offensive finale de novembre 1918 au point de recevoir une citation et Clovis Léon, né en 1902 qui échappa donc à la grande boucherie.

La famille en 1901, Clovis n’est pas encore arrivé.

Il semblerait que Gabriel n’ait pas suivi les traces de son père et de ses frères comme ouvrier baletier mais qu’il embrassa la profession de coiffeur. Au moment du Conseil de Révision qu’il effectua toutefois en Avignon, en 1908, il travaillait à Paris et résidait dans le quartier de la Goutte d’Or, au pied de la colline de Montmartre.

Son service militaire, Gabriel l’effectua au 44ème Régiment d’Infanterie d’Epinal du 07 octobre 1909 au 24 septembre 1911. Muni de son Certificat de Bonne Conduite, il retourna à la Goutte d’Or avant un bref séjour à Accueil puis Cachan, chez Robichon. Retour à Caderousse en 1912… deux ans avant le début de la Grande Guerre.

Gabriel fut rappelé au 58ème Régiment d’Infanterie d’Avignon. Il réussit à passer sans dommage à travers les balles et les éclats d’obus jusqu’à ce terrible lundi 15 juillet 1918, premier jour de la dernière attaque allemande de la Grande Guerre, sur la Marne. Depuis le 18 juin 1918, Gabriel sert au 273ème Régiment d’Infanterie après avoir été soldat durant cinq mois au 3ème Régiment d’Infanterie Coloniale.

Le 15 juillet 1918, ce régiment est aux premières loges pour subir le bombardement de préparation allemand. Terrible moment dans les tranchées sous ce tir de barrage et sous le contre tir de l’artillerie française.

Le journal de marche du 273ème R.I. raconte en détail ces terribles heures passées par les hommes dans la nuit chaude de juillet.

A minuit 5, le début du bombardement d’artillerie allemand.

Un bombardement d’une grande violence.

Baisse du bombardement sur les arrières mais toujours violent sur les premières lignes. L’enfer !

Plus aucunes liaisons téléphoniques….

…on envoie des coureurs à pied, des missions très périlleuses.

Le début de l’attaque terrestre.

Le lieutenant-colonel Boizard, commandant du 273ème R.I. est tué sur le coup par un éclat d’obus. Ce ne sera pas le seul gradé mis hors-de-combat car lors du décompte humain de cette journée du 15 juillet, le régiment perdit trente-huit officiers: trois tués, cinq blessés et trente disparus !

Des « débris » (terme officiel pour dire qu’une unité  perdu la majorité de ses hommes) du 273ème RI continuent ici et là !

Ce jour-là, le 273ème de ligne perdit 1 213 hommes dont seulement neuf tués. Mais on peut penser que nombre des 1 165 disparus devinrent des MPF. Gabriel Vivet en faisait partie, tué à l’ennemi à Soilly, Marne. Ce 15 juillet 1918, il était âgé de 30 ans et 5 mois.

Fiche matricule de Gabriel François Vivet de Mémoire des Hommes.

Gabriel François Vivet matricule 1519 de la classe 1908, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaiteraient aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Vivet est un patronyme encore présent dans le Vaucluse et principalement à Orange. Si un descendant indirect de Gabriel François reconnaît en lui son ancêtre  qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter ou modifier cette petite biographie.

A suivre… Marius Millet.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.