Archives quotidiennes : 14/03/2016

Une BORNE SEIGNEURIALE entre ORANGE et CADEROUSSE

  Une borne seigneuriale, c’est un petit bloc de pierre, ici de 1,05 mètre de haut, 37 cm de large et 25 cm d’épaisseur qui a pour vocation de séparer 2 seigneuries. C’est le bornage du temps jadis… car celle-ci date de 1302 suivant le rédacteur de l’article: Paul Marquion.

 Paul Marquion était originaire de Caderousse, érudit, homme de théâtre en provençal et militaire de carrière à la retraite à l’époque où il signa cet article dans le Bulletin des Amis d’Orange au 3ème trimestre 1968.

DSCN0695

 Paul Marquion, c’était aussi un copain d’enfance et de jeunesse de mon grand-père Gabriel qui pose ici à ses côtés, peu de temps après la fin de la Grande Guerre.

DSCN0703

Paul Marquion assis, mon grand-père à gauche et Antonin Roche à droite.

Paul Marquion, c’était donc la cheville ouvrière de cette revue patrimoniale orangeoise et dans les années 60, 70, il y écrivit une série d’articles sur Caderousse sous le prétexte de décrire la vie d’avant 1914. Comme il connaissait très bien celle de Caderousse pour y être né et y avoir longtemps vécu, il raconta le village de son enfance. On en reparlera.

Revenons à la borne seigneuriale. Dans cet article, Caderousse n’est pas un prétexte mais bien au centre de cet article avec cette borne délimitant jadis les seigneuries d’Orange et de Caderousse. Pas de photo comme il est de coutume dans ce Bulletin mais un dessin reproduisant les armes des seigneurs gravées de part et d’autre de la borne.

DSCN0697

D’un côté le cornet d’Orange, de l’autre les clés toujours présentes dans les armes de la ville de Caderousse.

Cette borne trouvée dans un champ fut vite déplacée dans la cour d’une ferme voisine où elle put être observée… chose complètement interdite ! les bornes seigneuriales ne pouvant en aucun cas être déplacées, sauf cas de force majeure, pour éviter leur destruction par exemple. Il en est de même pour les repères de crue.

L’article nous dit que c’est la 3ème qui était connue car cette découverte quand elle se sut, réveilla les mémoires de locaux qui indiquèrent aux membres de l’Association des Amis d’Orange, 2 autres bornes, l’une dans un champ dont les armoiries ont disparu et une autre dans un bois mieux conservée. Que sont-elles devenues presque 50 ans après ?

On sait d’après les textes qu’il existait 37 bornes. Il en restait donc 34 à découvrir en 1968. Et de nos jours ?

Voici le texte complet de cet article où vous pourrez lire toutes les recherches des Amis d’Orange en 1968…

DSCN0701

DSCN0702

DSCN0698

et une vraie borne seigneuriale dont on reparlera certainement un jour prochain…

DSCN0537

La 4ème de couverture du Bulletin des Amis d’Orange.

DSCN0696

Voici ce que vient de me préciser Jean-Paul Masse sur ces bornes seigneuriales faisant la limite Orange-Caderousse qu’il connaît  bien.

je connais bien ces bornes!!
il en existe encore une au quartier du prince doc joint
une à la maclarde a été déplacée
une aux mians a été volée
une se trouve au musée d’Orange
il faudrait que caderousse aille sauver une de ces bornes !!

avec cette image de la borne du Prince:

BORNE 1302-2

Poster un commentaire

Classé dans Revues