107 POILUS de CADEROUSSE, 107 DESTINS… BRESSET Joseph.

107 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 107 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Dix-huitième nom de la liste: Bresset Joseph Marius.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument.

Joseph Bresset était le petit dernier d’une famille de Caderousse; son père Joseph Bresset comme sa mère Augustine Fusat étaient nés au village au milieu du XIXème siècle. Son père était fabricant de balais, semble-t-il à son compte et sa mère aidait son mari dans l’entreprise. D’ailleurs, son grand frère Julien (Adrien de son premier nom officiel) travailla même dans la fabrique une fois terminée sa scolarité. Quant à sa soeur Augusta, elle n’eut guère de chance quand elle quitta la maison.

En 1896, Joseph n’a que 3 ans. Il est né 09 décembre 1892 au domicile familial, rue Saint-Michel à Caderousse. Julien et Augusta, ses aînés, sont déjà des adolescents, nés respectivement en 1881 et 1883.

Cinq ans plus tard, en 1901, la situation n’a guère changé.

Julien travaille dans l’entreprise familiale, Augusta fait de la couture pour préparer sa vie de future épouse, Joseph continue sa scolarité de laquelle il sortira avec un niveau d’instruction très correct.

Le 03 septembre 1902, Augusta se marie avec Fernand Mathon. Ce mariage ne durera pas bien longtemps, le mari décédant rapidement. Si bien qu’au recensement de 1906, la situation familiale n’a pas changé. Rue Saint-Michel, la famille est toujours au complet.

Le 21 avril 1906, Augusta se remarie avec Louis Florent Chassenet. De cette union naîtra une petite Blanche, en 1907. C’est l’année où le grand frère Julien se marie à son tour, à Nice avec Pauline Bonnety. Ils déménageront à Nevers le 27 janvier 1908, rue de la Porte du Croux. Il est fort possible que Julien ait été employé aux chemins de fer du PLM.
Tous ses changements font que les parents Bresset sont alors seuls à vivre rue Saint-Michel en 1911.

Clin d’oeil humoristique, des parents ont rajeuni d’un an entre 1906 et 1911. Marqués comme étant nés en 1855 et 1857 en 1906, cela devient 1856 et 1858 en 1911. Renseignements pris de sources sûres, c’est l’agent recenseur de 1906 qui était le plus sérieux.

Si Julien est loin de Caderousse à cette date, Joseph, âgé de 19 ans, a accompagné sa soeur et est devenu ouvrier boulanger à la Boulangerie Chassanet !

Mais une petite abréviation Vve à la dernière case ci-dessus, nous apprend qu’Augusta est à nouveau veuve. C’est elle qui tient toute seul la boutique, avec l’aide de son frère. Vraiment, pas de chance avec ses maris !

Une boulangerie située à 2 maisons de celle des Boissel, la famille de ma grand-mère paternelle, dans la rue (maintenant) Jean-Jaurés appelée par l’éditeur de cartes postales Prévost d’Avignon, route d’Orange. 

 En agrandissant les lieux,…

on voit bien la devanture d’un magasin, à l’emplacement actuel de la pharmacie Mouton. Finalement, quand ils s’installèrent juste en face, les Testud qui tiennent l’actuelle boulangerie sur l’autre trottoir, ne firent que réinventer un commerce qui existait un siècle auparavant.

Qu’allait devenir cette boulangerie quand le 31 mars 1913, Joseph était incorporé au 55ème Régiment d’Artillerie de Campagne, à Orange ? Surtout que le petit avait des envies de changer de vie puisqu’il signa immédiatement à la mairie d’Orange un engagement de 3 ans.

Quand la guerre éclata, le 3 août 1914, Joseph était sur place et c’est lui qui accueillait les réservistes, des hommes rassemblés dans les villages voisins, Jonquières, Camaret, Courthézon. Ici, le parcours du canonnier Joseph ressemble beaucoup à celui du fantassin Auguste Aubert, du 58ème R.I. d’Avignon. Dès le 7, les batteries sont embarquées sur le PLM à Orange et sont presque à pied d’oeuvre à Vézelise, terminus des trains pour les unités appelés à s’opposer aux Allemands sur la frontière lorraine créée après la défaite de 1871. C’est lors d’un combat d’artillerie en terre lorraine ennemie que Joseph Bresset fut gravement blessé le 19 août 1914 près de Lindre-Haute, à 50 kilomètres à l’est de Nancy. C’était un peu plus à l’ouest de Lagarde où succomba Auguste Aubert le 11 août 1914. Il faut dire que les artilleurs allemands étaient d’une redoutable précision. Ils étaient sur leurs terrains de manoeuvre depuis longtemps et des taubes tournant dans les airs les renseignaient efficacement. L’Allemagne avait préparé la guerre en détail, elle !

L’avancée rapide des Allemands empêcha que le blessé Joseph soit emmené vers l’arrière. Il fut donc fait prisonnier et évacué vers l’est, à Schwäbisch-Gmünd, à 50 kilomètres à l’est de Stuttgart. Son état de santé ne supporta certainement pas ce voyage terriblement long pour un grand blessé et il décéda  le  25 août 1914, en Bade-Wurtemberg.

Comme on peut le voir sur cette saisie d’écran de Google Maps, il fut inhumé primitivement par les Allemands sur son lieu de décès puis, après la guerre, transporté dans le Nécropole Nationale des Prisonniers de Guerre de Sarrebourg, en Moselle, où il repose dans la tombe individuelle 11 213.

Le jour de son décès, il n’avait pas encore 22 ans !

La fiche de Joseph Marius Bresset de Mémoire des Hommes.

Joseph Marius Bresset, matricule 717 classe 1912, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Même si ce patronyme Bresset n’apparaît guère dans le Sud-Est de la France, si un descendant indirect reconnaît cet ancêtre, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède quelques photos ou documents.

Et pour (Adrien) Julien Bresset, le grand frère de Joseph, né en 1881, donc potentiellement mobilisable en août 1914, comment se passa sa Grande Guerre ? Pas très bien, pour lui aussi ! Il avait fait une longue période militaire du 16 novembre 1902 au 23 septembre 1905 au 40ème Régiment d’Infanterie d’Allais (aujourd’hui Alès au pied des Cévennes). Il en était sorti sergent. Nivernais quand éclata la guerre, l’Armée le dispensa d’un long voyage vers le sud pour aller combattre dans le nord et il se contenta de rejoindre le 13ème R.I. de Nevers. Aux Armées (c’est-à-dire au front) le 09 février 1915 seulement, il fut assez gravement blessé par un shrapnel (obus rempli de billes qui en explosant, les projette tout autour) le 19 mars 1916, à Fresnes-sur-Woëvre, à l’est de Verdun, au moment de la grande offensive allemande. Il fut blessé au niveau du genou de la jambe gauche et le service des réformes constata une impotence fonctionnelle de la jambe gauche, raideur et extension de la jambe. Il fut donc renvoyé dans son foyer, rue Saint-Augustin à Nice, le 03 février 1917. Il décéda le 03 novembre 1924 à Ville-sur-Illon dans les Vosges. Il avait 43 ans.

A suivre: Norbert Brichet.

2 Commentaires

Classé dans CADEROUSSE, CARTES POSTALES, Recherche

2 réponses à “107 POILUS de CADEROUSSE, 107 DESTINS… BRESSET Joseph.

  1. Didier BRESSET

    un grand merci pour cette enquête temporelle. mes ancêtres ne sont pas de cette branche ( juste de celle d’à coté ) Véran, frère de Joseph père mais ça fait toujours plaisir qu’on parle de la famille. continuez !!!

    • Bonsoir, merci pour vos encouragements. J’espère avoir été assez juste pour cette biographie de votre petit-cousin qui date du début de mes recherches, il y a plus d’un an. J’y vois plus clair maintenant et du 11 et 29 août 14 moururent 16 Caderoussiens/128 soit 12,5% des MPF du village pour 1,2% du temps de la guerre ! Une hécatombe ! Cordialement, Michel Guérin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.