Archives quotidiennes : 28/03/2018

114 POILUS de CADEROUSSE, 114 DESTINS… Justin MIAILLE.

114 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 114 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Soixante-quatrième nom de la liste: Justin Paul MIAILLE.

 

La troisième face du Monument aux Morts.

Justin Paul Miaille est né à Caderousse le 10 septembre 1886. C’est le fils de deux enfants de Caderousse, Paul Justin Miaille né au village en 1861 et d’Amélie (sur l’acte de naissance) ou plutôt Emilie (sur tous les autres documents) Mansi née en 1864. Ils se sont unis le 13 juin 1885 et Justin est arrivé quelques mois après, rue Saint-Michel.

Le père est ouvrier baletier dans sa jeunesse et jusqu’en 1890 puis il monte dans l’échelle sociale en devenant économe de l’hospice en 1892 où il va obtenir un logement de fonction. C’est là que l’on retrouve la famille en 1901.

La famille Miaille au recensement de 1901.

On constate que Justin n’est plus au foyer mais on le retrouve quelques pages plus loin domestique chez un paysan, Noël Raymond. Son père devait souhaiter qu’il passe à la partie pratique des apprentissages après une partie scolaire pas complètement bien maîtrisée pour Justin !

Justin Miaille au recensement de 1901.

La fratrie des enfants Miaille.

Cinq enfants sont arrivés au foyer Miaille-Mansi et tous vivront jusqu’à l’âge adulte ce qui n’était pas une évidence à l’époque. Justin est donc l’aîné. Deux ans plus tard est née Marie Emilia (la juste combinaison entre Amélie et Emilie !) qui vivra jusqu’en 1970. Suivrons deux garçons Marius Gabriel de 1890 et Joseph Victor de 1892. On évoquera plus loin leurs parcours militaires diamétralement opposés qui impacteront leurs vies privées. Enfin, petite dernière, Joséphine Victorine née en 1896 qui connaîtra aussi les années 70 du XXème siècle.

Du 7 octobre 1907 au 25 septembre 1909, Justin aura le plaisir de découvrir Besançon et le 60ème Régiment d’Infanterie.  Deux ans de classes puis un retour à Caderousse pour s’installer… à l’hospice chez ses parents. C’est ce que nous apprend le recensement de 1911.

La famille Miaille au recensement de 1911.

Justin va être rappelé par la France à l’armée le 4 août 1914. Il va se retrouver au 258ème Régiment d’Infanterie, la réserve du 58ème R.I. d’Avignon. La suite de l’histoire va être très rapide puisque Justin disparaîtra le 26 septembre 1914, moins de deux mois après son rappel ! Le destin de Justin est en tout point similaire à celui d’autres Caderoussier incorporés au 258ème R.I.: Eugène Cambe disparu entre le 20-27 septembre 1914 à Saint-Mihiel, Paul Julien tué le 20 septembre à Vigneulles-lès-Hattonchatel à deux pas de Saint-Mihiel et Henri Lazard, mort en captivité à Grafenwöhr le 04 octobre 1914 après avoir été gravement blessé vers Saint-Mihiel le 26 septembre.

L’avancée allemande dans ce secteur de la Meuse bouscule les troupes françaises qui doivent refluer en laissant beaucoup de morts, blessés et disparus sur le terrain. Ainsi sera créé pour quatre ans le saillant de Saint-Mihiel sur lequel les tentatives françaises pour le gommer seront vaines. Quatre Caderoussiers en l’état de nos recherches y ont perdu la vie. Justin Paul Miaille, disparu le 26 septembre à Saint-Mihiel, avait alors un peu plus de 28 ans.

La fiche matricule de Justin Paul Miaille de Mémoire des Hommes.

Justin Paul Miaille, matricule 317 de la classe 1906, bureau de recrutement d’Avignon, pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Certes le patronyme Miaille n’est guère usité en Vaucluse. Mais si quelqu’un reconnaît en Justin Paul un ascendant indirect, qu’il n’hésite pas à se manifester pour compléter cette petite biographie.

A suivre: Félix Marius Millet.

Quelques mots sur les parcours diamétralement opposés de Marius et Joseph Miaille.

Marius Gabriel Miaille (matricule 1489 classe 1910- Avignon) sera réformé en 1911 à cause d’un pied bot. A la guerre, il n’ira pas mais sera affecté à la 15ème section d’infirmiers militaires à Marseille- Sainte-Marguerite. Il trouvera l’amour en la personne de Joséphine Guglieri qu’il épousera à Marseille le 10 septembre 1918.

A l’inverse, Joseph Victor Miaille (matricule 758 classe 1912- Avignon) fera des armes son métier. Engagé volontaire et devançant l’appel en 1910, il sera promu sous-lieutenant dans les tranchées. Blessé en trois occasions et cité de nombreuses fois, il se verra élevé au grade de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur. Promu capitaine, il continuera sa carrière militaire à Dijon dans les Dragons et il épousera une fille du cru, Juliette Joséphine Massoz. Encore actif en 1940, il sera blessé le 18 mai lors de l’offensive allemande.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE