Fin mars 2014: Visite du CAMP des MILLES

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Cette photographie prise à Hambourg le 13 juin 1936 est le symbole du Camp de Concentration des Milles, proche d’Aix-en-Provence. Cette foule de travailleurs de l’arsenal Blohm & Voss assistent à l’inauguration d’un vaisseau de guerre de la Marine allemande, le Horst Wessel en présence du Fürher. Un seul homme refuse d’effectuer le salut nazi, il s’agit d’August Landmesser. Il sera détenu pour être marié une femme juive et sera tué en février 1944 dans les rangs de la Wehrmacht quand l’armée allemande qui avait besoin d’hommes était moins regardante (une autre version le fait mourir de mort naturelle en 1949).

Le Camp des Milles est le seul camp de concentration français laissé intact après la guerre. Le fait qu’il soit ouvert dans des locaux industriels réquisitionnés par les gouvernements (une tuilerie) et que l’activité économique reprit immédiatement après la Libération pour la reconstruction de la France le sauva de la destruction. Elle aurait pu survenir après la fermeture de la tuilerie dans les années 80 mais les associations mémorielles qui se mirent d’accord avec le groupe Lafarge oeuvrèrent pour permettre la conservation du site jusqu’à l’ouverture récente des locaux aux publics en 2009 et l’inauguration officielle par Jean-Marc Eyraud en septembre 2012.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce camp de concentration ouvrit au début de la guerre en septembre 1939. C’est bien la République qui fut l’auteure de cette ignominie. Sous la responsabilité des militaires, on y enferma les nombreux étrangers réfugiés en France ayant fui les dictatures fascistes de leurs pays: allemands, italiens, bulgares, roumains… On les soupçonnait d’une possible intelligence avec les ennemis allemands et italiens, alors que ces hommes et femmes combattaient les gouvernements de ces pays. Une logique toute militaire éloignée de la réalité! D’ailleurs les premiers arrivants crurent qu’ils étaient là pour peu de temps. Ils se trompaient lourdement.

Parmi ces personnes se trouvaient de nombreux intellectuels et artistes. Le plus connu est Max Ernst. On retrouve à divers endroits des signes de cette présence artistique et culturelle: la salle de restaurant des gardiens dont les peintures réalisés par des artistes détenus sur les 4 murs ont été gardées (et furent le premier motif de conservation du site), le cabaret dans des anciens fours où avaient lieu de spectacles (das Kabarett), des couloirs destinés à accueillir des cours et des conférences…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Après la débâcle de juin 1940, la chute de la République et l’instauration du régime de Vichy, les nouvelles autorités gardèrent le camp et le firent passer sous le responsabilité de la Police. Aux premiers occupants vinrent s’ajouter les opposants au régime et dès que les lois raciales contre les Juifs furent votées, les premiers Israélites arrivèrent. Très vite, le camp devint l’antichambre de Drancy, lui-même dernière étape avant Auschwitz. Des milliers de Juifs furent parqués aux Milles puis partaient par l’ancienne voie de chemin de fer de la tuilerie distante du camp de quelques centaine de mètres.

SAMSUNG CAMERA PICTURESSAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce furent les Allemands qui fermèrent le camp des Milles après l’invasion de la Zone Libre le 11 novembre 1942.

Les conditions de vie dans les bâtiments étaient très difficiles en toutes saisons: chaleur excessive en été et froid rigoureux en hiver. En effet les bâtiments étaient conçus pour être très aérés et peu isolés de par leur ancienne fonction. De plus la poussière (qui a disparu pour les visiteurs de nos jours) était omniprésente à l’époque (plusieurs centimètres-jusqu’à 15, sur tous les sols) et les occupants vivaient dans une atmosphère poussièreuse. Les locaux éclairés artificiellement de nos jours étaient sombres et les commodités quasi absentes (quelques douches et quelques wc pour plusieurs milliers de personnes, après aménagement car au début, il n’y avait qu’un point d’eau). Des épidémies entraînant de nombreux décès décimèrent les rangs des prisonniers.

Dans les locaux actuels, en plus du parcours mémoriel et des marqueurs historiques, l’Association gérant l’ancien camp des Milles a décidé de mettre en place un volet destiné à ce que les visiteurs puissent réfléchir sur les mécanismes ayant entraîné les 4 grands génocides reconnus par l’ONU: la Shoah, le Génocide arménien, le Génocide des Tutsi au Rwanda, les crimes de guerre génocidaires perpétrés en ex-Yougoslavie. Dans les 4 cas, on s’aperçoit que le mécanisme est toujours le même: crise économique, dénonciation par des groupes politiques de bouc-émissaires causes de leurs problèmes, xénophobie, provocations organisées, mise en place de milices de protection (en inversant les valeurs, l’agresseur se disant agressé) et finalement organisations de la discrimination puis de l’élimination des minorités dénoncées avec l’assentiment de personnes que rien ne prédestinaient à devenir des bourreaux.

D’où le choix de la photo-symbole du camp des Milles.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

2 Commentaires

Classé dans Evénements

2 réponses à “Fin mars 2014: Visite du CAMP des MILLES

  1. 1011

    N’oublions pas les camps français premier jalon vers les camps nazis !

    Plasticienne engagée, j’ai réalisé une série de dessins intitulée « Enfant de parents» sur la présence des camps en France pendant la seconde guerre mondiale. C’est un sujet totalement méconnu, voire occulté par les français en général. C’est grâce notamment aux collections philatéliques que j’ai pu trouver des enveloppes avec l’ adresse des camps pour cette réalisation.

    Une partie de cette série fut exposée en 2017 et j’espérerais cette exposition dans un lieu de mémoire.

    A découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/enfant-de-parents.html

  2. Helian

    Pour en revenir au conditions de vie au camp des milles, le bâtiment avait été construit en briques. C’est pour cela qu’il y avait aussi beaucoup de poussières, mais surtout, quand les internés mangeaient, ils avaient de temps en temps des marceaux de briques dans le leurs soupes, ce qui croquait sous la dent. Et ils dormaient sur des briques avec une couverture couverte d’excréments. Les conditions de vie étaient très graves !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.