Archives quotidiennes : 30/08/2014

NOUGAT de MONTÉLIMAR: une borne de la RN7 qui a une histoire (de famille)

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Une borne de la célèbre Route Nationale 7, boîte de Nougat de Montélimar du confiseur Les trois abeilles, tout en carton et papiers qui a donc toute sa place dans unmondedepapiers

Celle-ci ne doit jamais avoir contenu de friandise puisque c’est une des boîtes qu’assemblait ma mère dans les années 60, en marge de son travail à la poste d’Espeluche (Drôme), dans un travail à domicile procuré par le cartonnage Bes de Grignan.

L’usine livrait des plaques de cartons et de papiers, la colle et revenait quelques temps après chercher le produit fini, prêt à être livrés aux clients. Le travail de confection de ces bornes était long et nécessitait de nombreuses opérations pour arriver à l’objet fini. L’unité de comptage des boîtes produites était la grosse. Cette unité ancienne correspondait à douze douzaines (144) mais la grosse de cette société était de 150 unités (devinez à qui cela profitait?).

Aussi regardons cette rescapée sous toutes ses coutures

SAMSUNG CAMERA PICTURES

avec le tiroir

SAMSUNG CAMERA PICTURESSAMSUNG CAMERA PICTURES

les côtés avec les distances séparant Montélimar de villes importantes

SAMSUNG CAMERA PICTURES

la carte routière du sud-est

Quelquefois les bornes étaient plus petites et c’est le couvercle (la partie rouge) qui s’enlevait.

L’usine demandait parfois d’autres travaux dans d’autres secteurs d’activités (la pharmacie, les parfums ), des pliages sans colle ou des morceaux de confection plus minutieuses donnés comme travail à la maison dans un processus industriel de fabrication.

Mais incontestablement, c’est la fabrication de ces boîtes qui demandaient le plus de manipulations et offrait un salaire d’appoint à ma famille… et une petite retraite aujourd’hui…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Il faut préciser que le nougat de Montélimar connut son heure de gloire avec dans un premier temps avec l’arrivée du train, le célèbre PLM (année 1856) en ville. Les confiseurs étaient d’ailleurs au début situés dans le secteur de la gare.

Ensuite, ce fut l’aubaine pour eux quand le maire de la ville Emile Loubet devint Président de la République (1899-1906) et en même temps un super-VRP du nougat.

Nouvelle chance, avec les congés payés en 1936 et l’attrait du soleil et de la Côte d’Azur pour les Français puis les Européens du Nord et… le passage de la RN7 dans la ville, doublé du célèbre bouchon qui incitait les gens à s’octroyer quelques plaisirs sucrés. Le maire Maurice Pic freina d’ailleurs des 4 fers contre l’arrivée de l’Autoroute… ce qui eut pour conséquence  de retarder le projet mais en contre-partie de placer les péages loin de la ville (15km au nord, 8km au sud). Le nougat de Montélimar faillit ne pas y survivre mais après quelques disparitions de marques et regroupements, ce secteur d’activité semble avoir repris sa marche en avant.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(dessin au mur du Musée Arnaud Soubeyrand de Montélimar, résumant les propos ci-dessus)

Quant au nougat Les 3 Abeilles, il existe toujours de nos jours avec un magasin-usine situé au 85 avenue Jean Jaurés à Montélimar, dirigé par Gilles Tolozanot. Le mieux est d’aller faire un tour sur le site de cette société qui fait partie du patrimoine artisanal et gastronomique régional: http://www.3ab.fr La petite borne est toujours proposée à la clientèle, toujours produite par les cartonnages Bès.

Poster un commentaire

Classé dans ORIGINAL!