Archives de Tag: marche

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du mardi 16 novembre 1937.

A partir de novembre, le cyclisme se fait essentiellement dans les sous-bois pour des cyclo-cross ou en intérieur, sur la piste du Vel d’Hiv. Ici, il s’agit du bois de Clamart où se déroule le cross cyclo-pédestre du Prix Grimault. Cette course sera remportée par Saunier qui parcourra les 15km en 34’33 ».

Au Vel d’Hiv, s’est couru un match France-Allemagne de demi-fond…

…largement remporté par les Allemands qui dominent cette discipline.

Autre course très originale celle-là, le championnat annuel de triporteurs qui est parti de la Porte Maillot à Paris.

Une course de 39 km que va remporter Lucien Legrand en 1 h 11′ et 44″…

…ce qui le remplit de joie et le fait planer de bonheur.

Autre sport de saison, la marche avec le Grand Prix de l’Armistice couru le jeudi 11 novembre.

Il s’agit d’une épreuve de longue haleine, longue de plus de 70km. A cette course participent des anciens combattants de la Grande Guerre partis avec 30 minutes d’avance sur les plus jeunes participants.

Le vainqueur scratch sera l’ancien combattant Georges Thriller  âgé de plus de 40 ans et qui a été blessé au genou pendant la Grande Guerre.

Mais le vainqueur au temps réel est Florimond Cornet arrivé second qui bat le record de l’épreuve.

Sports collectifs maintenant.

Football. Il y a eu deux journées de championnat de France, le jeudi 11 novembre puis le dimanche 14. Voici les résultats:

L’O.M. à domicile l’a remporté 1-0 face au Red Star.

Une grande photo de ce match au stade-vélodrome où l’on reconnaît trois attaquants marseillais : Aznar debout à gauche, Zatelli au sol et Kohut derrière lui.

La journée du dimanche et un nouveau match pour l’O.M. à domicile contre Valenciennes:

Match nul 1-1. Au classement, Marseille est 4ème avec 14 points à 6 points du leader Sochaux mais à 2 des seconds ex-aequo Rouen et Sète.

Rugby. Une journée de challenge Du Manoir…

Une vue du match Racing-Montferrand remporté par les Auvergnats 6-12 à Jean-Bouin.

Jeu à XIII. Egalement une journée de championnat et…

…la belle victoire de Roanne à Paris, sur le stade de Courbevoie par 49 à 2.

A la mi-temps, les Roannais se concertent à l’heure des citrons, comme on disait à l’époque.

Pour terminer, l’aviation sportive et un bel oiseau allemand…

…un Messerschmidt ME 109 avec un moteur de 1100 cv qui atteint la vitesse de 611,002 km/h.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 22 juin 1937

Cette semaine, à la une, le 12ème Paris-Strasbourg à la marche. Il s’agit d’une épreuve pédestre d’endurance de longue distance: 533km. Le vainqueur l’Alsacien Ernest Romens les a parcouru en 74 heures 1′ et 40″. Quelle volonté !

Sur l’image ci-dessus, il traverse Baccarat et il lui reste 115 km à parcourir. Tout simplement.

Cette compétition tiendra autant de place dans ce numéro de Miroir des Sports que le Championnat de France de cyclisme dans celui de la semaine dernière.

Pour preuve.

12 vues de la course. On s’perçoit que les certains spectateurs deviennent des suiveurs et accompagnent l’athlète dans l’effort sans qu’on considère qu’ils faussent la compétition.

L’arrivée victorieuse d’Ernest Romens à Strasbourg.

La foule considérable qui attend le vainqueur sur la place Kléber de Strasbourg en attendant sous les parapluies qu’il se fasse ovationner d’un balcon d’un immeuble.

Les performances d’Ernest Romens les années précédentes. Il avait déjà triomphé à Strasbourg en 1933 et 1935 et était monté sur le podium 6 autres fois dans les 10 années précédentes. Un crack !

1937 sera la dernière année où l’épreuve sera organisée sous cette forme. Après guerre, elle renaîtra sous une forme plus humaine, avec des étapes imposées et dans le sens Strasbourg-Paris. Mais la circulation automobile posera désormais des problèmes d’utilisation du domaine public par la course. Elle deviendra Paris-Colmar en 1981 puis Paris-Ribauvillé en 2015. Cela reste tout de même une épreuve « inhumaine ».

Les autres sujets du magazine.

Le nouveau Stade-Vélodrome vient d’être inauguré, boulevard Michelet à Marseille. Il a vu la victoire 2-1 de l’Olympique de Marseille sur le Torino. On le devine bien rempli de spectateurs pour cette inauguration internationale.

Une autre vue des infrastructures temporaires construites pour l’Exposition Internationale de Paris 1937. Ce coup-ci, pas de traction humaine des embarcations pour cette compétition nautique à moteur organisée par le « Yacht Moteur Club de France » à l’occasion de l’Exposition.

Une belle harmonie visuelle lors de cette démonstration gymnique à l’occasion de la fête annuelle du Fémina Sport, au stade Elisabeth de la Porte d’Orléans à Paris.

Pour terminer les sélectionnés de l’Equipe de France qui participeront au futur Tour de France sont présentés au Parc des Princes.

Ce seront Thiétard, Archambaud, Le Grévès, Cloarec (qui a obtenu sa sélection), Gamard, Speicher, Marcaillou et Tanneveau. Manquent à l’appel pour cause de compétition dans le Sud; Lapébie et Choque.
Leurs alter ego de la sélection belge pour le Tour, emmenés par le vainqueur 1936 Sylvère Maes.

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 19 mai 1937

La saison du cyclisme sur Route bat son plein et les coursiers sont à la quête d’une place en équipe nationale pour le Tour de France qui va s’élancer de Paris le mois prochain. C’est le cas de Pierre Cloarec vainqueur de Paris-Saint-Etienne cycliste, une course à étapes aujourd’hui disparue.

Le Miroir des Sports consacre une demi-page au Giro d’Italia qui vient de démarrer.

Des vues de La Spézia et de Pise. Bartali est en tête au classement général.

Le football termine sa saison avec la 30ème et dernière journée.

Le titre insiste sur la défaite de l’O.M. à Lille face à l’O.L. 2-1 et explique que le champion n’a pas été à la hauteur de ce qu’on aurait pu espérer d’une équipe de ce rang.

Un O.M. qui semblait au complet pour ce match. Une vue de la partie:

On y voit l’ailier lillois Vandoren poursuivi par le Marseillais Granier. C’est Weisskopf qui avait marqué le but marseillais.

Les résultats de la 30ème journée:

et le classement (presque final puisqu’il reste un match en retard O.M.-Sochaux à jouer.

Sochaux peut encore rattraper l’O.M. en cas de victoire à Marseille la semaine prochaine mais ne pourra le dépasser car le goal-average des Marseillais est inaccessible pour les Sochaliens.

Des épreuves originales pour compléter ce court tour d’horizon sportif:

Après les tandems mixtes cyclistes d’il y a 15 jours, une course en sac par duo pour le moins originale et qui dut engendrer quelques fous rires.

Une vue du Bol d’Or de Paris à la marche organisé par Le Petit Parisien sur la butte Montmartre.

Une marée humaine s’est donnée rendez-vous sur les pentes de la colline pour encourager ces courageux sportifs. Le Bol d’Or se déroule par équipes de 4 se relayant pendant 24 heures. C’est l’U.S. Aulnay qui remporta l’épreuve.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 36: LE MIROIR DES SPORTS du 17 novembre 1936

Le Miroir des Sports du 17 novembre 1936 avec une couverture consacrée aux rencontres internationales de football entre régions française et adversaires étrangers.

dscn9289

Ci-dessus, les échanges de fanions avant l’opposition Paris-Budapest remportée par Paris après un match dur, heurté, sévère mais passionnant achevé sur un score de 2 à 1 pour la sélection française. Une Champion’s Ligue avant l’heure !

dscn9295

La page des résultats avec une photo de l’opposition…

dscn9294

Sud-Est-Belgrade au stade de l’Huveaune à Marseille terminée sur le score de 4-5.

Mais il y eut tout de même une journée de première division qui vit la victoire du second Strasbourg contre le leader lillois (l’OL) 2-1. La foule était venue en masse à la Meineau…

dscn9299

pour assister à la prise de pouvoir des Alsaciens 2-1.

dscn9293

De son côté, l’O.M. restait dans le coup à 6 points du nouveau leader en disposant de Cannes à l’Huveaune 2-0.

Un sport alors médiatisé et fort populaire: la marche.

dscn9292

Pas moins de 7 photos pour illustrer ce Grand Prix de l’Armistice remporté par Cornet autour de Paris. Le vainqueur ayant avancé à la moyenne de 10,620 km/h pendant 8h 5’et 8″. La course devait donc faire un peu plus de 80km. On comprend qu’il semblait vaciller sur la ligne ! A noter cette foule de cyclistes accompagnant les concurrents dans leur longue chevauchée.

En rugby, dimanche consacré au Challenge Yves du Manoir, du nom de ce rugbyman mort dans un accident d’avion en 1928.

dscn9290

Quelques vues de rencontres parisiennes…

dscn9291

…et le classement de cette compétition.

Le Challenge du Manoir fut longtemps l’officieuse coupe de France de rugby avant de prendre de plein fouet le choc du passage du rugby au professionnalisme. Il devint Coupe de France en 1997, Coupe de la Ligue en 2001, Challenge Sud-Radio en 2003 pour être depuis 2004 le Tournoi National des Ecoles de rugby.

Pour terminer, du cyclisme en automne quand les courses sur route sont arrêtées.

dscn9296

Cyclisme sur piste avec une opposition Richard-Olma, entre nouvel et ancien détenteur du Record de l’Heure.

dscn9298

Cyclo-cross ou vélo dans les sous-bois.

dscn9297

Folklorique course de triporteurs, eux aussi accompagné d’une foule de cyclos.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Le (petit) KIOSQUE DE PRESSE de l’été 36: Le MIROIR DES SPORTS du 15 septembre 1936

La revue sportive du mardi, Le Miroir des Sports, qui n’est rien d’autre que le descendant du Miroir que nous présentons toutes les semaines depuis 2 ans avec la narration « officielle » de la Première Guerre Mondiale. A la fin de celle-ci, le Miroir continua de paraître sous ce titre généraliste pendant presque 2 ans puis il devint uniquement sportif en 1920. Au moment de la déclaration de la seconde guerre mondiale, en septembre 1939, il reprit sa forme généraliste.

DSCN5701

La couverture est consacrée à une compétition aéronautique, la coupe Deutsch de la Meurthe, se déroulant à Etampe. Elle a été créée en 1909, au tout début de l’aviation. Après l’interruption de la guerre, il y eut à nouveau 4 éditions et celle du 13 septembre 1936 fut la dernière de la série. A cette époque, l’aviation devenait commerciale et moins « sportive ».

Epreuve d’endurance, le vainqueur fut Yves Lacombe que l’on voit sur la couverture. Les performances furent inférieures à celles de 1935, cause certainement de l’abandon de la compétition.

Les avions de course comme ce Chaudron C461…

DSCN5710

qui inspira certainement Hergé dans deux couvertures de Jo, Zette et Joko.

DSCN5875

DSCN0001

Une foule importante pour assister aux démonstrations aériennes.

DSCN5712

Retour au Championnat du Monde de Cyclisme sur Route remporté il y a une dizaine de jours par Antonin Magne. On avait alors constaté l’absence de véritables photos de la courserais le précédent Miroir. Manque rattrapé cette semaine. Voilà donc quelques vues de cette épreuve qui s’est déroulée à Berne:

DSCN5703

Magne déjà échappé au 5ème tour de la course.

DSCN5704

Toujours devant au 10ème tour.

DSCN5702

Vainqueur solitaire à l’arrivée.

DSCN5705

Porté en triomphe par ses supporters français.

Quelques sports qu’on n’a pas l’habitude de voir et que la presse de l’époque n’oubliait pas.

DSCN5706

DSCN5707

De la marche avec ce second tour de l’Alsace à la marche, course à étapes remportée par Cornet de passage à Sarrebourg, en bas.

DSCN5708

De l’aviron avec le championnat de la Seine à skiff dans le bassin d’Asnières-Courbevoie.

DSCN5709

Du cyclisme avec le Critérium des As où les cyclistes sont protégés par des derbys, petites mobylettes de la marque Derny, au début de cette discipline. La grande course se déroulant ainsi était Bordeaux-Paris aujourd’hui disparue. Sur piste, le keirin se court toujours derrière un derny.

Les résultats de la 3ème journée du Championnat de France de football…

DSCN5713

dont l’élite est toujours dominé par l’Olympique Lillois, avec 3 victoires pour 3 matches.

Une vue de la rencontre OM-Rouen 3-0 au stade de l’Huveaune,…

DSCN5715

avec Mario Zatelli en tête à tête avec le gardien rouennais.

Le Miroir des Sports étant essentiellement un magazine parisien, les comptes-rendus des matches concernent surtout ceux se déroulant dans la capitale, éventuellement dans la proche région lilloise. De même, sur cette dernière page, en 4ème de couverture,…

DSCN5716

les sports marquant du dimanche parisien sont le Critérium des As et le match de foot du Red Star à Saint-Ouen, du sport parisien !

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Au CRÈS (Hérault), trois chemins pour le prix d’un !

Le saviez-vous: au cœur du bourg ancien du Crès, devant l’église et à 2 pas de la mairie, passe au même endroit 3 chemins dont 2 historiques: la Via Domitia, le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle et  le (plus moderne) GR (chemin de Grande Randonnée).

La Via Domitia.

20160420_121550

La voie romaine fut construite à partir de 118 avant notre ère pour rejoindre Rome à la péninsule ibérique. Elle franchissait les Alpes au col du Mongenèvre au-dessus de Briançon pour rejoindre la vallée de la Durance. Elle traversait le Rhône, le plus important obstacle naturel de son parcours à Beaucaire, certainement par des bacs tenus par les Nautes ou sur un pont de barques comme à Arles. Ensuite, c’était Nîmes (avant qu’elle ne s’appelle Nemausus) puis un  tracé que reprirent, à quelques détails près, les décideurs de la construction de l’autoroute A9.

Des restes tangibles dans le secteur: les milliaires, ces bornes disposées tous les mille romains (1 460 mètres), ancêtres des bornes kilométriques modernes. Il en reste 2 sur la commune du Crès:

le premier est dédié à Tibère et a servi de pierre de construction, à droite du portail de l’église,

DSCN3938

malheureusement placé à l’horizontale,

DSCN3939

mais redressé par la magie du numérique.

DSCN3940

On peut lire en bas LVII soit 57 milles romains depuis Narbonne, environ 83 km. Les méthodes modernes nous donnent environ 100 km de Narbonne au Crès. Faut-il en déduire que ce milliaire été déplacé ?

Le second est dédié à Auguste. Il a été placé au centre d’un rond-point récent, avec reconstitution d’un bout de Via Domitia.

DSCN3957

Une belle borne…

DSCN3954

et une inscription en relatif bon état.

DSCN3955

Un autre milliaire se trouve devant l’église de Saint-Aunès. Non loin de là,  le fameux pont sur le Vidourle…

a179a365deb42da72d925763a6c0029b

que peignit Gustave Courbet lors de son séjour montpelliérain chez le grand amateur d’art François-Xavier Fabre, co-fondateur du musée qui porte son nom. A noter que le pont n’a plus qu’une seule arche (celle de droite), l’autre ayant disparu dans les flots lors d’une violente crue, le 27 septembre 1933.

Après Perpignan, la Via se divisait en 2 pour le franchissement des Pyrénées. Une branche passait le long de la côte par Collioure et Port Vendres, une autre par le col de Panissars, actuellement sur la commune du Perthus à l’ouest du village actuel et où se trouvait la Trophée de Pompée (l’équivalent du Trophée des Alpes de La Turbie mais qui servit de carrière à la chute de l’Empire Romain).

20160420_121635

Lire cet excellent site parlant de la Via Domitian: http://carlig.typepad.fr/viadomitia/ ou http://nemausensis.com/Nimes/ViaDomitia/VoieDomitienne01.html

A noter que les rues sur lesquelles passaient la Via Domitia portent le nom de Rue de la Voie Domitienne, rue de la monnaie et rue de Substantion. Si la première va de soi, la seconde appelée aussi Cami de la Mouneda vient du fait qu’il voyait passer, outre les Légions romaines, les collecteurs des impôts du Trésor Public de Rome. Quant au troisième nom, il s’agit du nom romain donné à l’oppidum qui a donné naissance à la commune de Castelnau-le-Lez.

L’Empire Romain disparu, c’est au IXème siècle que l’on crut découvrir le tombeau de l’apôtre Saint-Jacques en Galice et à partir de ce moment se développa le pèlerinage vers le Finistère espagnol qui prit toute son ampleur au XIème siècle. De France, quatre grands chemins furent tracés, partant d’Arles, du Puy, de Vézelay et de Paris avec une multitude de variantes. C’est le chemin d’Arles, la Via Tolosana qui passe au Crès.

20160420_115629

La coquille, symbole des pèlerins est dessinée sur les poteaux indicateurs, à côté des indications rouge et blanche du chemin de Grande Randonnée, le GR 653, déclinaison païenne du chemin d’Arles.

20160420_121039

A quelques kilomètres de là, à Castelnau-le-Lez, c’est dans le sol que la municipalité a fait graver les marques du pèlerinage chrétien.

SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

La Via Tolosana part donc d’Arles, passe à Saint-Gilles (carrefour du chemin d’Arles, du chemin de Bordeaux à Jérusalem et de la voie Régordane descendant des Cévennes), continue sur Montpellier, Lodève, Castres, traverse Toulouse (à qui elle doit son nom). Elle continue sur Auch et Pau pour traverser les Pyrénées au col du Somport. En Navarre, elle retrouve les 3 autres chemins français qui empruntent le col de Roncevaux à Puente-la-Reina où commence le Camino Francès.

Fait du hasard, se tenait à quelques pas de là du chemin, une exposition d’aquarelles réalisée par une jeune femme ayant fait le pèlerinage vers Saint-Jacques en 2015, à partir du Puy. Elle se fixait tous les jours pour objectif la réalisation d’un dessin sur un moment marquant de sa journée, scène, décor, monument… tout en prenant des notes permettant de fixer ses souvenirs.

20160420_122123

70 jours qui transforment une existence… assurait-elle lors du vernissage. A lire sur le blog de Loedi:

http://loedi.over-blog.com/

Texte écrit après les quinze jours passés au Crès en avril 2016, en attendant Sophia.

 

Poster un commentaire

Classé dans ORIGINAL!, Reportage