24 novembre 1939: EULALIO FERRER raconte sa vie au CAMP de SAINT-CYPRIEN

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Eulalio Ferrer est un républicain espagnol, natif de Santander, réfugié en 1940 au Mexique où il fit carrière et devint un grand publiciste reconnu aux Etats-Unis. Il raconta son passage dans les camps français de la Retirada par l’écriture d’un journal qui fut publié en France sous le titre Derrière les Barbelés chez L’interdisciplinaire, une maison d’édition de Limonest, en 1993. Suite…

24 novembre 1939.

Le froid glacial est tombé sur la plage et sur le camp de Saint-Cyprien. La baraque d’Eulalio a été sommairement réparée si bien que la nuit, le gel tombe sur les hommes couchés sur les litières. Les 2 petites couvertures et les journaux ne les protègent pas vraiment. Ceux qui se lèvent pour aller uriner marchent sur le gel autant dans la baraque que sur la plage. Terrible ! Les hommes se lamentent… Et les pneumonies arrivent rapidement, surtout avec des organismes affaiblis.

Le matin, Tino force Eulelio à aller courir sur la plage en poussant une balle de caoutchouc. C’est le meilleur moyen pour se réchauffer mais on y perd aussi pas mal d’énergie.

Les hauts-parleurs du camp appellent des métallurgistes, des électromécaniciens, des lithographes. Ils partent immédiatement pour le camp de Septfonds (entre Montauban et Cahors). Carmona qui n’est rien de tout cela mais qui n’a peur de rien s’est déclaré volontaire. L’au-revoir avec Eulalio est chaleureux et le beau parleur lui assure qu’il lui a appris énormément de choses. Mais il compte prendre sa revanche à Paris quand il s’agira de lui faire découvrir le monde de la nuit.

Des hommes partent, de nouvelles Compagnies de Travail également. Le camp se vide… mais, comme la nature a horreur du vide, un nouveau « quartier chinois » est en train de se reconstituer comme cela s’était déjà passé à Argelès et au Barcarès. Les adeptes du commerce achètent et revendent plus cher ce qu’ils ont acheté… surtout aux gendarmes et aux collaborateurs de l’Autorité Française.

Eulalio se rend à la baraque des interprètes pour y rencontrer une connaissance sensée lui réparer son stylo encre Pélikan. Ce que ce dernier fait en un rien de temps. Il fait plus doux dans cette baraque car un petit poêle brûle. Eulalio prend connaissance de toutes les dépêches qui arrivent dans cette baraque. Il est outré par cette agence de voyages berlinoise qui organise des excursions pour visiter les ruines de Varsovie.

La dernière rumeur du soir:  suivant Rome, la monarchie serait rétablie sous peu en Espagne.

 A suivre le 29 novembre…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Poster un commentaire

Classé dans Livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.