Archives mensuelles : mars 2017

Des BACS à TRAILLE sur le RHÔNE de la CONFLUENCE à la MÉDITERRANÉE: 3/25 IRIGNY

Le bac d’Irigny transportait des passagers et des marchandises entre ce bourg et celui de Feyzin, sur la rive gauche. Comme pour Vernaison, les 2 piles de la traille construites en 1822 sont encore présentes de part et d’autre du fleuve mais beaucoup moins mise en valeur, c’est le moins que l’on puisse dire !

Celle d’Irigny sur la rive droite est inclue dans une propriété privée et coincée près de la voie ferrée.

123-bac-dirigny-3

On découvre toutefois la présence de la poulie au sommet et quelques vestiges de la rampe de l’escalier.

123-bac-dirigny-2

Pire, celle de Feyzin, incluse également dans une propriété privée appartenant à des industries est complètement recouverte de végétation dans sa partie inférieure. Peu de recul sur le sentier de bord de Rhône pour la prendre en photo.

151-traille-de-feyzin-9

La poulie est aussi présente au sommet de la pile.

151-traille-de-feyzin-12

Antérieurement à cette dernière traille qui cessa de fonctionner au XXème siècle, le premier bac à rames d’Irigny date probablement du XIIème siècle suivant Henri Cogoluenhe. Une première traille située en amont de l’actuelle fut créée au XVIème siècle. Lors des guerres de religion, elle fut fermée un moment en 1589 puis plus tard, abandonnée car trop ensablée, à tel point que la barque devait être allée (aidée par des chevaux) sur 300 mètres.

123-bac-dirigny-5-cpa

CPA de la dernière traille prise au début du XXème siècle. Barque destinée au transport de passagers.

A suivre: Grigny.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Photographie

Le (petit) KIOSQUE de PRESSE DE 37: LE MIROIR DES SPORTS du 23 mars 1937

dsc01670

Après le Parie-Nice la semaine dernière, les courses cyclistes sur route s’enchainent en début de saison. Voici donc le Critérium National de la Route couru en région parisienne. Le temps est médiocre au début pour le peloton, sous le crachin à Montereau comme on le voit sur la photo du haut sur cette page consacrée à cette course.

dsc01671

A l’arrivée au vélodrome Buffalo à Paris, les 2 cracks français René Le Grévès et Roger Lapébie qui n’ont pu se départager avant préfèreront passer la ligne de concert pour une victoire « ex-aequos » qui, malheureusement de nos jours n’existe plus.
Quant au Critérium devenu International de la Route, il n’aura pas lieu cette année 2017 par cause de retrait de la ville corse de Porto-Vecchio et d’embouteillage dans le calendrier cycliste international. C’était A.S.O. qui jusque là l’organisait avec Thibault Pinot comme dernier vainqueur en 2016.

Contrairement à ce que racontait Marseille-Matin du 16 mars, pas de championnat de France de football cette semaine et donc pas de O.M.-Sète. Mais un match international Allemagne-France à Stuttgart. Les Français ont été accueillis sur le terrain par le salut nazi fait par les jeunes ramasseurs de balle.

dsc01673

Le résultat ne fut guère brillant pour cette équipe nationale qui dans un peu plus d’un an recevra la Coupe du Monde 1938 à domicile.

dsc01672

Mais les représentants des 2 dictatures fascistes du continent, l’Allemagne et l’Italie sont bien au dessus des Bleus. Voici, ci-dessous, le ballon entrant dans les cages françaises à la 30ème minute pour le second but allemand.

dsc01674

Devant l’autre but, les Français n’inquiétèrent guère la machine allemande où Goldbrunner régnait dans les airs au grand dam de Nicolas.

dsc01675

Finalement, le seul moment où les Français eurent le sourire, ce fut au coup d’envoi, avant que ne déferlent les vagues allemandes.

dsc01681

Un mot de rugby pour continuer avec les 1/4 de finale du Championnat de France.

dsc01677

Comme on peut le lire sur ces résultats,…

dsc01678

Vienne, Perpignan, Montferrand et le L.O.U. ont bouté hors de la compétition Narbonne le tenant du titre, Grenoble, Carcassonne et Pau par des scores étroits attestant de l’acharnement des rencontres comme le suggèrent les images ci-dessous:

dsc01679

L.O.U.-Section Paloise 5-0

dsc01680

A.S. Montferrandaise- Carcassonne 6-5.

Pas de grandes envolées, des combats d’avants sur des terrains lourds et boueux !

Pour terminer, le Cross des Six Nations (Angleterre, Belgique, Ecosse, France, Irlande, Pays de Galles) organisé cette année sur l’hippodrome de Bruxelles.

dsc01676

Victoire individuelle de l’Ecossais Flockhart et par équipes pour l’Angleterre.

Poster un commentaire

Classé dans Revues

Il y a 100 ans jour pour jour: LA GUERRE PHOTOGRAPHIÉE du 22 mars 1917

dsc01661

(JOUR 962 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

La une de La Guerre Photographiée du 22 mars 1917 montre un conciliabule des chefs: Lyautey, général mais ici ministre de la guerre s’entretient avec un autre général Nivelle. La légende indique cela est précise en ce qui concerne Nivelle le héros de Verdun. Pourtant, en 2017, si on demande d’associer un nom de général à verdun, ce sera le nom de Pétain qui ressortira. Cela vient du fait que pour faire acceptera collaboration de 1940 à 1944, on rabâcha Pétain le héros de Verdun alors que la reconquête et la « victoire » de Verdun furent effectivement le fait de Nivelle plus que de Pétain qui fut relevé de son commandement mi-avril 1916 !

La dure vie dans les tranchées avec les intempéries:

 dsc01665

La pluie ou la fonte des neiges qui emplit les boyaux.

dsc01666

Le gel des dernières semaines a été terrible pour tous, comme pour ce Tommy.

Un gel qui permet de belles photos comme celle de cette fontaine, en Argonne.

dsc01667

Difficile de prendre quelques gouttes d’eau !

Dans le fort de Douaumont, on nous essaie de nous montrer que la vie est redevenue tranquille pour les hommes désignés pour l’occuper.

dsc01664

Difficile d’y croire !

Une vue d’offensive en dernière page, une vue panoramique…

dsc01669

d’une vraie offensive ou d’une manœuvre pour nouveaux conscrits ?

Belle image du départ d’une torpille allemande quittant la navire qui vient de la tirer.

dsc01663

Un instantané réussi !

Un sourire pour les Poilus avec ces camions-bazars en Alsace où les hommes peuvent acheter ce qui leur manque ou ce que les leurs ne leur ont pas envoyé.

dsc01668

Poster un commentaire

Classé dans Revues

106 POILUS de CADEROUSSE, 106 destins… AUBERT Julien

106 noms de Poilus de Caderousse tombés lors de la Grande Guerre. 106 parcours qu’on va essayer de raconter au fil des semaines et des mois jusqu’au 11 novembre 2018.

Cinquième nom de la liste: Aubert Julien.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Première face du Monument

Pas de lien de parenté proche entre ce Julien Aubert et Augustin Aubert dont on a parlé il y a peu. Ni frère, ni cousin germain, peut-être des parents plus éloignés.

Décidément, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Tel est une maxime bien connue et mainte fois répétée. L’Armée fait donc partie des institutions intelligentes. Né le 25 juin 1885, Julien aurait dû faire ses classes à partir de 1906. Il se présenta bien à la caserne du 58ème R.I. d’Avignon mais, après être passé devant les médecins, il fut déclaré inapte pour diverses raisons et rayé des cadres le 18 avril 1907. Il cumulait les restes « d’une pleurésie ancienne » ayant entraîné « une rétractation de la poitrine du côté droit » et « une déviation de la colonne vertébrale ».

La guerre commencé par le bain de sang d’août-septembre 1914, un besoin urgent d’hommes nouveaux se fit sentir. Alors, l’Armée racla les fonds de tiroirs et alla rechercher tous ceux qui étaient passés plus ou moins justement entre les mailles du filet, avant-guerre. Inapte en 1907, Julien Aubert devint un soldat tout à fait convenable en 1915. Cette pratique eut souvent des conséquences catastrophiques, surtout quand on mélangea au milieu d’hommes sains, d’autres atteints de la tuberculose ! On le verra plus tard.

Julien Aubert rejoignit donc le 97ème Régiment d’Infanterie à Chambéry le 22 février 1915. Un régiment parfois appelé 97ème R.I.A. puisque comprenant une division alpine. De bronchiteux et handicapé, Julien devint un soldat tout à fait exemplaire et fut cité à l’ordre de la division le 15 octobre 1915 pour ces faits d’armes.

citation

« Fait preuve du plus grand courage et d’énergie en se portant à l’assaut d’une tranchée et les chefs tombés, en allant spontanément se placer sous le commandement d’autres chefs pour poursuivre la lutte avec eux. »

Début septembre 1916, le 97ème R.I. était dans la Somme, dans le secteur de Barleux pour une nouvelle attaque programmée par l’Etat-Major, certainement dans le but de soulager le secteur de Verdun.

carte-front-francais-vers-1915

La lecture du compte-rendu de l’attaque des hommes de ce régiment chambérien sur le site Mémoire des hommes est édifiante. Les fantassins s’enfoncent relativement facilement dans les lignes ennemies qui ont plus ou moins été abandonnées. Le rédacteur ose un L’objectif final semble devoir être rapidement atteint. Puis les certitudes deviennent des doutes puis des craintes pour les compagnies les plus engagées. La 10ème (la compagnie à laquelle appartient Julien Aubert) qui, par dessus les deux lignes allemandes avait pénétré dans Barleux, n’avait donné aucune nouvelle. 

Les Allemands reviennent en masse et essaient de s’infiltrer entre le 97ème qui a trop avancé et le 93ème à sa droite plus en recul ! Si bien que le résultat de cette journée du 04 septembre n’est guère glorieux.

A 20 heures, tous les éléments ayant participé à l’attaque et qui n’avaient pas été tués ni n’avaient disparu, avaient rejoint nos positions de départ. Celles-ci dès le déclenchement de l’attaque, étaient tenues par des éléments des compagnies de soutien non engagées et par deux compagnies du bataillon Laroque. Ces compagnies eurent, elles aussi, beaucoup à souffrir de violents tirs de barrage qu’elles essuyèrent à partir de 16 heures.

Ceux qui n’étaient ni morts et disparus étaient revenus au point de départ du matin ! Julien faisait partie de ceux qui n’étaient pas de retour. On le retrouve dans la liste des décédés, répertoriés par compagnies:

liste-des-morts-par-copagnie-10eme

Entre le 1er et le 7 septembre, les pertes ont considérables. Au 97ème R.I.:

  • pour les officiers: 3 tués, 4 blessés et 10 disparus.
  • pour les hommes du rang: 90 tués, 351 blessés et 424 disparus !!!

Tout cela pour revenir à son point de départ comme l’a raconté le narrateur officiel de cette attaque !

Julien Antoine Aubert avait donc un peu plus de 31 ans, disparu le jour où cette République avait 46 ans.

aubert-julien

Julien Antoine Aubert, matricule 444 classe 1905, bureau de recrutement d’Avignon pour ceux qui souhaitent aller consulter sa fiche matricule sur le site des Archives du Vaucluse. Le patronyme Aubert étant toujours vivant à Caderousse, si un descendant direct ou indirect reconnaît son ancêtre, qu’il ne se gène pas pour réagir, surtout s’il possède d’autres photos ou documents.

Pour lire le récit complet de la journée du 4 septembre:

04-09-1916-feuille-1

04-09-1916-feuille-2

04-09-1916-feuille-3

A suivre: Paul Aubert.

Poster un commentaire

Classé dans CADEROUSSE, Recherche

Avec DANIEL et MARIE à la CONTRÉE des JEUX (19 mars 2017)

Un dimanche en Avignon, à l’Agroparc, pour la Contrée des Jeux organisée par Jeux Jubil’ pour la 8ème année. Arrivés exactement au moment de l’ouverture des portes, cela nous a permis de profiter jusque vers 14 heures d’une salle peu puis moyennement remplie. La foule n’arriva qu’en après-midi comme l’attestent ces vues…

…plus proches de ce qu’on attend d’un Festival que ce qu’on a côtoyé le matin.

Pour commencer donc, une partie des AVENTURIERS DU RAIL à 3 avec Paul qui se débrouille bien et Daniel qui se concentre en début de partie (ou termine sa nuit). Plateau surdimensionnée…

…gros wagons mais petites cartes (cartes normales du jeu tout public).  Partie un peu longue pour Paul mais intéressante même si ne jouer qu’à 3 alors qu’on pourrait être 5 à se disputer les chemins a pour conséquence le fait qu’on ne se gêne pas et nuit ainsi à l’interactivité du jeu.

La partie finie, c’est le moment de compter et le verdict tombe avec la victoire de Daniel au bénéfice de ces nombreux objectifs pris sur la fin et atteints.

Bilan des courses: Daniel 139 points; moi 116 et Paul 91. Sans discussion !

Suite de matinée avec un très intéressant PANDEMIC (Pandémie en français pour faire moins branché) version LE RÈGNE DE CTHULHU. C’est Pandémie certes mais c’est tout de même quelque chose d’autre, de nouveau, comme on l’avait  constaté aussi avec la version ibérique du jeu, il y a peu.

Les maladies sont devenues des monstres plus ou moins volumineux qui apparaissent et que l’on doit combattre. L’histoire se passe dans le monde Cthulhu, les déplacements se font en bus, les monstres qui apparaissent amènent des restrictions compliquées à résoudre pour les joueurs. La principale fut pour nous de devoir produire 6 ou 5 cartes (pour Daniel) au lieu de 5 ou 4 comme prévu en début du jeu, pour fermer les portes.

Bilan après la partie… un échec. Pas un gros carton, non, une victoire du jeu de justesse. Il suffisait à Marie de poser ces (et ses) cartes et les 4 portes auraient été fermées…

…mais il manquait 3 cartes au deck des lieux ! Dommage mais intéressant et moins stressant que de devoir combattre des maladies !

Le jeu en fin de partie. En haut, les restrictions, sur le plateau, 3 portes fermées dont 2 (à gauche) verrouillées définitivement… Dommage, on était si près !

Après les pizzas, retour en salle autour de ce petit jeu CELESTIA et ce magnifique vaisseau spatial surtout en version surdimensionnée.

Dans les vaisseaux, les passagers et un capitaine changeant à chaque tour. Le problème: quitter le navire avant qu’il ne se scratche ! Car de tels navires sont fragiles et ne vont jamais très loin tant ils sont sujets aux fluctuations du climat. Si l’on descend au bon moment, on peut récupérer une carte avec des points, sinon, si l’on subit le scratch, on ne pend rien ce tour-là. Oui mais, il faut tout de même aller le plus loin possible car plus on va loin, plus on gagne une carte de forte valeur. Entre bluff et pari !

Le vainqueur, c’est celui qui a le plus de points quand un joueur active la fin du jeu au moment où il a plus de 50 points au début d’un tour. C’est Marie qui arrêta le jeu mais c’est moi qui la coiffa avec 58 points contre 54 pour elle.

Daniel et Paul en restèrent baba !

Daniel voulait essayer COLT EXPRESS… on s’y attela  donc.

6 autour de la table après s’être ajoutés à un groupe de joueurs pour faire une partie dans des conditions optimales. Plus on est nombreux, plus le jeu devient calculatoire mais aléatoire, un peu comme à CAMEL UP. 5 manches, tous les personnages en jeu et pour la première fois, j’arrive à confisquer la valise du shérif pour ne pas la rendre. 

Les discussions continuèrent après la fin de ce moment vraiment ludique. 3 vainqueurs ex-aequo à 2 000 points (les 3 de Montélimar) avec un petit avantage moral pour le tenant de la valise !

Fin d’après-midi avec un rapide SLENDOR sur un bout de table, à 3.

Pas grand chose à dire sur cette partie, à part une jeu parfait de ma part, bien aidée comme il se doit par la chance de voir apparaître la bonne carte, de la bonne couleur, au bon moment.

16 points, seulement 10 cartes récupérées dont 6 avec score (60%), une tuile personnage et Marie et Daniel assez loin ?  Quand tout va… !

Une bonne Contrée 2017 !

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Jeux

Des BACS à TRAILLE sur le RHÔNE de la CONFLUENCE à la MÉDITERRANÉE: 2/25 OULLINS

Premier bac sur le Rhône après la Confluence…

cpa9-confluence-marquee

était celui d’Oullins. Suivant la thèse d’Henri Cogoluenhe (dont le correcteur orthographique de mon ordinateur s’obstine à ajouter à mon insu un m après le premier o !), cette traille fut installée au lieu-dit la Saulaie en 1867. Elle reliait Oullins au sud de la ville de Lyon. Elle cessa de fonctionner en 1935.

153-bac-de-oullins-marquee

L’installation n’étant pas été démontée, elle se révéla fort utile après la retraite des Allemands en septembre 1944 qui détruisirent tous les ponts sur le Rhône à Lyon. La traille d’Oullins reprit donc du service pour quelques années.

La pile de la rive droite (Oullins) fut rasée lors de la construction de l’autoroute A7 qui longe le fleuve, dans les années 60 et a effacé la berge naturelle. Celle de la rive gauche (côté Lyon) existait en core en 1980 dit Henri Cogoluenhe mais elle semble avoir été sacrifiée pour ne pas gêner le développement commercial du port autonome de Gerland.

 153-bac-de-oullins-emplacement

Emplacement supposé de la traille de la Saulaie sur cette carte provenant du site Google Maps.

A suivre: Irigny.

Poster un commentaire

Classé dans CARTES POSTALES, Photographie

Il y a 100 ans jour pour jour: LE MIROIR du dimanche 18 mars 1917

dsc01650

 (JOUR 958 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Le Général Herr pose fièrement avec sa nouvelle cravate de commandeur de la Légion d’Honneur. Il commandait le secteur de Verdun lors de l’attaque allemande du 21 février 1916 et il avait pourtant pris quelques décisions surprenantes qui ne méritaient pas la remise de cette décoration.

L’entrée prochaine en guerre des Etats-Unis est freinée par le fait que les transports sont quasiment interrompus à travers l’Atlantique à cause des attaques allemandes. En conséquence, les trains sont aussi arrêtés en attendant que le trafic maritime reprenne.

dsc01651

Un Océan Atlantique infesté de sous-marins allemands mais aussi de corsaires comme ce navire photographié en cachette.

dsc01660

Pourtant la flotte britannique patrouille comme ici en mer du Nord, équipée d’un armement impressionnant:

dsc01652

Sur le front d’Orient, en Méditerranée, les sous-marins allemands font aussi des ravages. Comme il n’y a pas de bassin de radoub à Salonique, les réparations sont difficiles.

dsc01653

Une page consacrée à la chute d’un aéroplane autrichien en Italie, derrière les lignes alliées.

dsc01654

Les aviateurs n’ont pas survécus et sont enterrés avec les honneurs militaires.

 Travail des hommes du Génie qui ont établi un pont de barques sur une rivière du nord de la France.

dsc01656

La boue, les trous d’eau, des lieux dévastés.

dsc01655

Difficultés pour les Britanniques d’avancer dans le secteur de l’Ancre (Somme) après la prise de territoires.

dsc01657

C’était un bois, le bois des Caurières devant Verdun. Voilà tout ce qu’il en reste !

Un petit tour en Afrique pour terminer ce numéro du Miroir.
3 photos d’aviateurs belges dans le secteur du lac Tanganyika.

dsc01658

La construction d’un vapeur, le « Baron Dhnais » sur les berges de ce grand lac de l’Afrique australe.

dsc01659

De belles vues aériennes. On a parlé il y a peu de la chute de la dernière colonie allemande en Afrique.

Poster un commentaire

Classé dans Jeux