Archives quotidiennes : 11/09/2014

Il y a 100 ans, jour pour jour: LE PETIT MARSEILLAIS du vendredi 11 septembre 1914

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 39 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

Comme vous le voyez,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

l’éditorial militaire du Petit Marseillais du 11 septembre ne donne aucune nouvelle du front de la Marne, l’Etat-Major n’a pas communiqué… donc le journal en fait de même et occulte totalement ce qui se passe à l’est de Paris. Il faut dire que, comme de nos jours, ce sont des communiqués écrits par des militaires qui informent le public, les journalistes étant repoussés loin de la zone des combats… Une forme de censure par omission.

En première page, on se contentera des nouvelles du front russe et de brèves de second ordre. Par contre le journal va mettre en bonne place le cas de cet homme

SAMSUNG CAMERA PICTURES

qui à 61 ans vient de se rengager dans l’armée comme il le fit en 1870 à l’âge de 17 ans pour combattre les Allemands (les Prussiens à l’époque). Anecdotique!

On nous montre aussi des canons pris à l’ennemi du côté du front alsacien et exposés à Belfort. Tout autant anectotique!

Beaucoup moins, cette nouvelle liste de blessés admis dans les hôpitaux marseillais et… à Saint-Vallier dans la Drôme où là les malheureux sont soignés dans un ancien couvent.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Très sérieuse cette information provenant du Gouvernement replié à Bordeaux

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On va revoir les conditions de réforme et d’exemption des jeunes hommes qui ont été jugés inaptes au Service Militaire lors de leur passage en Conseil de Révision. Un nouveau Conseil va les revoir et statuer à nouveau sur leurs cas… et certains vont se retrouver au front, pour sûr. C’est que l’Armée a besoin de toujours plus d’hommes après les pertes d’août 1914.

En dernière page, le journal nous reproduit des lettres de soldats à leurs familles,

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

celle d’un jeune de Puy-Saint-Martin et d’un autre de Cléon d’Andran. Des lettres patriotiques tandis que la troisième, plus longue, d’uncertain Ch. Mottet (pas un ancien cycliste) soigné à Auch pour une blessure ne cache en rien la dureté des affrontements.

Poster un commentaire

Classé dans Journaux