Archives quotidiennes : 24/09/2014

Il y a 100 ans jour pour jour: LE PETIT MARSEILLAIS du jeudi 24 septembre 1914

SAMSUNG CAMERA PICTURES

(JOUR 52 DE LA GUERRE/1561 JOURS DU CONFLIT)

La situation militaire est toujours équilibrée dans cette guerre qui commence à s’enliser.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Témoin cet article…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans lequel l’auteur des lignes semble s’étonner de la tactique allemande qui consiste à s’enterrer (« se terrer ») loin des formats traditionnels de la guerre avant 1914 (la guerre de mouvement ou la guerre de siège). Alors que face à la puissance de fer des armes, c’est la seule solution pour éviter des hécatombes. La guerre des tranchées a réellement commencé là où les positions sont établies et les 2 camps d’égale valeur.

Une autre arme a fait sa réapparition.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Inventées par les Anglais (le nom Dum-Dum est celui de l’usine à Calcutta qui les a inventé en premier à la fin du XIXème siècle), ces balles étaient interdites depuis 1899. Mais comme toutes les « bonnes choses » interdites, les hommes les ont toujours utilisées ou fabriquées en détournant des munitions conventionnelles.

Un autre article

SAMSUNG CAMERA PICTURES

nous apprend que, contrairement à la France et sa loi des 3 ans votée en 1912, les Anglais n’ont pas opté pour la conscription pour former leurs armées mais pour des enrôlements volontaires, d’où la campagne de recrutement à laquelle participe Winston Churchill.

Une nouvelle ville dans la liste des lieux où sont accueillis des blessés

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Enfin une peur qui correspond bien à une certaine mentalité de l’époque, celle de voir des espions partout en temps de guerre.

Témoin cet article édifiant

SAMSUNG CAMERA PICTURES

dans lequel les naturalisés récents venant d’Allemagne sont de potentiels suspects et où le journaliste  d’habitude si frileux quand il s’agit de donner son avis, y va de son coupler pour demander d’éloigner ces personnes pendant la durée du conflit.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Témoin cet Alsacien qui, à cause de son accent germanique, connut quelques ennuis du côté d’Avignon!

Il y eut quelques camps de concentration pour enfermer les natifs des pays ennemis (dont les Allemands) pendant la Première Guerre, à Pontmain en Mayenne ou dans des îles de la Manche, de l’Atlantique et de la Méditerranée. Cette paranoïa se perpétua en 1939 et prit une tout autre ampleur car l’armée enferma nombreux réfugiés allemands ou italiens en France alors que c’étaient des anti-nazis ou anti-fascistes avérés (camp des Milles par exemple) donc de potentiels alliés.

Poster un commentaire

Classé dans Journaux