Archives quotidiennes : 16/09/2014

La CARTE de DÉPORTÉE d’Émilia, Italienne de La Spézia…. 1/2

Dans un porte-feuille trouvé du côté des Brocs de Saint-Ouen (qui comme le nom ne l’indique pas, sont situés à Saint-Rémy-de-Provence!), un petit lot de vieux papiers qui racontent une intéressante histoire… en 2 articles dans ce blog.
Tout d’abord cette carte officielle de déportée délivrée en 1947…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

ayant appartenu à Emilia Orsi, née en Italie à la Spézia en 1901. L’identité de cette personne n’est pas cachée car elle ne doit plus être de ce monde à ce jour et que son histoire est surtout digne d’éloges.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

La carte continue en indiquant le parcours d’Emilia

SAMSUNG CAMERA PICTURES

que l’on verra un peu différent à la lecture d’un prochain document. Elle a été détenue en Italie, à Rome, à Trani (à 40km de Bari, dans les Pouilles) puis à Venise.
Le dernier volet ne comporte que ce timbre

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un seconde carte est aussi intéressante car elle montre qu’Emilia n’est pas sortie indemne du bagne italien puisqu’elle bénéficia par la suite d’une carte de grand invalide de guerre à hauteur de 75%.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

A suivre: Émilia déportée en Italie sous Mussolini 2/2… le 16 septembre.

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers

Émilia, déportée en Italie sous Mussolini… 2/2

Comme on l’a lu dans l’article du 14 septembre La CARTE de DÉPORTÉE d’Émilia, Italienne de La Spézia…. 1/2, à côté de quelques cartes comme celles de Déportée et d’Invalidité, se trouvait une lettre officielle qui permet de connaître les raisons de la condamnation d’Emilia Orsi, déportée en Italie…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

La vérité est racontée dans ce courrier à l’entête du

SAMSUNG CAMERA PICTURES

service

SAMSUNG CAMERA PICTURES

signé par l’autorité compétente

SAMSUNG CAMERA PICTURES

On y lit cet intéressant texte

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Emilia Orsi qui devait avoir fui l’Italie fasciste à l’avènement de Mussolini, travailla donc à partir de juin 1934 pour la Marine française en tant qu’agent du Contre-Espionnage en Italie à La Spézia (côte ligure entre Gênes et Libourne) où était située la plus importante base navale italienne, aujourd’hui fermée.

Elle exerça sa mission une quinzaine de mois avant d’être découverte, jugée et condamnée à 15 ans de réclusion. Elle passera plus de 9 ans dans les bagnes italiens avant d’être délivrée le 7 novembre 1944, longtemps après la chute de Mussolini.

Elle méritait donc sans conteste sa carte de déportée même si elle n’a pas connu les géoles nazies. Toutefois, les renseignements du 3ème volet de la carte de déporté sont un peu erronés (ci-dessus sur la date l’arrestation datée du 16 juin 1940).

On lit aussi sur ce papier que, malgré le retour de la démocratie en Italie comme en France, sa tache ne fut pas facile puisqu’elle ne rentra en France que clandestinement et que la Douane française la déposséda de l’argent qu’elle portait (mais qui lui fut par la suite rendu).

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Incontestablement, une trame pour un scénario de film historique d’espionnage…

Poster un commentaire

Classé dans Vieux papiers